Une initiative d' 
ING

Partenaire en innovation

"Notre banquier nous a appelés pour nous dire: j'ai encore trouvé de l'argent pour vous!"

Maxime Carpentier, CEO de Zerocopy

Maxime Carpentier, CEO de Zerocopy

Zerocopy fournit gratuitement les syllabi aux étudiants s’ils acceptent la présence d’un peu de publicité. Le nombre d’utilisateurs est en nette augmentation, ainsi que les besoins en capitaux. Heureusement, les "Innovation Bankers” d’ING veillent à ce que tout se passe bien.

Publicité

Publicité

Publicité

“Quel est le média sur lequel les jeunes entre 18 et 25 ans passent le plus de temps? YouTube? Facebook? Twitter? Instagram? Erreur: leurs cours! Par conséquent, n’est-il pas logique que les annonceurs y soient présents, au lieu de dépenser leur argent sur les réseaux sociaux?” Maxime Carpentier décrit avec enthousiasme le modèle opérationnel de Zerocopy. Grâce à la scale-up dont il est le CEO, les étudiants peuvent imprimer gratuitement leurs syllabi en échange de publicités ciblées. Derrière cette idée se cache une logique à la Robin des Bois: “Les riches entreprises paient pour que les étudiants puissent imprimer leurs cours, ce qui abaisse le seuil d’accès aux études.”

Le CEO est l’un des trois actionnaires de Zerocopy, créée voici quelques années avec un ancien condisciple qui a entre-temps quitté l’entreprise. Ses parts ont été rachetées par Klaus Lommatzsch et Marc Bresseel, du groupe de conseil en marketing Duval Union. Si l’on regarde en arrière, la croissance est phénoménale. Et si l’on se tourne vers l’avenir, elle s’avère des plus prometteuses. “Rien que la semaine dernière, nous avons enregistré 1.500 nouveaux utilisateurs”, chiffre Maxime Carpentier. “Nous en comptons désormais 80.000 et nous nous attendons à un quasi-doublement cette année. Dans notre groupe-cible, nous sommes, avec nos milliers de documents imprimés, le principal imprimeur du pays. Hélas, trop peu d’annonceurs et d’agences de publicité le savent.”

Un des experts en innovation d’ING m’a appelé pour m’informer qu’ING avait lancé un nouveau concept, l’innovation banking pour les jeunes entreprises, et qu’il souhaitait nous avoir comme clients.
Maxime Carpentier CEO de Zerocopy

Maxime Carpentier nourrit des ambitions internationales tout en restant prudent. Le financement de la croissance représente toujours un défi majeur. Cette question se pose pour les start-up et scale-up, reconnaît le CEO. C’est pourquoi il est heureux de faire appel aux compétences de Jaime Cuyckens, un des experts en innovation d’ING. Il se souvient encore de sa première rencontre avec l'Innovation Banker d’ING… parce qu’elle défiait toute logique! C’est en effet le banquier qui est venu frapper à sa porte. “Omar Mohout, un spécialiste en start-up et scale-up, lui avait donné mon nom. Jaime m’a appelé pour m’informer qu’ING avait lancé un nouveau concept, l'innovation banking pour les jeunes entreprises, et qu’il souhaitait nous avoir comme clients.”

La start-up a accepté et Jaime Cuyckens l’a aidée à préparer une augmentation de capital, notamment en présentant la jeune entreprise à des investisseurs potentiels. “Ce n’est jamais une garantie de succès”, avance Maxime Carpentier. “Car, même si nous avons une discussion intéressante avec des investisseurs, cela ne signifie pas qu’ils soient prêts à se lancer dans l’aventure. Mais Jaime a continué à nous soumettre des idées, et nous a finalement proposé un crédit d’ING. C’est une réelle marque de confiance, vu que les start-up ne sont pas immédiatement rentables. Nous avons reçu un crédit de 100.000 euros, même si nous ne savions pas exactement ce que nous allions en faire. C’était un peu le monde à l’envers (il rit). Peu après, Jaime m’a rappelé pour me dire: j’ai encore trouvé 100.000 euros pour vous, dans un fonds de capital à risque. C’est à ce style direct que vous reconnaissez un ancien entrepreneur.”

'Nous en comptons désormais 80.000 et nous nous attendons à un quasi-doublement cette année', Maxime Carpentier, CEO de Zerocopy 'Nous en comptons désormais 80.000 et nous nous attendons à un quasi-doublement cette année', Maxime Carpentier, CEO de Zerocopy

Finalement, Maxime Carpentier a apporté le dernier tiers de l’augmentation de capital de 300.000 euros. “Grâce à ce financement, nous disposons d’un cash-flow positif, ce qui nous permet de faire évoluer notre modèle opérationnel. En outre, les injections de capitaux externes ont été réalisées via des emprunts subordonnés, ce qui a permis aux actionnaires de garder le contrôle de l’entreprise.”

Atout de taille

La prochaine étape consiste à collecter des capitaux pour assurer la croissance, et là encore, l'Innovation Banker joue un rôle crucial. “Jaime nous aide à mettre au point notre plan financier et à améliorer notre présentation pour les investisseurs. Si nécessaire, il fait appel à d’autres experts et utilise son réseau de contacts pour trouver des investisseurs. Cela nous aide beaucoup d’avoir en main un document où ING s’engage à nous prêter quelques centaines de milliers d’euros si nous trouvons un million d’euros de financement externe. C’est un atout de taille lorsqu’il s’agit de convaincre des investisseurs.”

Tous les contacts avec des investisseurs potentiels n’aboutissent pas, bien entendu. Ceci étant, Maxime Carpentier ne considère pas ces rencontres comme une perte de temps. “Au contraire. Même si nous ne concluons pas un accord immédiat, il toujours possible que nos discussions aboutissent à plus long terme. Et si ces cocktails très chics destinés à nous faire rencontrer des patrons d’industrie n’apportent rien de concret, au final, nous passons de bons moments et la nourriture est toujours excellente!”, conclut-il en riant.

Publicité

Publicité