Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

“Nous prouvons que la croissance des entreprises est compatible avec les objectifs climatiques”

Réduire de 6% les émissions de gaz à effet de serre par véhicule vendu: c’est l’avancée réalisée par Polestar en un an à peine. “Chaque mesure que nous prenons vient en soutien de notre stratégie en matière climatique”, souligne son CEO, Thomas Ingenlath.

Polestar vient de publier ses deuxièmes bilan annuel et rapport de durabilité. Depuis sa création, la marque de voitures électriques, qui fait partie du même groupe que Volvo (Geely Holding), ne cache pas son ambition de devenir le constructeur automobile le plus “vert” du monde. Fin 2020, son CEO, Thomas Ingenlath, a plaidé pour une transparence accrue au sein du secteur. “Nous souhaitons disposer d’une norme industrielle qui mesure les quantités de carbone produites pendant tout le cycle de vie des voitures électriques.” 

Nous ambitionnons de commercialiser la première voiture électrique climatiquement neutre d’ici à 2030.
Thomas Ingenlath
CEO de polestar

6% de gaz à effet de serre en moins 

Son entreprise joue un rôle de pionnier dans ce domaine. Dès 2021, en effet, Polestar a communiqué l’impact environnemental total de la nouvelle Polestar 2 en partageant publiquement les résultats de l’analyse du cycle de vie de son nouveau modèle. Par ailleurs, l’entreprise a réussi, en un an à peine, à réduire de 6% les émissions de gaz à effet de serre par véhicule vendu grâce à l’amélioration de sa productivité et en faisant davantage appel aux énergies renouvelables. L’entreprise se rapproche ainsi de son objectif: réduire de moitié les émissions de CO2 de chaque voiture vendue entre 2020 et 2030. Sur ce plan, Polestar fut la première marque automobile à s’associer à l’Exponential Roadmap Initiative, une alliance intersectorielle qui vise une réduction de 50% des émissions mondiales à l’horizon 2030. 

Croissance des entreprises et objectifs climatiques   

“Nous vivons dans la décennie cruciale pour le climat, c’est pourquoi nous devons en permanence faire évoluer et améliorer les choses”, assure Thomas Ingenlath. “Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre! Chaque année, nous publions un rapport sur les étapes que nous souhaitons franchir sur le plan de la durabilité.” 

Polestar est la meilleure preuve de la compatibilité entre la croissance d’une entreprise et les objectifs climatiques, elle qui combine une croissance annuelle de plus de 185%, une cotation sur le Nasdaq et l’objectif de construire une voiture climatiquement neutre d’ici à 2030. Le projet Polestar 0 souhaite ainsi réduire à zéro les émissions de carbone pendant le processus de production de la voiture, sa livraison au client, et jusqu’à la fin de son cycle de vie. “D’ici à 2040, nous ambitionnons également d’être climatiquement neutres sur la totalité de notre chaîne de valeur”, ajoute Thomas Ingenlath. 

L’heure n’est pas au changement progressif. Nous devons viser des innovations révolutionnaires.
Thomas Ingenlath
CEO de Polestar

Innovations révolutionnaires 

L’an dernier, Polestar a élargi son partenariat avec Circulor. Grâce à la technologie blockchain de cette entreprise de logiciels britannique, Polestar garantit que le cobalt utilisé dans ses batteries ainsi que le mica proviennent de mines gérées de façon équitable. Circulor offre une solution de blockchain privée, sans les importantes émissions de CO2 liées aux blockchains classiques. 

Enfin, Polestar a récemment mandaté des experts dans ses quatre domaines stratégiques liés à la durabilité: neutralité climatique, transparence, circularité et inclusion. “L’heure n’est pas au changement progressif, nous devons viser des innovations révolutionnaires”, conclut Thomas Ingenlath. “La construction et la vente de voitures électriques ne sont pas la fin de notre voyage. Elles n’en sont que le début.” 

Pour plus d'informations : www.polestar.com

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.