Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

“Les employés courent plusieurs marathons sans en avoir conscience”

Dominique Monami: “L'engagement en faveur du bien-être devrait faire partie intégrante de la politique des ressources humaines.”

SD Worx a interrogé quatre Belges connus sur la manière dont ils pensent que les entreprises peuvent accroître leur attractivité dans la course aux talents. Kamal Kharmach, Dominique Monami, Miguel Wiels et Olivia Borlée éclairent ce que les employeurs peuvent apprendre du monde du sport et du showbiz pour se distinguer sur le front des RH: “Le personnel est la matière première la plus précieuse.”

Quelle est la définition d'un employeur attrayant selon les athlètes de haut niveau et les artistes qui ont une expérience dans le monde des affaires? Selon Kamal Kharmach, comédien de stand-up, professeur d'économie d'entreprise et entrepreneur, la rémunération reste un facteur très important. “Mais on aurait tort de penser que les individus sont par définition plus performants pour le simple motif qu'ils reçoivent un meilleur salaire.”

Kamal Kharmach: “On aurait tort de penser que les individus sont par définition plus performants pour le simple motif qu'ils reçoivent un meilleur salaire.”

L'aspect économique n'est déterminant que lorsqu'une personne doit faire son choix entre deux postes équivalents auprès d'employeurs différents. Autrement dit, le salaire ne joue un rôle que dans l'attraction des talents; pour retenir et motiver les individus, le purpose, le sens que l’on trouve à son poste, est indispensable.

“Les employés ont besoin de sentir que leur travail compte. Et pour que cela soit le cas, les employeurs doivent accorder de la reconnaissance à leurs employés et leur montrer à quel point ils sont cruciaux pour l'entreprise.”

Les stagiaires, un riche vivier de talents

Olivia Borlée, ancienne championne de sprint et cofondatrice, avec Élodie Ouédraogo, de la marque de mode sportive UNRUN 42/54, consacre beaucoup de temps et d'attention à ses stagiaires. Son équipe comprend invariablement deux ou trois stagiaires en formation: “Nous leur confions des rôles et des responsabilités multiples afin qu'ils soient plongés dans la réalité du métier. Et nous les écoutons sincèrement: leur opinion est importante.”

Olivia Borlée: “Nous confions à nos stagiaires des rôles et des responsabilités multiples afin qu'ils soient plongés dans la réalité du métier.”

Une approche payante pour les deux parties. Deux stagiaires sont déjà devenus des employés permanents. “Cette communication ouverte, je l'ai tirée de l'univers du sport”, témoigne Olivia Borlée. “Tous les deux ou trois mois, nous organisons des sessions de feed-back avec tous nos employés.”

UNRUN 42/54 applique le principe “start, stop & continue”. “Nous évoquons les aspects que les collaborateurs souhaitent conserver, les nouvelles compétences qu'ils voudraient acquérir et les solutions qu'ils ont l’intention de mettre en pratique pour corriger ce qui fonctionne moins bien.”

Les objectifs au-delà des heures de travail

Les entreprises peuvent également renforcer leur attractivité grâce à des politiques de travail flexible bien pensées. C'est l'avis de Dominique Monami, ancienne championne de tennis, coach mental et vice-présidente du COIB.

Recrutement, rémunération, motivation, flexibilité... ils n’ignorent aucun aspect.
Découvrez les HR Stories de Kamal, Olivia, Dominique et Miguel!

“Pour organiser le travail de manière flexible, il est essentiel de planifier intelligemment les heures de travail et de se concentrer sur les objectifs”, souligne-t-elle. “Les employés travaillent souvent sans interruption pendant huit heures à la maison. Réunion après réunion, ils sont assis devant leur ordinateur. En fait, ils courent plusieurs marathons sans en avoir conscience.”

Les employeurs doivent se préoccuper sincèrement du bien-être de leurs employés. En leur parlant, en identifiant leurs besoins et en élaborant des solutions de long terme. “L'engagement en faveur du bien-être devrait faire partie intégrante de la politique des ressources humaines. Organiser une semaine de détente ou une activité une fois par an n'est pas la meilleure stratégie.”

Miguel Wiels: “Je conseille aux recruteurs de passer outre l'inexpérience des jeunes afin de repérer les diamants bruts.”

Adéquation plutôt que formation

Miguel Wiels, producteur de musique, compositeur et artiste de K3, estime que la formation et les diplômes sont secondaires dans le recrutement des talents. “Il faut avant tout un déclic. Je conseille aux recruteurs de passer outre l'inexpérience des jeunes afin de repérer les diamants bruts. Ceux-ci recèlent souvent un potentiel immense qui peut grandir et s'épanouir.”

Miguel Wiels estime enfin que les individus ont besoin de liberté pour accomplir leur travail au mieux de leurs capacités, “même si la liberté n'est pas synonyme de démocratie. Dans mon groupe, par exemple, chacun a le droit de faire ce qu'il veut et d'exprimer ses opinions. Mais tôt ou tard, des décisions doivent être prises, et c'est au leader que revient la tâche de trancher.”

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.