Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Fintech: la clé pour une plus grande inclusion financière?

Tim Crijns, gestionnaire de fonds chez Triodos

Les marchés émergents, grâce à leur population jeune et férue de technologie, offrent un terrain fertile pour les fintech. La récente crise sanitaire n’a fait que renforcer cette position. Les fintech des pays émergents sont devenues un outil crucial pour une inclusion financière accrue.

“La seule innovation utile dans le monde financier au cours des 20 dernières années fut l'invention du distributeur automatique de billets.” Cette déclaration sarcastique de 2009 émane de Paul Volcker, ex-président de la Federal Reserve, la banque centrale américaine. Douze ans plus tard, le monde financier regorge pourtant de start-up et de licornes. Et jamais autant d'argent n'a été injecté dans les fintech que cette année.

Surfant sur le déploiement mondial de l'internet mobile, les fintech ont démocratisé les services financiers et en ont réduit les coûts. Pensez aux plateformes de crédit numériques où les petites entreprises peuvent solliciter un prêt en quelques minutes. Ou aux applications qui permettent le paiement des factures de services publics ou de frais de scolarité, afin que les personnes n'aient pas à marcher pendant des heures jusqu'à une banque, avec le risque de se faire voler.

Beaucoup pensent que ces solutions numériques sont la clé de l'inclusion financière. Parce qu'ils peuvent atteindre les 2 milliards de personnes dans le monde qui sont encore exclues des services financiers traditionnels tels que les comptes d'épargne et le crédit. Mais aussi les 131 millions de microentreprises et de PME des pays en développement, soit 40% du total, qui peinent à accéder au financement professionnel.

Le rôle social des fintech

“Grâce à des solutions telles que le microcrédit et les transferts d'argent numériques, adaptées aux personnes à faibles revenus, les fintech ont trouvé leur place dans le paysage bancaire”
Tim Crijns
Gestionnaire de fonds chez Triodos

“Dans les marchés émergents, les services bancaires sont souvent chers”, note Tim Crijns, gestionnaire de fonds chez Triodos Investment Management. “Les banques traditionnelles sont peu incitées à servir les segments les plus pauvres de la population ou à ouvrir des antennes dans les zones peu peuplées. Il n'est donc pas surprenant que, dans les endroits où le seuil d'accès aux services financiers est le plus élevé, l'essor des fintech soit le plus marqué. Le secteur des fintech ne se contente donc pas de développer des services qui concurrencent les acteurs traditionnels: il comporte une forte dimension sociale. Grâce à des solutions telles que les microcrédits, les micro-assurances, les comptes d'épargne et les transferts d'argent numériques, adaptées aux besoins des personnes à faibles revenus, les fintech ont trouvé leur place dans le paysage bancaire.”

Accélération “grâce” au coronavirus

De même qu’en Belgique, nous payons désormais nettement plus souvent avec nos cartes sans contact et demandons un prêt par voie numérique, la crise sanitaire a entraîné un boom des services financiers numériques dans les pays en développement. Et mis en lumière, au passage, le rôle et l'importance de la fintech. Par exemple, dans les pays où l'accès aux agences bancaires est limité, comme la Namibie, le Pérou, l'Ouganda et la Zambie, des solutions mobiles sont utilisées pour transférer les aides publiques. Aux Philippines, quatre millions de comptes bancaires numériques ont été ouverts peu après la première apparition du virus.

Revers de la médaille?

Il ne fait aucun doute que le secteur des fintech a une mission capitale à remplir pour favoriser l'inclusion financière. Toutefois, la numérisation recèle aussi des risques pour les personnes dotées de connaissances financières limitées. La souscription de prêts trop élevés, par exemple, peut entraîner des problèmes financiers. “Dans les pays en développement, nous constatons qu'en moyenne, les gens remboursent leurs emprunts beaucoup mieux que dans les pays industrialisés”, nuance cependant Tim Crijns. “Les principaux risques et limites en la matière se situent ailleurs.”

L'absence de téléphones mobiles bon marché et de connexion internet à prix abordable désavantage de manière disproportionnée les femmes, les personnes à faibles revenus et les habitants des zones rurales. “De même, le fait que les informations soient fournies par des algorithmes plutôt que par des personnes peut conduire involontairement à des prêts discriminatoires”, ajoute Tim Crijns. “Les processus évoluent si rapidement qu'il est souvent difficile, pour les consommateurs et les régulateurs, de suivre le rythme. Ces risques que sont notamment l'atteinte à la vie privée, l'usurpation d'identité et la fraude peuvent causer des dommages plus graves lorsque les consommateurs manquent d'éducation financière et de compétences numériques.”

21 investissements dans les fintech

“La fintech a le potentiel de contribuer à une société juste et résiliente”
Tim Crijns
Gestionnaire de fonds chez Triodos

Triodos Investment Management a lancé son premier investissement dans les fintech en 2016. Aujourd'hui, l’entreprise gère un portefeuille d'investissements durables de plus de 90 millions d'euros, dont 21 investissements directs dans des fintech actives entre autres au Pérou, au Mexique, au Kenya, en Afrique du Sud, en Jordanie, en Inde et en Indonésie.

“La fintech a le potentiel de contribuer à une société juste et résiliente”, conclut Tim Crijns. “En tant qu'investisseurs d'impact, nous n'investissons pas dans la fintech pour le plaisir mais pour amplifier l'inclusion financière. Nous pensons que les plus pauvres dans le monde doivent pouvoir bénéficier des chances ouvertes par la révolution fintech, et ce, de manière transparente, équitable et responsable.”

Vous désirez en savoir plus sur les investissements dans la fintech? Cliquez ici.

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.