shareholder

Le bimekizumab donne des résultats significatifs chez les patients atteints de spondylarthrite ankylosante

©Kristof Vadino

Les premiers résultats positifs de l'étude UCB de phase 2b BE AGILE du bimekizumab chez les patients atteints de spondylarthrite ankylosante montrent une pertinence statistique chez plusieurs groupes de traitement

  • L’étude montre que le critère principal (ASAS40) est satisfait, avec jusqu’à 47% des patients atteints de spondylarthrite ankylosante (SA) faisant état d’au moins 40 % d’amélioration de leurs symptômes, contre 13% des patients ayant reçu un placebo, à la semaine 12
  • L’étude de phase 2b BE AGILE fournit les premiers résultats d’efficacité clinique sur la SA du bimekizumab, un nouvel anticorps monoclonal qui inhibe fortement et sélectivement IL-17A et IL17F.Elle indique qu’il peut constituer une option de traitement prometteuse pour les patients atteints de SA, une population dont les besoins en termes de traitement restent encore largement insatisfaits
  • Ces données font suite aux résultats cliniques positifs et encourageants récemment annoncés pour le bimekizumab dans le cadre du traitement contre le psoriasis

Bruxelles, Belgique – 14 décembre 2017, 7h00 CET – Information réglementée – Informations privilégiées – UCB a annoncé aujourd’hui que l’étude de phase 2b BE AGILE avait atteint l’objectif principal d’établir la relation dose-effet du bimekizumab et a démontré une efficacité statistiquement significative, comparé au placebo, chez les patients adultes souffrant d’une spondylarthrite ankylosante(SA) active.(1)

" Les résultats du bimekizumab sont remarquables, en ce qu’ils se basent sur un seuil d’efficacité principalASAS40 très rigoureux. Nos résultats ont montré que les patients atteints de SA faisaient état d’une amélioration rapide de leur pathologie, avec une diminution significative de la douleur et une amélioration de la fonction physique, ce qui peut avoir un impact réellement positif sur leur qualité de vie ", explique Désirée van der Heijde, docteur en médecine et professeur de rhumatologie au centre médical de l’université de Leiden. " En ciblant spécifiquement IL-17A et IL-17F, le bimekizumab peut potentiellement stopper l’inflammation responsable des symptômes des maladies telles que la SA. "

" La SA est une pathologie chronique, douloureuse et progressivement invalidante, se manifestant pour la première fois le plus souvent chez les jeunes adultes. Les patients atteints de SA souffrent de raideur matinale, de douleurs dorsales invalidantes, ainsi que d’une perte de mobilité et de fonctionnalité. En dépit des récents progrès en matière de développement biologique, jusqu’à 40 % des patients ne répondent pas correctement aux médicaments biologiques standard et les options thérapeutiques offertes sont peu nombreuses. Les résultats de BE AGILE montrent que le bimekizumab peut potentiellement constituer une option de traitement valable pour les patients atteints de SA, en réduisant de manière rapide et significative les effets de leur pathologie ", ajoute Emmanuel Caeymaex, directeur du service Immunologie et vice président exécutif d’UCB. " Nous développons également le bimekizumab pour les cas de maladies endéfaut de traitement, comme le psoriasis et l’arthrite psoriasique. Nous pensons que le bimekizumabpourra apporter une valeur ajoutée significative aux patients et nous nous efforçons d’avancer rapidement dans notre programme clinique de phase 3."

BE AGILE a étudié l’innocuité, l’efficacité, ainsi que le profil pharmacocinétique (PK) et pharmaco dynamique (PD) du bimekizumab par rapport à un placebo chez des patients adultes atteints deSA active. La principale variable d’efficacité prise en compte dans l’étude était le pourcentage de patients atteints de SA faisant état d’au moins 40 % d’amélioration de leurs symptômes, comme la douleur, la fonction physique et l’inflammation (ASAS40), à la semaine. (12.10)  Le bimekizumab a atteint ce seuil de réponse clinique pour un nombre statistiquement significatif plus important de patients que le placebo sur plusieurs doses.(1) De plus, le bimekizumab a été généralement bien toléré et aucune nouvelle alerte de sécurité n’a été signalée.

L’événement indésirable le plus souvent signalé est un simple rhume (rhinopharyngite). L’étude BE AGILEva continuer durant 36 semaines (selon la méthode des doses en aveugle) afin d’évaluer la perduration de l’efficacité et de l’innocuité.

Ces données font suite aux résultats cliniques encourageants récemment annoncés pour le bimekizumabdans le cadre du traitement contre le psoriasis. Une précédente étude de phase 2b chez des patients atteints de psoriasis modéré à sévère, une autre maladie inflammatoire d’origine immunologique, a permis d’observer que la double inhibition de l’IL-17A et de l’IL-17F par le bimekizumab résultait en un assainissement cutané total (PASI100) chez 60 % des patients à la semaine 12.(10) Les résultats d’une troisième étude de phase 2b du bimekizumab chez les patients atteints d’arthrite psoriasique sont imminents.

À propos du bimekizumab

Le bimekizumab est un nouvel anticorps monoclonal humanisé IgG1 inhibant fortement et sélectivement l’IL-17A et l’IL-17F, deux importantes cytokines à l’origine de processus inflammatoires. L’IL-17A et l’IL-17Font des fonctions pro-inflammatoires qui se superposent et peuvent coopérer indépendamment avec d’autres médiateurs inflammatoires pour provoquer une inflammation chronique et une destruction des tissus.

De précédentes études cliniques en phase initiale sur le psoriasis et l’arthrite psoriasique suggéraient que la double inhibition de l’IL-17A et de l’IL-17F par le bimekizumab pouvait ouvrir la voie à une nouvelle approche de ciblage pour le traitement des maladies inflammatoires d’origine immunologique.(3,4) Les résultats pré cliniques sur des cellules touchées par les maladies concernées ont montré que la double inhibition de l’IL-17A et de l’IL-17F réduisait l’inflammation au niveau de la peau et des articulations, ainsi que la formation osseuse pathologique de manière plus importante que l’inhibition de l’IL-17A ou l’IL-17F seule.(4,8,12)

UCB étudie également le bimekizumab dans le cadre d’autres pathologies, notamment le psoriasis et l’arthrite psoriasique. Le bimekizumab n’est homologué par aucune autorité réglementaire dans le monde.

À propos de la spondylarthrite ankylosante (SA)

La SA est une pathologie chronique permanente.(10) Il s’agit d’un type commun de spondylarthrite, de la famille des pathologies inflammatoires d’origine immunologique touchant les articulations et affectant principalement la colonne vertébrale. La SA est une pathologie douloureuse et progressivement invalidante. L’inflammation persistante et la progression de la maladie réduisent la mobilité et la fonctionnalité des patients, conduisant à une raideur articulaire et à des douleurs invalidantes dans les zones affectées.(7)

Les patients souffrant de SA sévère peuvent être atteints de fusion vertébrale (ou soudure des os) dans les10 à 15 années suivantes, ce qui réduit significativement leur mobilité et augmente leur handicap.(5) La SA se déclare souvent chez les jeunes adultes. La famille des personnes atteintes de SA ont un risque plus élevé de développer eux-mêmes la maladie.(11,6)

Les besoins non satisfaits sont encore très importants en matière de SA. Jusqu’à 40 % des patients ne répondent pas correctement aux médicaments biologiques standard et les options thérapeutiques offertes sont peu nombreuses.(7)

À PROPOS DE BE AGILE (2)

BE AGILE est une étude de détermination de la posologie, multi centrique, randomisée, en double aveugle, contrôlée par placebo et en groupes parallèles, visant à évaluer le bimekizumab par rapport à un placebochez des patients adultes souffrant d’une spondylarthrite ankylosante (SA) active. L’étude incluait une période de traitement de 12 semaines en double aveugle, après laquelle les patients éligibles poursuivent avec un traitement de 36 semaines par doses en aveugle. La durée totale du traitement est de 48semaines.

L’étude a été menée auprès de 303 patients atteints d’une SA active, diagnostiquée par des signes radiologiques (X-ray) répondant aux critères de New York modifiés, ayant manifesté des symptômes pendant au moins trois mois, avec une apparition de ces derniers avant les 45 ans. Les patients étaient atteints de SA modérée à sévère, définie selon le score BASDAI comme étant ≥ 4 ; avec une douleur de la colonne vertébrale ≥ 4 ; et soit une réponse inadéquate aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS),soit une intolérance à l’administration d’au moins un AINS, soit une contrindication au traitement AINS.

L’étude incluait des patients bio-naïfs et des patients préalablement exposés au traitement anti-TNF.

Les patients étaient randomisés pour recevoir l’une des cinq posologies, soit le placebo soit lebimekizumab, en sous-cutané toutes les quatre semaines pendant 12 semaines. Ils étaient ensuite à nouveau randomisés dans un groupe de traitement au bimekizumab selon la méthode des doses en aveugle pour 36 semaines. La randomisation était équilibrée dans les divers groupes de traitement. Les patients avaient le choix de participer à une étude d’extension à la semaine 48.

La principale variable d’efficacité prise en compte dans l’étude de phase 2b BE AGILE était le pourcentage de patients atteints de SA faisant état d’au moins 40 % d’amélioration de leurs symptômes entre leurinclusion dans l’étude jusqu’à la semaine 12 (réponse ASAS40).

La réponse ASAS est définie comme étant une amélioration de ≥ 40 % et d’au moins deux unités sur une échelle de 0 à 10 dans au moins trois des domaines suivants : activité globale de la maladie, évaluation de la douleur, fonction et inflammation évaluées par le patient. Il ne doit pas y avoir d’aggravation dans tousles domaines restants.

Les variables secondaires de l’efficacité prises en compte dans BE AGILE, toutes évaluées à la semaine12, étaient le changement par rapport à l’état initial de la réponse ASDAS-CRP, ASAS20 et ASAS5/6, le changement par rapport à l’état initial de la réponse BASDAI et le changement par rapport à l’état initial deBASFI.(2)

Références

1. Données internes d’UCB. Décembre 2017.

2. Protocole d’étude clinique d’UCB. Protocole PS0008 Avenant 1. Données internes

3. Glatt S, Helmer E, Haier B, et al. First-in-human randomized study of bimekizumab, a humanizedmonoclonal antibody and selective dual inhibitor of IL-17A and IL-17F, in mild psoriasis. Br J ClinPharmacol. 2017 May;83(5):991-1001. doi: 10.1111/bcp.13185. Epub 2017 Jan 10.

4. Glatt S, Baeten D, Baker T, et al. Dual IL-17A and IL-17F neutralisation by bimekizumab in psoriaticarthritis: evidence from preclinical experiments and a randomized placebo-controlled clinical trialthat IL-17F contributes to human chronic tissue inflammation. Ann Rheum Dis. In Press.

5. Barkham N, Kong K O, Tennant A, et al. The unmet need for anti-tumour necrosis factor (anti-TNF)therapy in ankylosing spondylitis. Rheumatology. 2005, vol. 44, p. 1277-1281.

6. Dean LE, Jones GT, MacDonald AG, et al. Global prevalence of ankylosing spondylitis.Rheumatology (Oxford). 2014 ;53(4):650-7.

7. Dougados M, Baeten D. Spondyloarthritis. Lancet. 2011 ; 377(9783):2127-37.

8. Shah M, Maroof A, Al-Hosni R, Gikas P, Gozzard N, Shaw S, Roberts S. Bimekizumab Blocks TCell-Mediated Osteogenic Differentiation of Periosteal Stem Cells: Coupling Pathological BoneFormation to IL-17A and IL-17F Signaling [abstract]. Arthritis Rheumatol. 2017 ; 69 (suppl 10).

9. Données internes d’UCB. Juillet 2017

10. Spondylitis Association of America. À propos de la spondylarthrite ankylosante. Consulté à l’adresse :https://www.spondylitis.org/Ankylosing-Spondylitis. 7 décembre 2017.

11. Schett et al. Structural damage in rheumatoid arthritis, psoriatic arthritis, and ankylosing spondylitis:traditional views, novel insights gained from TNF blockade, and concepts for the future. Arthritis ResTher. 2011 ;13 :S4.

12. Maroof A, Okoye R, Smallie T, et al. Bimekizumab dual inhibition of IL-17A and IL-17F provides evidence of IL-17F contribution to chronic inflammation in disease-relevant cells. Ann Rheum Dis.201706;76 (suppl.2):213-213.

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés