Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Une assurance de la branche 23: une formule d’épargne intéressante sur le long terme

Bart Chiau, expert senior chez NN

Aujourd’hui, les formules d’épargne classiques comme les comptes d’épargne et les comptes à terme ne rapportent quasiment rien. Pire encore: à cause des taux historiquement bas, ces produits font perdre à l’épargne une partie de sa valeur. “Une assurance-vie de la branche 23 offre la possibilité d’obtenir un meilleur rendement, en particulier sur le long terme”, indique l’économiste Étienne de Callataÿ.

Selon une étude menée par NN Insurance Belgium SA, un épargnant qui place 100.000 euros sur un compte d’épargne rapportant 0,11% par an doit attendre pas moins de 636 ans (!) pour doubler son capital de départ. Ceux qui obtiennent un rendement de 5%, par exemple via un produit de la branche 23, n’ont besoin que de 15 ans pour parvenir à ce résultat.

“Il est vrai que ceux qui souscrivent un produit de la branche 23 n’ont aucune garantie de rendement”, admet Étienne de Callataÿ, Chief Economist et cofondateur d’Orcadia Asset Management. “Mais vu que le risque est un peu plus important qu’avec, disons, un produit de la branche 21, le rendement attendu est potentiellement plus élevé, en particulier sur le long terme.”

Publicité

NN ne propose pratiquement plus de produits de la branche 21. “Les taux étant partout extrêmement bas, ces produits ne rapportent plus rien à nos clients et à nos courtiers”, explique Bart Chiau, expert senior chez NN Insurance Belgium SA. De ce fait, il vaut la peine de prendre un peu plus de risques via un produit de la branche 23 afin d’espérer engranger un meilleur rendement.

La force du temps

À long terme, les assurances-vie de la branche 23 représentent une alternative intelligente aux comptes d’épargne classiques et aux produits de la branche 21. “Nous parlons ici de la force du temps”, poursuit Étienne de Callataÿ. “Le plus souvent, ceux qui conservent leur portefeuille malgré des pertes à court terme sortent gagnants sur le long terme.”

Étienne de Callataÿ insiste au passage sur le pouvoir des intérêts composés avec un produit de la branche 23, où les gains peuvent s’ajouter au capital de départ afin d’être réinvestis et de générer un rendement supérieur. “Plus la durée de l’investissement est longue, plus l’effet des intérêts composés peut être fort.”

"Investir se fait par définition sur le long terme"

Bart Chiau
Expert senior chez NN

“Acheter et vendre rapidement des actifs, en d’autres termes faire du trading, n’est rien d’autre que de la spéculation”, estime de son côté Bart Chiau. “L’investissement doit par définition se faire sur le long terme. Et plus la durée de l’investissement est longue, plus la probabilité d’un rendement positif est élevée et plus il y a de chances que les périodes de recul du marché soient lissées.” Les crises sont toujours de courte durée et, dans ce cadre, la panique est mauvaise conseillère. Les investisseurs qui conservent leur portefeuille pendant 15 ans ou plus et qui continuent à investir de manière régulière peuvent dormir sur leurs deux oreilles, ajoute l’expert.

Le plus tôt est le mieux

Ceux qui commencent à épargner dans la vingtaine disposent d’un horizon de placement lointain. Même s’ils n’investissent chaque année qu’un petit montant, ils pourront compter sur un rendement intéressant au moment de partir à la retraite. Cela ne signifie pas qu’il soit trop tard pour commencer à épargner si l’on a 50 ans ou plus, nuance Étienne de Callataÿ: “Les épargnants doivent surtout tenir compte du moment où ils auront besoin de leur capital, pour eux-mêmes ou pour leurs enfants et petits-enfants. Ils peuvent également intégrer intelligemment les produits de la branche 23 dans leur succession.”

"Plus la durée de l’investissement est longue, plus l’effet des intérêts composés peut être fort"

Étienne de Callataÿ
Chief Economist et cofondateur d’Orcadia Asset Management

Les personnes de 90 ans peuvent, quant à elles, commencer à épargner pour leurs enfants sexagénaires qui, à leur tour, auront peut-être besoin de cet argent lorsqu’ils auront 80 ans. “Tous ceux qui disposent d’un montant dont ils n’ont pas besoin immédiatement peuvent l’investir dans une assurance-vie de la branche 23 pour profiter de la force du temps”, conclut Bart Chiau. “En outre, les produits de la branche 23 permettent d’investir dans plusieurs fonds selon les priorités de chacun, par exemple en mettant l’accent sur les critères ESG ou les marchés émergents.”

Lire également
Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.