Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Retour au bureau: l’heure des changements?

©Marco Mertens

Notre façon d’organiser le travail a fondamentalement changé. “Un retour en arrière relève de la chimère”, déclare Lode Godderis, professeur de médecine du travail et directeur général du groupe IDEWE. Le “nouveau travail” est appelé à perdurer, et tout le monde, employeurs comme travailleurs, doit s'y adapter. Le télétravail peut être un moyen d'y parvenir, mais il n’est pas une fin en soi.

Selon Lode Godderis, il est temps de changer notre fusil d'épaule. “L’organisation du travail figure en bonne place à l'agenda social et politique. Il suffit pour s’en convaincre de citer le récent deal pour l’emploi conclu par le gouvernement fédéral, qui entend attribuer de nouvelles formes de flexibilité aux employeurs et aux travailleurs.”

Point de non-retour

La pandémie de coronavirus et les confinements successifs nous ont contraints à travailler différemment pendant une longue période. “Nous avons découvert que le télétravail est une bonne alternative pour éviter les trajets et les embouteillages en particulier. Parallèlement, force est de constater qu’il n’est pas exempt d’inconvénients.”

Les entreprises doivent réfléchir à l'objectif qu'elles espèrent atteindre en encourageant la présence au bureau.

Lode Godderis
professeur de médecine du travail

Lode Godderis est convaincu que le télétravail ne disparaîtra pas. “De plus, la pénurie sur le marché de l’emploi implique que les employeurs ne peuvent plus décider seuls de l'organisation du travail.”

Pourquoi aller encore au bureau?

La question n’a rien perdu de sa complexité. Certaines personnes sont impatientes d'y retourner, d'autres s'interrogent sur l'intérêt de la présence au bureau. “On note certainement un besoin de revoir les collègues et de renouer des contacts informels”, poursuit Lode Godderis. “Mais il ne faut pas généraliser: certains s'en passent très bien.”

“Le défi consiste à exposer clairement la raison pour laquelle on souhaite faire revenir les travailleurs au bureau. Les entreprises doivent réfléchir à l'objectif qu'elles espèrent atteindre en encourageant la présence au bureau. Comment peuvent-elles s'assurer que leurs collaborateurs restent concentrés après une réunion?”

Diriger différemment

Au Canada, les “I-deals” (I comme individu) ont la cote. L'idée est de conclure des accords individuels sur la manière dont le travail est organisé. “Le but est de rendre les travailleurs plus heureux et plus productifs. “Je ne voudrais pas aller aussi loin, car comment garantir dans ces conditions la cohésion des équipes et leur capacité à collaborer efficacement?”

Nous devons considérer le télétravail comme un moyen de mieux organiser notre travail, pas comme une fin en soi.

Lode Godderis
professeur de médecine du travail

Le leadership devient un facteur crucial de réussite. “Le talent des managers en matière de leadership et d'organisation prend une importance accrue”, affirme Lode Godderis. “Ils doivent se faire l’écho des préférences individuelles tout en faisant fonctionner leurs collaborateurs comme une seule équipe. Le défi majeur consiste alors à communiquer les informations de manière fluide et à créer un contexte sécurisant pour le feed-back.”

Les organigrammes rigides et hiérarchisés semblent voués à disparaître. “Il n'y a pas d'autre choix que de s'adapter”, souligne Lode Godderis. “Si votre style de management n'est pas en phase avec la réalité, votre travailleur finira par quitter l'entreprise. La pénurie sur le marché du travail entraîne déjà une plus grande rotation du personnel, même si elle n'est pas encore excessivement marquée.”

Un moyen, pas une fin

Selon Lode Godderis, nous devons considérer le télétravail comme un moyen de mieux organiser notre travail, pas comme une fin en soi. “À cet effet, le récent deal pour l’emploi offre plus de flexibilité et d’outils. Il est essentiel de les utiliser à bon escient. Le télétravail doit rester un moyen d’améliorer la flexibilité et la faisabilité du travail.”

Lire également
Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.