Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

L'épargne à distance réduit la tentation de dépenser de l'argent

Comment économiser davantage? C'est une question que beaucoup d'épargnants se posent. Pour acquérir un pouvoir d'épargne accru, il faut être conscient des facteurs psychologiques qui influencent notre comportement en matière d'argent. Par exemple, nous préférons l’idée d’épargner dans le futur à celle de le faire dès aujourd'hui, et nous sommes moins susceptibles de dépenser l’argent placé sur un compte d'épargne que celui qui se trouve sur un compte courant.

De nombreuses personnes considèrent les dépenses et l'épargne de manière rationnelle. Pourtant, dans nos rapports avec l'argent, nous sommes tout autant guidés par des facteurs psychologiques. Il a été prouvé que nous gérons l'argent différemment selon le “compte mental” sur lequel il se trouve.

Le prix Nobel d’économie Richard Thaler appelle cela la “comptabilité mentale” (mental accounting): dans notre tête, nous répartissons l'argent avant de le dépenser. Ainsi avons-nous souvent (inconsciemment) un compte mental séparé pour les coûts fixes, les courses, les voyages, les restaurants, les vêtements, etc. Le fait de catégoriser nos revenus nous aide à prendre des décisions concernant nos dépenses et à faire plus attention à l'argent.

Comportement illogique face à l'argent

Cette comptabilité mentale nous amène à oublier parfois d'épargner. Par exemple, lorsque nous bénéficions d'une augmentation salariale, nous sommes tentés de nous offrir un petit extra ou d'acheter des choses plus coûteuses. Parce que l'argent qui est soudainement disponible ne figure nulle part sur nos comptes psychologiques. Des études montrent également que nous sommes plus susceptibles de dépenser l'argent que nous récupérons grâce aux impôts, que nous gagnons à la loterie ou que nous trouvons par hasard dans notre poche. Or, il est conseillé de mettre (une partie de) cet argent supplémentaire de côté, par exemple sur un compte d'épargne.

Des études montrent que nous sommes plus susceptibles de dépenser l'argent que nous récupérons grâce aux impôts, que nous gagnons à la loterie ou que nous trouvons par hasard dans notre poche

La comptabilité mentale explique aussi que nous ne prenions pas toujours de décision logique en matière d'argent. Imaginez: vous êtes dans le rouge sur votre compte mais vous détenez un compte d'épargne que vous réservez aux vacances. Vous souhaitez malgré tout approvisionner ce compte d’épargne vacances et vous vous interdisez de l'utiliser à d'autres fins, alors que vous pourriez employer cet argent pour rembourser vos dettes. En ne le faisant pas, vous perdez réellement de l'argent car vous payez des intérêts sur le compte qui est dans le rouge.

Épargner pour l'avenir

Nous préférons l’idée d’épargner dans l'avenir à celle de le faire dès aujourd'hui. Lorsqu'ils songent à une éventuelle augmentation salariale dans le futur, les particuliers affirment presque tous qu'ils vont économiser cet argent. En général, nous sommes optimistes quant à l'avenir de notre argent. Nous pensons que nous allons gagner plus, épargner plus et dépenser moins.

C'est possible, à condition de poser les bons choix en matière d'argent. C'est là que les optimistes se fourvoient: ils pensent qu'ils auront assez de temps pour épargner et qu'il y aura suffisamment d'argent plus tard. Souvent, ils ne tiennent pas compte de l'inflation et supposent que l'argent d'aujourd'hui aura la même valeur dans le futur. Résultat: ils épargnent trop peu. Par ailleurs, ils sont instantanément heureux lorsqu'ils peuvent dépenser de l'argent pour des choses agréables, ce qui est moins le cas lorsqu'ils épargnent.

L'intention d'épargner est réelle et nous savons combien elle est importante, mais elle ne correspond pas à ce qui est effectivement mis de côté.

Nous traitons donc l'argent de manière moins rationnelle que nous ne le pensons. L'intention d'épargner est réelle et nous savons combien elle est importante, mais elle ne correspond pas à ce qui est effectivement mis de côté. Le fait que notre comportement en matière d'argent soit influencé par des facteurs psychologiques n'est pas un problème en soi – c'est la nature humaine. Mais il faut en être conscient. Cela nous permet de mieux contrôler la façon dont nous dépensons et épargnons notre argent, ce qui réduit le risque de prendre de mauvaises décisions financières et nous donne plus de pouvoir d'épargne.

Un pouvoir d'épargne accru

Créer une distance mentale entre votre épargne et vous est un bon moyen d'accroître votre pouvoir d'épargne. L'argent ne se trouve alors pas dans l'une des tirelires mentales auxquelles vous pouvez accéder immédiatement via votre compte courant. Des études et des expériences montrent que plus la source d'argent est éloignée, moins nous avons tendance à le dépenser ici et maintenant, et plus nous pensons à long terme. Comparez ce constat aux enfants qui placent leurs économies dans une tirelire: il leur est plus difficile d'y accéder, et donc de les utiliser sans réfléchir.

Ce n'est pas sûr à 100%, cependant. Parce qu'à notre époque numérique, transférer de l'argent de notre compte d'épargne vers notre compte courant est facile et rapide; l'accès aux économies est dès lors aisé. Ouvrir un compte d'épargne auprès d'une autre banque que celle avec laquelle vous effectuez vos opérations quotidiennes peut avoir une influence positive sur votre épargne. Bien que votre épargne y soit tout aussi accessible, le seuil d'accès à l'argent du compte est plus élevé. Il est par ailleurs intéressant d'épargner un montant fixe chaque mois, par exemple avec un ordre permanent en début de mois. Ainsi ne devez-vous pas toujours y penser et vous pouvez être sûr que votre épargne progresse régulièrement.

Un compte d'épargne doit répondre à vos besoins. Découvrez les différentes solutions d'épargne de Santander Consumer Bank.

Disclaimer: la hausse continue des prix peut entraîner une perte de valeur de l'argent épargné.

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.