Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

“Nous ne voulons pas seulement grandir: nous voulons devenir meilleurs”

Guido Vanherpe, Group CEO de La Lorraine Bakery Group

La minoterie, créée il y a 80 ans à Gand, s'est transformée en un groupe de boulangerie international spécialisé dans la production de produits frais et surgelés précuits. Fort d’un réseau de 450 sandwicheries aux couleurs de Panos et Deliway, La Lorraine Bakery Group produit sur 17 sites pour plus de 35 pays. “Nous continuons à nous développer en desservant des marchés inexploités avec des produits innovants”, souligne Guido Vanherpe, Group CEO et membre de la troisième génération d’entrepreneurs familiaux.

Lorsque nous rencontrons Guido Vanherpe au siège social du groupe à Ninove, nous lui demandons d’emblée pourquoi une entreprise familiale belge a pris un nom français. “En 1939, mon grand-père Gerard a créé une minoterie à Gand. L’un de ses principaux clients était La Lorraine, une boulangerie bruxelloise en plein essor. Peu après la construction de la nouvelle usine à Ninove, au début des années 1970, ce client s’est retrouvé en difficulté financière. C’est alors que la deuxième génération de la famille Vanherpe a racheté La Lorraine. Nous avons ainsi élargi nos activités pour passer de la minoterie à la boulangerie.” Au cours de la décennie suivante, le bake-off – à l’époque une technologie innovante – est venu s’y ajouter, ce qui a donné naissance au concept Panos.

En Turquie, nous ne faisons pas de baklava ni de simit: ils les font mieux que nous!

Guido Vanherpe
Group CEO de La Lorraine Bakery Group
Publicité

Lorsque Guido Vanherpe est devenu CEO de La Lorraine Bakery Group en 1995, il était âgé de 32 ans et l’entreprise était principalement active sur le marché belge. Sa mission? La développer à l’international. “Après la disparition du rideau de fer, nous avons été le premier groupe de boulangerie à nous installer sur les marchés d’Europe centrale et de l’Est avec notre division produits surgelés, ce qui nous a permis de devenir le leader du marché.”

Culture du pain

Acheter un sandwich garni chez Panos en République tchèque, par exemple, n’est cependant pas pour tout de suite. “Nous pourrions y lancer Panos, et probablement avec succès. Mais nous avons choisi de nous concentrer sur notre division spécialisée dans les produits de boulangerie surgelés. Il vaut mieux devenir leader international dans une activité que vouloir tout faire et n’exceller en rien. Nous ne voulons pas seulement grandir: nous voulons devenir meilleurs. Et pour cela, il faut faire des choix.”

Tendances et défis dans l'industrie alimentaire

Les entreprises alimentaires sont confrontées à des défis tels que les nouvelles attentes des clients, la durabilité et la numérisation.
Dans 'recipes for success : towards a future-proof business', delaware propose des réflexions pour faire face à ces changements avec succès.
Téléchargez le livre.

En plus de la Belgique, où se situe le siège social de l’entreprise et où le groupe réalise encore 30% de son chiffre d’affaires, ses principaux marchés de croissance sont la Pologne, la Roumanie, la République tchèque, la Slovaquie, la Turquie et le Moyen-Orient. Mais le groupe n’en continue pas moins de grandir en Europe occidentale, avec entre autres la création récente d’une coentreprise en Allemagne.

“L’Europe centrale et de l’Est recèle un énorme potentiel, car la culture du pain n’y est pas aussi développée qu’en Allemagne ou en France, où la concurrence est aussi plus féroce”, note Guido Vanherpe. “Nous n’avons jamais eu pour ambition de copier les produits locaux. En Turquie, nous ne faisons pas de baklava ni de simit: ils les font mieux que nous! Nous proposons de nouveaux produits de qualité supérieure, typiques de notre culture occidentale. Ciabatta, baguettes, croissants et pains au levain: tous remportent un grand succès auprès des consommateurs locaux. En offrant variété et valeur ajoutée, nous avons élargi le marché et réussi à afficher une croissance à deux chiffres, année après année.”

Sur le marché des produits surgelés, LLBG fait partie du top 5 européen. Et pour conserver sa place, l’entreprise doit se montrer innovante. “Notre budget R&D a été multiplié par 10 au cours de la décennie écoulée. Nous visons résolument la meilleure qualité. Les gens sont prêts à payer plus pour de meilleurs produits. Notre offre reflète les préférences des consommateurs, ce qui se traduit par des produits premium comme les pains au levain, le pain cuit sur pierre et les pains multicéréales ou riches en fibres. Cela s’inscrit parfaitement dans notre stratégie de durabilité, car nous nous efforçons de proposer des produits sains et de qualité. C’est ce que recherchent aujourd’hui les consommateurs.”

Les viennoiseries et la pâtisserie s’inscrivent également dans cette tendance. “Nous croyons en la combinaison d’une nourriture saine et du plaisir gustatif: il faut un équilibre entre les deux. Pour nos donuts, nous avons conçu un processus de production pauvre en graisses. Notre philosophie ne consiste pas à vendre un maximum de donuts, mais à faire en sorte que les consommateurs qui achètent un donut dégustent un produit de la meilleure qualité possible.”

Fervent adepte de la digitalisation

Depuis 1999, La Lorraine Bakery Group travaille avec le software ERP de SAP. “À la fin des années 1990, j’ai compris que nous étions sur la bonne voie pour nous développer à l’international avec notre division produits surgelés. Afin de soutenir notre croissance dans les autres pays, nous devions absolument investir dans un progiciel international.”

Une transition loin d’être facile. “Nous avons été obligés d’adapter et de repenser notre organisation. Ce fut un projet de transformation lourde avant la lettre, mais après plus de 20 ans, je peux affirmer que SAP fut un moteur important pour notre croissance. Et pendant toutes ces années, delaware a été notre partenaire. Cela m’a aidé à développer l’entreprise de façon sérieuse et solide pour devenir un acteur international et un leader de marché.”

Nous collaborons avec l’université de Gand et le secteur agricole pour créer des parcelles expérimentales produisant moins de CO2.

Guido Vanherpe
Group CEO de La Lorraine Bakery Group

Tous les pays où le groupe est présent travaillent avec SAP. “Nous n’aurions pu atteindre un tel degré de réussite avec les progiciels sur mesure que nous utilisions précédemment”, indique le Group CEO, qui se dit un fervent adepte de la transformation digitale. “Il s’agit d’un catalyseur majeur pour l’essor d’une entreprise. Notre croissance ininterrompue de ces 25 dernières années en est la meilleure preuve. Nous sommes parvenus à progresser chaque année d’environ 10%. La mise à jour de SAP S/4HANA, qui commencera bientôt, nous permettra d’être encore plus efficaces. Nous combinerons les données avec l’intelligence artificielle pour pousser la satisfaction des clients à un niveau supérieur, notamment avec une expérience phygitale chez Panos.”

Ambitions en matière de durabilité

Selon Guido Vanherpe, la digitalisation jouera un rôle crucial dans les ambitions de son entreprise en matière de durabilité. “Nous ne pourrons atteindre le ‘net zéro’ en 2050 que si nous exploitons au maximum la technologie. Nous collaborons avec l’université de Gand et le secteur agricole pour créer des parcelles expérimentales produisant moins de CO2. Et nous comptons expérimenter l’agriculture de précision en cartographiant les sols avec des drones et des images numériques. Nous pourrons ainsi fertiliser ou irriguer les sols de façon ciblée.”

La poursuite de la stratégie de croissance et de digitalisation restera une tâche d’envergure pour la prochaine génération, même si aucun changement de génération à la tête de l’entreprise n’est actuellement à l’ordre du jour. “Ceci étant dit, nous nous y préparons. Deux membres sur onze de la troisième génération sont actifs dans l’entreprise: mon frère Marc, qui dirige deux des quatre unités opérationnelles, et moi-même. La quatrième génération compte 27 membres. Pour bien gérer chaque passage de relais, nous avons élaboré une charte familiale qui comprend des règles claires pour la transmission de l’entreprise. Nous l’avons créée in tempore non suspecto, lorsque nos enfants étaient encore très jeunes et que l’on ne parlait pas encore de succession.”

Profil de La Lorraine Bakery Group
  • Entreprise familiale belge créée en 1939 par Gerard Vanherpe à Gand sous le nom de Ganda Molens.
  • Group CEO: Guido Vanherpe (depuis 1995, troisième génération)
  • Siège social: Ninove (Belgique)
  • Quatre unités opérationnelles: Bakery Fresh (produits de boulangerie frais du jour pour les supermarchés), Bakery Frozen (produits précuits surgelés pour le commerce de détail et l’horeca), Bakery Store Concepts (450 magasins Panos et Deliway en Belgique, aux Pays-Bas et au Luxembourg), Milling (minoterie Paniflower). La gamme compte au total 1.450 produits qui sont livrés dans plus de 35 pays.
  • Production sur 17 sites en Belgique, en Pologne, en République tchèque, en Hongrie, en Turquie et aux Émirats arabes unis, notamment.
  • Plus de 4.800 collaborateurs.
  • Chiffre d’affaires (2022): 1,17 milliard d’euros.

Les membres de la famille qui souhaitent rejoindre l’entreprise doivent être titulaires d’un diplôme universitaire, avoir travaillé au moins cinq ans dans une autre société à un poste de management, et il doit y avoir un poste vacant approprié. Chaque candidature est examinée de façon objective par le conseil d’administration où siègent également des administrateurs indépendants. “Les règles du jeu sont claires pour les membres de la prochaine génération. Ils savent qu’il existe des possibilités, mais ils ne subissent aucune pression pour rejoindre l’entreprise familiale. Nous les encourageons à acquérir de l’expérience ailleurs et à développer leurs compétences.”

Guido Vanherpe a lui-même travaillé cinq ans chez Unilever et Procter & Gamble avant de rejoindre LLBG. “Cette expérience a joué un rôle déterminant dans mon parcours. Cela m’a donné un cadre de référence plus large, et j’ai commis mes premières erreurs en dehors de l’entreprise familiale. En outre, je ne suis pas arrivé en tant que ‘fils de‘ – je voulais absolument l’éviter – mais avec une première expérience. Ce qui m’a été très utile pour faire de l’entreprise ce qu’elle est aujourd’hui.”

Lire également
Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.