Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

"Faire le choix de la durabilité"

“La pandémie a accéléré certaines tendances importantes, telles que l’augmentation des actifs durables et la domination des grandes entreprises technologiques.” - OLIVIER PAUWELS, Director, Multi-Asset Strategies & Solutions (MASS), Portfolio Solutions for Belgium and Luxembourg, chez BlackRock

BlackRock

Faut-il s’attendre à une croissance aux États-Unis après cette élection présidentielle mouvementée? Quelles évolutions ou possibilités entrevoyez-vous en la matière? Nous avons ajusté à la hausse nos perspectives pour les États-Unis. Nous préférons opter pour des large caps qualitatives qui enregistrent une croissance structurelle et pour des sociétés plus petites axées sur une éventuelle reprise cyclique. La pandémie a accéléré certaines tendances importantes, telles que l’augmentation des actifs durables et la domination des grandes entreprises technologiques. Par rapport à d’autres grands marchés d’actions, le marché américain présente une composition favorable: des entreprises fortes, avec des bilans solides et une confortable trésorerie, actives dans des secteurs en croissance sur le long terme, la technologie et les soins de santé notamment. Les marchés mettent en balance la résurgence à court terme du coronavirus et le développement de vaccins. Les mois difficiles qui s’annoncent aux États-Unis et en Europe pourraient plaider pour la poursuite de la surperformance des grandes entreprises technologiques et des soins de santé. Dans le même temps, la perspective d’une relance économique accélérée en 2021 pourrait être favorable à des investissements plus cycliques.

Comment se profile 2021 à vos yeux? Êtes-vous plutôt optimiste ou pessimiste? Tout dépend de la rapidité et de l’efficacité avec lesquelles le vaccin sera disponible. Aux États-Unis, les perspectives de soutien aux familles et aux entreprises sont plutôt limitées. Le vaccin y sera essentiel pour une relance économique. Même si les économies de la zone euro et des États-Unis se contracteront au quatrième trimestre, BlackRock reste d’avis que le déficit éventuel ne représentera qu’une fraction des déficits enregistrés pendant la grande crise financière. Enfin, nous sommes optimistes quant au fait que le Covid-19 sera le catalyseur qui permettra aux investisseurs de faire le choix plus conscient de la durabilité. Le coronavirus a attiré l’attention sur un certain nombre de facteurs sous-estimés dans les domaines de l’environnement, du social et de la gouvernance. Pensez à une chaîne d’approvisionnement durable, par exemple, ou à la sécurité des employés.

Où recommanderiez-vous aux investisseurs d’engager leur argent au premier semestre de 2021? Nous voyons la rivalité stratégique entre les États-Unis et la Chine se poursuivre. Ce phénomène entraîne une dichotomie permanente dans le secteur technologique, car la Chine veut être autosuffisante en matière de technologie fondamentale et ouvre ses marchés de capitaux. Néanmoins, nous attendons des États-Unis qu’ils collaborent à nouveau davantage avec la Chine dans le domaine du changement climatique et des soins de santé. En outre, les relations commerciales et la politique étrangère des États-Unis redeviendront plus prévisibles. En 2021, les investisseurs devront adapter leurs portefeuilles à ces tendances structurelles.

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.