Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Vous aussi, vous attendez en vain le prochain krach?

Dieter Haerens, CEO de Saxo Bank Belgium

“Est-il encore intéressant d'investir?” Les investisseurs se posaient peut-être déjà cette question lorsque les premières actions ont été échangées au XVIIe siècle. La réponse correcte est aussi vieille que la question elle-même: le meilleur moment pour acheter, c'était hier. Vous avez loupé le coche? Alors, aujourd'hui est le meilleur moment.

Les marchés boursiers ont évolué de façon robuste au cours de la décennie écoulée. Après la crise de 2008, ils ont repris une tendance haussière, bien que par à-coups. Si la forte chute de mars 2020 a une nouvelle fois déclenché toutes les sonnettes d'alarme, elle a été suivie d'une reprise spectaculaire et d'une nouvelle croissance.

Quiconque a saisi sa chance en mars-avril 2020 et a commencé à investir dans un panier d'actions diversifié peut se targuer aujourd'hui d'un rendement total de 20%.
Dieter Haerens
CEO de Saxo Bank Belgium

Lors du dernier creux des marchés boursiers, beaucoup d’épargnants se sont lancés pour la première fois. “Rétrospectivement, ils n'avaient évidemment pas tort”, déclare Dieter Haerens, CEO de Saxo Bank Belgium (anciennement BinckBank). “Quiconque a saisi sa chance en mars-avril 2020 et a commencé à investir dans un panier d'actions diversifié peut se targuer aujourd'hui d'un rendement total de 20%.”

Ceux qui, en revanche, sont restés sur la touche à l'époque se demandent à présent s'il n'est pas trop tard pour investir sur le marché boursier… et s'il n'est pas préférable d'attendre un nouvel effondrement, vu le niveau record atteint par plusieurs Bourses. “La réponse est simple: c'est toujours le bon moment pour commencer à investir”, souligne Dieter Haerens.

Nous nous concentrons souvent sur les risques à court terme des investissements. C'est compréhensible: chaque fois que vous ouvrez un journal, on vous rappelle toutes les menaces possibles qui pourraient affecter l'économie et donc le marché boursier. Et celles-ci furent particulièrement nombreuses ces dernières années: Brexit, coronavirus, élections américaines, tensions avec la Chine et la Russie, politique des banques centrales, etc.

Il y aura toujours des menaces et des risques. Mais ils ne conduiront pas nécessairement à une chute importante des marchés boursiers. Personne n'est en mesure de prédire la prochaine correction boursière, ni quelle en sera la cause – malgré l’abondance de superordinateurs et de prix Nobel. Pendant que vous attendez cette correction, les rendements potentiels vous glissent entre les doigts.

“Au lieu de se concentrer sur l'agitation du quotidien, il peut être utile de prendre du recul”, indique Dieter Haerens. “Vous constaterez alors que les Bourses ont connu une tendance haussière pendant plus de 100 ans. Malgré toutes les crises et tous les krachs. Au lieu d'attendre une baisse, il est plus sage de se lancer dès à présent et de rester focalisé sur le long terme.”

La décision de commencer à investir maintenant peut aussi être motivée par une autre raison. Sur la plupart des comptes d'épargne belges, vous obtenez à peine 0,11% d'intérêt depuis des années. Parallèlement, la vie devient chaque année plus chère: de l'électricité à la baguette chez le boulanger, l'inflation est réelle. Pour 2021, le Bureau du Plan prévoit que le niveau moyen des prix en Belgique augmentera de 2,4%, et de 3,8% en 2022. “Vu le faible rendement obtenu sur le livret d'épargne, cette hausse des prix ne peut être compensée. Vous ne voyez pas cette perte, bien sûr, puisque la somme sur votre compte d'épargne reste identique. Mais lorsque vous voulez utiliser cet argent, c'est la douche froide.”

Cette situation de faibles taux d'épargne ne devrait guère changer dans un futur proche. La Banque centrale européenne continuera de maintenir des taux d'intérêt bas. Ces taux pourraient certes augmenter légèrement dans les années à venir, mais cette hausse sera limitée et progressive afin de ne pas perturber les marchés et la croissance économique. “En outre, les gouvernements ont accumulé des montagnes de dettes ces dernières années”, note Dieter Haerens. “Ils – et par conséquent les banques centrales – ont tout à gagner à maintenir les taux d'intérêt à un niveau bas pour que ces dettes restent abordables.”

“Cessez donc de rechercher le meilleur moment pour investir, car ce meilleur moment est toujours le plus tôt possible. De préférence hier, et si cela n'a pas été possible, aujourd'hui. Le plus grand risque en matière d'investissement n'est pas que votre portefeuille perde sa valeur à court terme. Le plus grand risque à long terme est… de ne pas investir. En n'investissant pas, vous ratez toutes les occasions de construire un patrimoine plus significatif que le rendement d'un compte d'épargne.”

Pour gagner, il faut démarrer tôt

Dieter Haerens investit lui-même depuis 1996. Entre-temps, ses trois enfants sont montés dans le train. “Lorsque mon fils (15 ans) et mes deux filles (18 et 12 ans) sont nés, j'ai commencé à investir en actions pour eux”, raconte-t-il. “Avec un rendement annuel moyen de 8,5% sur ces périodes, après déduction des frais et des impôts, ils se sont constitué un coquet patrimoine sur deux décennies. De nombreux (grands-)parents ouvrent un livret d'épargne pour chaque (petit-)enfant à la naissance. Bien qu'il s'agisse d'une démarche honorable et appréciée, le compte-titres offre aujourd'hui un multiple du rendement de ce compte d'épargne.”

Information importante

Le contenu de cette contribution a été fourni par des tiers et ne constitue pas un conseil ou une recommandation d'investissement individuel de la part de Saxo Bank. Les performances passées ne sont pas gages de résultats futurs. Les exemples ne sont fournis qu'à titre d'illustration. Les investisseurs peuvent ne pas être en mesure d'obtenir des résultats comparables. Tout investissement comporte des risques. En général, un investissement dont le rendement attendu est élevé comporte des risques élevés.

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.