shareholder

Le bimekizumab d'UCB donne des résultats positifs au stade initial de développement chez des patients souffrant de rhumatisme psoriasique

©rv

  • Le bimekizumab est un anticorps monoclonal hautement sélectif qui inhibe l’activité de l’IL- 17A et de l’IL-17F, d’importantes cytokines pro-inflammatoires exprimées dans plusieurs maladies inflammatoires1,2
  • • Dans cette étude précoce de validation de concept, le bimekizumab a démontré une efficacité rapide et soutenue dans les mesures de l’activité de la maladie aux niveaux cutané et articulaire, et a été bien toléré3

Bruxelles, Belgique – 10 juin, 7h00 CET – UCB a présenté aujourd’hui les résultats d’une étude de phase 1B évaluant la pharmacocinétique, l’innocuité, la tolérance et l’efficacité préliminaire de plusieurs doses de bimekizumab chez des patients souffrant de rhumatisme psoriasique (PsA) qui n’avaient pas répondu favorablement à au moins un médicament antirhumatismal modificateur de la maladie et/ou un médicament biologique. Un total de 52 patients ont été randomisés afin de recevoir le bimekizumab (N = 38) ou un placebo (N = 14). Dans l’étude de phase 1B, où le nombre de patients et l’exposition étaient limités, le bimekizumab a démontré une efficacité rapide et soutenue dans les mesures de l’activité de la maladie aux niveaux cutané et articulaire, et a été bien toléré. Ces résultats ont été présentés lors du Congrès européen annuel de rhumatologie (EULAR 2016) qui s’est tenu à Londres (Royaume-Uni) du 8 au 11 juin 2016.3

" Ces données améliorent notre connaissance du bimekizumab et la manière dont son mécanisme d’action unique, qui inhibe les cytokines IL-17A et IL-17F, pourrait apporter des bienfaits cliniques aux patients atteints de maladies immunologiques telles que le PsA ", a déclaré Dominique Baeten, professeur au département d’immunologie clinique et de rhumatologie du centre médical universitaire de l’université d’Amsterdam. " Le PsA est une maladie grave qui s’accompagne de très nombreux symptômes, notamment des gonflements et des douleurs articulaires, pouvant avoir une incidence notable sur la vie du patient. Bien que des progrès aient été réalisés dans le traitement du PsA grâce aux médicaments biologiques, il est essentiel que nous continuions à rechercher des moyens plus modernes et potentiellement plus efficaces de contrôler cette affection dévastatrice, tout particulièrement chez les patients qui ne répondent pas aux traitements actuels. "

Le rhumatisme psoriasique affecte de 0,3 % à 1,0 % environ de la population, et se caractérise principalement par des manifestations articulaires et cutanées – les patients présentant généralement une combinaison de symptômes psoriasiques et arthritiques causant des malformations aux niveaux de la peau et des ongles, une détérioration progressive et invalidante des articulations, et une diminution de la qualité de vie.4,5 De nouvelles options thérapeutiques sont nécessaires pour traiter cette maladie grave.

Le bimekizumab est un anticorps monoclonal IgG1 humanisé expérimental visant expressément à inhiber fortement et sélectivement la fonction biologique de l’IL-17A et de l’IL-17F – d’importantes cytokines pro-inflammatoires qui interviennent dans les processus inflammatoires chroniques déterminant la pathophysiologie de nombreuses maladies graves s’accompagnant d’anomalies cutanées et articulaires, comme le PsA1,2

" Les résultats de cette étude révèlent le potentiel du bimekizumab pour les patients atteints de PsA, qui ont constamment besoin de nouvelles options thérapeutiques pouvant cibler les inflammations non contrôlées et éliminer les symptômes articulaires et cutanés difficiles à tolérer ", a commenté Emmanuel Caeymaex, Head of Immunology et Executive Vice President, Immunology Patient Value Unit chez UCB. " Forts de ces résultats, nous pouvons désormais nous attacher en toute confiance à faire avancer le programme clinique sur le bimekizumab, et avons hâte d’étendre notre pipeline de projets en immunologie dans le cadre de notre engagement continu à offrir des options thérapeutiques plus ciblées à cette communauté de patients. "

L’étude a évalué l’innocuité, la tolérance et l’efficacité de plusieurs doses de bimekizumab par rapport à un placebo, au moyen de l’indice de gravité du psoriasis (PASI) et de la classification de l’American College of Rheumatology (ACR). Le bimekizumab a entraîné une réponse rapide aux niveaux de la peau et des articulations, avec des taux de réponse ACR 20 de 80 % pour l’ensemble des trois premières doses (n = 30) par rapport à un taux de 17 % dans le groupe placebo (n = 12) à la huitième semaine. De plus, les résultats ont révélé un taux de réponse PASI 90 de 87 % (n = 15) pour les patients recevant les trois premières doses de bimekizumab par rapport à 0 % (n = 5) dans le groupe placebo. Une analyse statistique bayésienne a montré une forte probabilité postérieure (>99 %) que le taux de réponse ACR 20 du bimekizumab à la huitième semaine soit supérieur à ceux rapportés pour les traitements de référence actuels à base de médicaments biologiques, notamment les inhibiteurs de l’IL-17A. Toutes les doses de bimekizumab ont été bien tolérées. Aucun effet indésirable grave ni aucun abandon liés au traitement n’ont été observés3

À propos du bimekizumab
Le bimekizumab est un anticorps monoclonal expérimental visant expressément à inhiber fortement et sélectivement la fonction biologique de l’IL-17A et de l’IL-17F, deux importantes cytokines pro- inflammatoires. L’IL-17A et l’IL-17F interviennent dans les processus inflammatoires chroniques qui déterminent de nombreuses maladies cutanées et articulaires graves. Des études de détermination de la posologie du bimekizumab devraient commencer cette année. Le bimekizumab n’est homologué par aucune autorité réglementaire dans le monde.

Références

  1. Johansen et al., " Characterization of the interleukin-17 isoforms and receptors in lesional psoriatic skin ", British Journal of Dermatology, 2009, vol. 160, p. 319-324.
  2. Van Baarsen et al., " Heterogeneous expression pattern of interleukin 17A (IL-17A), IL-17F and their receptors in synovium of rheumatoid arthritis, psoriatic arthritis and osteoarthritis: possible explanation for nonresponse to anti-IL-17 therapy? ", Arthritis Research & Therapy, 2014, vol. 16, no 4, p. 1-10.
  3. Glatt S. et al., " Bimekizumab, a Monoclonal Antibody that Inhibits Both IL-17A and IL-17F, Produces a Profound Response in Both Skin and Joints: Results of an Early-Phase, Proof-of- Concept Study in Psoriatic Arthritis ", résumé no OP0108 présenté lors du congrès 2015 de la Ligue européenne contre le rhumatisme (EULAR).
  4. Gladman D.D., Antoni C., Mease P. et al., " Psoriatic arthritis: epidemiology, clinical features, course, and outcome ", Annals of the Rheumatic Diseases, 2005, vol. 64, suppl. au no 2, ii14- 7.
  5. Kavanaugh A., Fransen, A., " Defining remission in psoriatic arthritis ", Clinical and Experimental Rheumatology, 2006, vol. 24, suppl. au no 43, S83-S87.

Lire le communiqué de presse ici.

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés