Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

"Aujourd'hui, les bénéfices sont davantage un moyen qu'une fin"

Jochanan Eynikel, philosophe des entreprises chez ETION

“La satisfaction des clients est devenue la priorité absolue des entreprises, devant le bien-être des collaborateurs et la durabilité”, indique Jochanan Eynikel, philosophe des entreprises au sein du groupe de réflexion ETION, le forum des entrepreneurs engagés. “La rentabilité – et donc indirectement la satisfaction des actionnaires – n’arrive qu’en quatrième position.”

Les chefs d’entreprise réduisent trop souvent leur responsabilité sociale à la mission économique de leur organisation. D’autres considèrent encore l’éthique comme un instrument de lobbying, de notoriété et de marketing. Il est vrai que la relation qui lie le management à ses actionnaires implique des obligations et une confiance réciproques. En 2021, cependant, elle ne doit pas éclipser les relations que l’entreprise entretient avec ses collaborateurs et ses clients. Au contraire.

Pourquoi les entreprises devraient-elle investir prioritairement dans leurs collaborateurs, et ensuite seulement dans leurs actionnaires?

“Cela les renforce financièrement. Les études montrent que les entreprises européennes qui négligent leur capital humain produisent moins et génèrent moins de bénéfices financiers. Et seuls les collaborateurs heureux affichent d’excellentes performances.”

Les entreprises peuvent-elles combiner objectifs économiques et considérations morales?

“Absolument. Prenez les meilleurs employeurs de l’année: depuis 10 ans, ce sont ceux qui se concentrent non seulement sur les capacités de leurs employés, mais aussi sur leur bien-être au travail. Ils proposent tout un éventail de possibilités de développement et s’efforcent de rendre le contenu du travail intéressant et, si possible, socialement pertinent.”

S’il est une chose que la crise du coronavirus a confirmée, c’est que les entreprises gérées de manière durable sont aujourd’hui les plus rentables.
Jochanan Eynikel
philosophe des entreprises chez ETION

Et les clients? Pourquoi sont-ils prioritaires par rapport aux actionnaires?

“Un client satisfait revient, ce qui permet à l’entreprise d’engranger plus de bénéfices. Par ailleurs, les clients sont plus exigeants que jamais. Ils ont accès en un clic à une quantité incroyable d’informations sur les produits, les marques et les expériences clients. Les entreprises qui souhaitent vendre des produits ou des services doivent donc prendre leurs clients au sérieux et les chouchouter. Via le service après-vente, bien sûr, mais aussi en les informant clairement sur la façon dont les produits sont fabriqués.”

Vous faites référence à la durabilité de leurs produits…

“Exactement. Prenez la firme néerlandaise Tony’s Chocolonely, qui crée de jolis emballages pour ses chocolats produits de manière 100% durable. L’entreprise a réussi à devenir le leader de son marché domestique, alors que globalement, le chocolat durable est un marché de niche. C’est la preuve que bénéfices économiques et sociaux ne sont pas antinomiques.”

Les chefs d’entreprise disposent-ils d’une marge de manœuvre suffisante pour investir prioritairement dans leurs collaborateurs et leurs clients s’ils sont contrôlés de près par le conseil d’administration ou l’assemblée générale des actionnaires?

“Cela dépend en partie de la mission et des valeurs des organisations. S’il est une chose que la crise du coronavirus a confirmée, c’est que les entreprises gérées de manière durable sont aujourd’hui les plus rentables. Cela ressort de l’une de nos enquêtes menée auprès de 400 entreprises de Flandre et de Bruxelles. Nous leur avons demandé ce qui comptait le plus pour elles. En tête du classement, on trouve la satisfaction des clients, devant le bien-être des collaborateurs et la durabilité. La rentabilité – et donc, indirectement, la satisfaction des actionnaires – n’arrive qu’en quatrième position. En d’autres termes, les bénéfices sont davantage un moyen qu’une fin, désormais.”

Comment voyez-vous évoluer l’entrepreneuriat éthique dans notre pays?

“Les entreprises devront accorder plus d’attention que jamais à leurs collaborateurs en tant qu’individus. Pas uniquement leurs compétences et leurs capacités intellectuelles, mais aussi ce qu’ils sont en tant qu’êtres humains. Ce qui les motive en tant que personnes. Les valeurs des employés et de l’entreprise doivent coïncider. Cela vaut d’ailleurs pour les clients: les entreprises ne doivent pas les voir comme des porte-monnaies ambulants mais comme des individus qui veulent être traités équitablement. Pour résumer, les entreprises devront montrer un visage plus humain dans leurs relations avec toutes leurs parties prenantes.”

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.