Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

L'inflation pourrait durer malgré un cycle économique ralenti

Kevin Thozet, membre du comité d’investissement chez Carmignac

Carmignac

Les bénéfices des entreprises ont surpris positivement en 2021, en partie parce qu'ils ont aisément dépassé ceux de 2020. Qu'attendez-vous de l'année prochaine?

La reprise économique se poursuit, tout comme la décélération. Si l’on croit au lien entre le cycle et la performance des actions, lorsque le cycle ralentit, il convient de se porter vers ce qui est nécessaire. Bien que l’orientation des marchés d’actions puisse rester favorable grâce notamment à une prime de risque toujours attrayante, les gagnants pourraient être différents et moins nombreux. Aussi recherchons-nous de vraies sociétés de croissance, de celles qui savent dégager des bénéfices peu importe le stade du cycle économique.

En raison des problèmes en Chine et de la propagation du coronavirus, 2021 a été une mauvaise année pour les investisseurs dans les pays émergents. Peuvent-ils espérer une reprise?

Face à une poursuite de la reprise, de la décélération et de l’inflation, nous privilégions les entreprises de croissance séculaire.
Kevin Thozet
membre du comité d’investissement chez Carmignac

Après avoir été pénalisés par des politiques orthodoxes en Chine, par l’inflation et la perspective d’une “normalisation” de la politique monétaire américaine, les marchés émergents offrent des poches de valeur, sur les obligations comme sur les actions. Sur les marchés obligataires, le portage est séduisant. La Chine devrait quant à elle, dans le courant de l’année, adopter des mesures de relance plus générales alors même que les États-Unis seront en plein resserrement monétaire et budgétaire. Cela devrait fournir un contexte particulièrement favorable aux actions et obligations chinoises.

Après des décennies de baisse des taux d'intérêt, cette tendance semble s'inverser. Pensez-vous qu’ils continueront d’augmenter? Et qu'est-ce que cela signifie pour l’investisseur obligataire?

Une gestion active du risque de taux d’intérêt est plus que jamais nécessaire. Et nous préférons rester à l’écart des emprunts d’État des pays les mieux notés. Ils sont, de par leurs bas niveaux et les sources d’inquiétude qui animent les marchés, de moins en moins considérés comme un actif refuge. Nous préférons les liquidités ainsi que le dollar américain comme outils de couverture des risques.

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.