Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

La crise sanitaire booste le virus entrepreneurial chez les starters

Lode Uytterschaut, CEO de Start it @KBC

Certaines idées d'entreprises résistent aux crises voire prospèrent dans les périodes difficiles, constate Start it @KBC. Le plus grand accélérateur de Belgique a accueilli 130 nouveaux arrivants depuis le début de la crise sanitaire: “Quelque 220 start-up sont venues présenter leur idée, un record absolu!”

“Never waste a good crisis”, a affirmé un jour Winston Churchill. En période de crise, les individus comme les entreprises font souvent preuve d'inventivité; ils entrevoient des possibilités et des occasions qu'ils auraient peut-être négligées dans d'autres circonstances. C'est aussi ce qu'a constaté Start it @KBC, qui guide et promeut depuis plus de six ans les entrepreneurs et start-up aux idées innovantes. “Environ 30% des start-up que nous soutenons ont connu une croissance significative pendant le confinement”, a calculé Lode Uytterschaut, CEO et fondateur de Start it @KBC.

Nouveau modèle d'entreprise

Un bon exemple est MeetMatch, l’application de networking développée à Anvers, qui emploie un logiciel et l'intelligence artificielle pour déterminer automatiquement avec quelles personnes il convient d'entamer une conversation lors d'événements de réseautage (en ligne ou non). Ces derniers mois, l'entreprise est passée de cinq à quinze employés.

30% des start-up que nous soutenons ont connu une croissance significative pendant la période de confinement.
Lode Uytterschaut
CEO et fondateur de Start it @KBC

“La start-up Dare to Date a elle aussi connu une croissance considérable au cours de cette période difficile”, pointe encore Lode Uytterschaut. “Elle gère la plus grande plateforme de rencontres hors ligne de notre pays. Crise sanitaire oblige, elle est passée de l'offline à l'online en un week-end pour pouvoir continuer à servir ses clients. Dans le même temps, l’équipe a développé Ciao, un nouveau modèle commercial qui recherche des partenaires sur mesure. Ce service a connu un vif succès. On peut y voir l’exemple parfait d’une start-up flexible et résistante.”

Disparition d’un marché

Le chiffre d’affaires et la taille de 40 à 50% des start-up affiliées à Start it @KBC sont restés inchangés malgré la pandémie. Il s'agit généralement d'entreprises qui avaient sécurisé des investissements juste avant la crise, qui proposent des abonnements annuels à des services ou des licences de logiciels, ou dont les clients n'ont pas besoin de liquidités.

Bien sûr, on ne peut nier que certaines start-up aient été affectées par la crise. “Plus de 20% d’entre elles rencontrent des difficultés en ce moment”, confirme Lode Uytterschaut. “Leur modèle économique n'est plus valable, leur marché a tout simplement disparu ou est inactif. Il suffit de penser au secteur de l'événementiel et de l'aviation. Un grand nombre de ces start-up auraient survécu dans d'autres circonstances.”

Guide Starters

Vous aussi, vous voulez mettre toutes les chances de votre coté pour créer votre entreprise?

Demandez notre Guide Starters gratuit!

Efforts supplémentaires

Afin de guider les start-up dans la tempête qu’elles traversent actuellement, Start it @KBC consent des efforts supplémentaires. Fort des résultats d'une enquête menée auprès de ses membres, l'accélérateur propose des webinaires supplémentaires sur des sujets qui touchent les entrepreneurs, tels que les ventes et la finance.

“Chaque mercredi, nous publions un post sur notre blog avec des trucs et astuces. Nous avons déjà évoqué la gestion de la trésorerie, la communication de crise, la cybersécurité appliquée au télétravail, les ventes en période de coronavirus, etc. Nous dispensons également des formations LinkedIn, car l'utilisation stratégique d'un réseau numérique comme canal de vente est aujourd'hui plus importante que jamais. Surtout lorsqu’on sait que les ventes en ligne ont progressé de 20% par rapport à l'année dernière.”

Rêve d’entreprise

La crise sanitaire semble avoir peu d'impact négatif sur le virus entrepreneurial. “En mars et avril, 220 start-up sont venues présenter leur idée, un record absolu!”, sourit Lode Uytterschaut. “Pour notre prochaine édition, nous en attendons pas moins de 280.”

Comment expliquer la flambée du nombre de start-up en cette époque des plus compliquées? “Le fait que certains talents aient été contraints de revenir sur le marché du travail joue certainement un rôle. Soit parce qu'ils se sont retrouvés techniquement au chômage, soit parce que l'entreprise pour laquelle ils travaillaient a fait faillite. Ils poursuivent désormais leur propre rêve d'entreprise.”

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.