Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Les pièges des leaders sensibles

Face au leader rationnel et dominant, le leader sensible peut apporter une vraie valeur ajoutée aux entreprises… à condition d'éviter quelques pièges, prévient Ann Baeke, experte en leadership sensible.

Les crises récentes – la pandémie de coronavirus en tête – ont amené de nombreuses personnes à réfléchir à ce qu'elles voulaient vraiment, notamment en matière de travail. “Les émotions sont désormais plus ‘négociables’ sur le lieu de travail”, note Ann Baeke. “En outre, les entreprises ont gagné en complexité. Pour y faire face, les managers doivent prêter attention à la diversité et entendre l’opinion de leurs employés, même s'ils ne les partagent pas.”

Empathie et communication

L'empathie est la grande force des leaders sensibles. Si l’on en croit un rapport du Forum économique mondial, la pensée critique et la résolution de problèmes, l'interaction sociale et la communication figureront parmi les compétences les plus demandées en 2025. Ce sont précisément les qualités des leaders sensibles. Les figures de direction sûres d'elles-mêmes et dominantes que les entreprises ont le plus souvent choisies jusqu'à présent possèdent beaucoup moins ces qualités.

Fixer des limites

Les leaders sensibles sont très intéressés par l'opinion des autres. “Cette propension leur offre d'être mieux informés de ce qui se passe dans l'entreprise. En demandant un feed-back sur eux-mêmes, ils découvrent également comment ils sont perçus par les autres. Des études montrent que les employés se sentent plus engagés lorsque les managers leur demandent un retour d'information.”

Les dirigeants doivent être capables d'éprouver de l'empathie pour les opinions de leurs employés, même s'ils ne les partagent pas.

Ann Baeke
experte en leadership sensible

Il existe un degré élevé de connexion entre les dirigeants sensibles et leurs employés. C'est une bonne chose… mais aussi un piège. “Parfois, ils prennent trop à cœur les problèmes personnels des membres de l'équipe”, éclaire Ann Baeke. “Ils peuvent par exemple décharger une personne de son travail au motif qu'elle rencontre déjà assez de difficultés. Mais cela les amène à se surcharger! Le leader doit pouvoir se fixer des limites. Si vous ne prenez pas suffisamment soin de vous, vous ne pouvez pas prendre soin des autres. Les dirigeants sensibles doivent prendre de la distance par rapport à leurs émotions pour ne pas être submergés par ces dernières.”

Temps de préparation

Les dirigeants sensibles sont adeptes de l'autoréflexion. Réfléchir sur leurs valeurs est une bonne base pour leur leadership. “Mais il arrive que cette réflexion sur soi se retourne contre eux, notamment lorsqu'ils se remettent trop en question. En cas de problème, ils ont tendance à se blâmer eux-mêmes, sans considérer le rôle que les autres ont pu jouer.”

La réticence des dirigeants sensibles à prendre part à des discussions spontanées suscite parfois l'incompréhension. “Avant de prendre position, ils veulent explorer le sujet en profondeur. La culture d'entreprise ne tient pas toujours compte du fait que les dirigeants sensibles veulent se préparer. Il peut être utile de demander à l'avance ce qui sera abordé lors d'une réunion.”

Quelques pas en avant

Les leaders empathiques ont de temps à autre l'impression que les niveaux supérieurs ne les écoutent pas. “C'est peut-être dû à la culture d'entreprise – celui qui crie le plus fort est le plus entendu”, avance Ann Baeke. “Il est aussi possible qu'ils ne se mettent pas assez en avant. Ils devraient être plus conscients de leurs points forts! Des recherches sur le cerveau ont montré que les personnes sensibles reçoivent davantage de stimuli et les traitent à un niveau plus profond. Par conséquent, elles sont plus à même de détecter ce qui se passe au sein d'une entreprise. Ce sont généralement des personnes qui ont une vision claire et un ‘nez’ pour les tendances futures. Dès lors, elles ont souvent quelques longueurs d'avance sur les autres. C'est une grande valeur ajoutée pour l'entreprise.”

Ann Baeke est l'autrice du livre Leider zonder masker (“Leader sans masque”) et du livre électronique De kracht van sensitieve leiders (“Le pouvoir des leaders sensibles”). Plus d'informations.

Lire également
Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.