Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

"Presque tout le monde estime qu'il est temps de s'occuper du bien-être des collaborateurs"

Elke Van Hoof, psychologue clinicienne: “Les entreprises s’occupent de manière très ponctuelle du bien-être de leurs collaborateurs. Elles ne développent pas suffisamment de vision à long terme.”

Selon une enquête menée par Partena Professional auprès de 1.500 collaborateurs et 500 professionnels des ressources humaines, ceux-ci s’attendent à ce que les RH s’occupent en priorité du bien-être des collaborateurs. Parce qu'il y a plus d'une façon de faire son travail.

Les RH peuvent faire la différence au travail en s’intéressant au bien-être du personnel. Nous en sommes convaincus: l’impact de ce bien-être peut dépasser celui de l’empowerment et de la collaboration.

“Nous faisons le même constat dans nos études”, indique Elke Van Hoof, psychologue clinicienne et fondatrice de Huis voor Veerkracht, un centre d’expertise sur le bien-être au travail. “La proportion d’employeurs déclarant accorder de l’importance au bien-être de leurs collaborateurs a plus que doublé en quelques années, passant de 32% en 2019 à 70% aujourd’hui. Presque tout le monde (94%) estime qu’il est temps de mettre en place des stratégies au sein des entreprises afin de favoriser le bien-être des collaborateurs.”

Nos études révèlent que seulement quatre collaborateurs sur dix sont prêts à investir dans leur propre bien-être.
Elke Van Hoof
psychologue clinicienne

Prévenir plutôt que guérir

Selon Elke Van Hoof, six entreprises belges sur dix ne disposent pas encore de politique spécifique en matière de bien-être. “Et lorsque c’est le cas, la plupart d’entre elles se préoccupent surtout de prévention ou de la prise en charge de collaborateurs montrant des signaux d’alarme. Les entreprises travaillent de manière très ponctuelle sur le bien-être de leur personnel. Lorsque quelqu’un présente des signes de stress à cause du télétravail, elles organisent un webinaire… Elles manquent de vision à long terme!”

“Au lieu d’éteindre les incendies, les entreprises devraient réfléchir à la manière de rendre le travail agréable et d’améliorer le bien-être des employés. Ceux qui franchissent le pas se retrouvent avec des collaborateurs motivés et plus productifs. Et le bien-être a un impact sur l’absentéisme.”

Coups de pouce subtils

70%
Bien-être
La proportion d’employeurs qui déclarent accorder de l’importance au bien-être de leurs collaborateurs a plus que doublé en quelques années, passant de 32% en 2019 à 70% aujourd’hui.

Pour définir les points principaux d’une politique de bien-être au travail, il est recommandé d’interroger les collaborateurs sur leurs attentes et de les sensibiliser au fait qu’ils peuvent prendre les choses en main. “Le bien-être au travail est une responsabilité partagée”, confirme Elke Van Hoof. “Nos études démontrent que seuls quatre employés sur dix sont prêts à investir dans leur propre bien-être.”

Offrir les mêmes solutions à tous les collaborateurs n’est pas une bonne idée, juge-t-elle. “Ceux qui souffrent d’un manque de vitalité ont des besoins différents de ceux qui accusent une simple chute de motivation. Par la communication notamment, les entreprises ont la capacité de donner de subtils coups de pouce à leurs travailleurs et de les encourager à adopter des comportements positifs pour leur bien-être.”

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.