Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

L’heure est plus que jamais aux entreprises innovantes qui investissent dans le monde de demain

Vincent Hamelink, Chief Investment Officer chez Candriam

Candriam

2021 a été une année exceptionnellement bonne pour la Bourse. Quels ont été les principaux moteurs de cette performance et se maintiendront-ils au printemps 2022?

Les performances économiques robustes de 2021 devraient se poursuivre en 2022, avec une croissance d'environ 4% aux États-Unis comme dans la zone euro. La forte demande étant confrontée à des goulets d'étranglement de l'offre liés à la pandémie, des tensions entraînent une inflation dont le pic devrait se produire cette même année. Les inquiétudes qui y sont liées devraient fluctuer au cours du premier semestre, mettant ainsi à l'épreuve la patience des banques centrales et apportant de la volatilité sur le marché obligataire et des rotations des styles d’investissement en actions.

Pensez-vous que les grandes banques centrales augmenteront leurs taux d'intérêt l'année prochaine? Si oui, cela provoquera-t-il selon vous des turbulences sur les marchés financiers?

Face aux goulets d’étranglement de l’offre, des tensions entraînent une inflation dont le pic devrait se produire en 2022.
Vincent Hamelink
Chief Investment Officer chez Candriam

La BCE devrait conserver une position accommodante, tandis que la Federal Reserve réduira sans doute progressivement sa politique d’achats obligataires d'ici à juin 2022 et procédera à une remontée des taux au second semestre. Dans un contexte d’une première pentification de la courbe des taux et d’une croissance supérieure au potentiel, nous maintenons notre position positive sur les actions mondiales pour le début de 2022. Nous continuons à favoriser des entreprises innovantes qui offrent une réponse aux défis de la société de demain: les prestataires de soins de santé, les entreprises accélérant le passage à une économie décarbonée, minimisant les déchets et adoptant la révolution de la mobilité mais aussi les sociétés financières. Les entreprises qui tirent la carte des technologies de rupture méritent également une place de choix dans nos portefeuilles.

En raison des problèmes en Chine et de la propagation du coronavirus, 2021 a été une mauvaise année pour les investisseurs dans les pays émergents. Peuvent-ils espérer une reprise?

La dynamique de croissance s'est affaiblie en Chine. Alors que Pékin est susceptible d'intensifier ses mesures d'assouplissement monétaire et fiscal, nous pensons que les intervenants ont intégré beaucoup de mauvaises nouvelles et que le marché chinois présente un niveau de valorisation de plus en plus attrayant, représentant ainsi une opportunité d’investissement.

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.