Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Un mot d'ordre pour 2020 : diversifier !

AXA Investment Managers

A quelles convictions resterez-vous fidèle ?

Aucun changement majeur n’est attendu en 2020 au niveau des politiques monétaires des grandes Banques Centrales. Celles-ci devraient rester accommodantes, avec des taux d’intérêt court terme durablement bas. Au niveau des taux d’intérêt long terme, une légère remontée est attendue, dès lors que le scenario de récession aux Etats-Unis s’éloigne sous l’effet d’une issue favorable dans les négociations commerciales avec la Chine et de divers signes d’amélioration cyclique dans plusieurs zones économiques mondiales.

Le syndrome Tina (There Is No Alternative) devrait dans ce contexte encore conditionner l’évolution des marchés financiers, en particulier les obligations " high yield " et bien sûr les actions pour lesquelles nous restons raisonnablement positifs.

Cependant, le niveau historiquement élevé de leur valorisation les rendra vulnérables à toute déception quant aux résultats publiés par les sociétés. Le politique s’invitera également dans le débat (Brexit, élections US), de quoi nourrir une certaine volatilité.

Des actifs financiers encore soutenus par des taux d’intérêt faibles et une liquidité abondante en 2020 .
Pol Pierret
CEO AXA IM Belgique & Luxembourg

Quelle diversification privilégier en 2020 ?

Un optimisme prudent sur la croissance économique mondiale et des taux d’intérêt en berne rendent les investissements en actions intéressants. Dans l’absolu, elles continuent d’offrir une valorisation globale proche des moyennes historiques (16X les bénéfices attendus) ; en terme relatif, le rendement moyen de l’ordre de 2.5% leur procure un avantage certain par rapport à des taux qui flirtent avec la barre des 0%. Cela est en particulier vrai pour les actions européennes qui présentent toujours un retard significatif par rapport au marché américain.

Côté taux, la dette high yield - notamment en euro - ne devrait pas non plus décevoir dans ce même contexte. Quant aux obligations indexées sur l’inflation, elles pourraient tirer leur épingle du jeu tant les anticipations implicites sur l’inflation semblent exagérément pessimistes.

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.