Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Normalisation de l’économie, baisse des matières premières

Brian Kloss, Portfolio Manager, Global Fixed Income, Brandywine Global, filiale de Franklin Templeton

Franklin Templeton

Les bénéfices des entreprises ont surpris positivement en 2021 – notamment pour avoir aisément surpassé ceux de 2020, quand la pandémie avait paralysé l’économie. Qu’attendez-vous de l’an prochain?

Même s’ils n’augmenteront pas dans la même mesure qu’en 2021, les bénéfices des entreprises devraient à nouveau réserver de bonnes surprises, surtout au premier semestre. Deux tendances fortes soutiennent le marché à l’aube de la nouvelle année: les difficultés d’approvisionnement ont sans doute atteint leur point culminant, ce qui devrait atténuer les pressions sur les coûts dans plusieurs secteurs; dans le même temps, les entreprises continuent de faire preuve d'un fort pouvoir de fixation des prix en raison de la demande soutenue des consommateurs. Les consommateurs ont constitué d’importantes économies qu’ils pourront dépenser à mesure que la situation se normalise. Il est plus difficile de formuler des prédictions pour la seconde moitié de l’année, les banques centrales risquant de se montrer moins accommodantes si l’inflation se maintient.

Les consommateurs ont constitué d’importantes économies qu’ils pourront dépenser à mesure que l’économie se normalise.
Brian Kloss
Portfolio Manager, Global Fixed Income, Brandywine Global, filiale de Franklin Templeton

Les cours des matières premières ont explosé. Vont-ils rester à ce niveau? Comment l’investisseur peut-il en tenir compte?

Si la plupart des producteurs de matières premières avaient réduit la voilure en 2020, tout a changé quand les campagnes de vaccination ont déclenché une nette reprise des secteurs de la construction et de la production. Simultanément, les chaînes d’approvisionnement maritimes, ferroviaires et même routières ont éprouvé des difficultés à absorber le redressement de la demande, en raison des graves retards provoqués par la pénurie mondiale de main-d’œuvre. Selon nous, ces perturbations sont temporaires. Nous prévoyons par conséquent des cours des matières premières moins extrêmes – vraisemblablement après une baisse progressive, mais constante avec la normalisation du marché du travail. Dans ce climat, nous sommes très sélectifs dans l’industrie de base et l’énergie. Nous préférons les entreprises qui présentent un bilan solide, un endettement gérable et un bon accès aux capitaux, car les marges pourraient suivre la baisse des prix des matières premières.

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.