Sous la responsabilité de 
Keytrade

Investir

"Aller à l'encontre du consensus se révèle souvent fructueux"

Plus dans Investir

 © shutterstock

 © shutterstock

Lorsque presque tout le monde croit que les Bourses ne peuvent que monter, il est judicieux de préparer la retraite, assure le stratégiste en investissement de Keytrade Bank, Geert Van Herck. Bien qu’une telle stratégie ne soit pas aisée à mettre en œuvre, elle s’avère souvent payante.

Publicité

Publicité

Publicité

Le consensus est un animal dangereux sur les marchés financiers. "Ceci est répété comme un mantra: il n’existe aujourd’hui aucune alternative aux actions. Or, je m’interroge sérieusement sur le bien-fondé de ce raisonnement", nuance Geert Van Herck, stratégiste en investissement chez Keytrade Bank. "Les valorisations en vigueur sur les marchés d’actions semblent peu à peu prendre des proportions excessives. Ajoutez-y la volatilité particulièrement basse de ces derniers mois… Une telle situation ne peut perdurer pendant des années."

Quand tout le monde pense et dit la même chose, il faut oser vous opposer à la tendance, conseille-t-il. "Par exemple, on entend sans arrêt que les obligations sont à éviter comme la peste. Certes, les coupons ne sont pas particulièrement élevés dans le climat actuel de taux bas, mais je pense que de très nombreuses personnes qui ont des obligations de qualité en portefeuille s’en féliciteront au cours des années à venir. En période de tension sur les marchés, les titres à revenus fixes constituent traditionnellement des tampons très efficaces pour absorber les chocs. C’est alors que vous récolterez les fruits d’avoir nagé à contre-courant."

Ce n’est pas chose facile, cependant. Les investisseurs ont besoin d’être davantage aidés dans ce domaine, affirme Geert Van Herck. "Les revues boursières et les institutions financières doivent déployer plus d’efforts pour rompre avec la pensée unique. Malheureusement, force est de constater que les conseillers font toujours la promotion du ‘produit du jour’, et qu’il s’agit généralement de produits déjà performants. Il est très difficile pour eux d’aller à l’encontre du consensus."

Le stratégiste fait toutefois preuve d’une certaine compréhension. Même si une conviction s’avère totalement fondée a posteriori, il est rarement aisé de l’exprimer sur le moment même. "Les pays émergents, tellement en vogue aujourd’hui, en sont un bon exemple. Ils ont enregistré d’excellentes performances cette année et l’an dernier. Mais ces actions présentaient déjà des valorisations très attrayantes en 2014 et 2015, à cette différence près qu’elles baissaient mois après mois à l’époque. Il était alors difficile de convaincre des investisseurs de miser sur ce segment, d’autant que les indices européens progressaient."

Quand interviendra cette correction? Pour le déterminer, le comité d’investissement de Keytrade Bank, qui étudie à quel point la banque peut se montrer défensive ou offensive dans la gestion du patrimoine de ses clients KeyPrivate, suit de très près l’évolution des moyennes historiques. "Les tendances structurelles sur la plupart des Bourses mondiales suggèrent toujours une poursuite de la hausse", avance Geert Van Herck. "Il n’est donc pas encore question de se placer totalement sur la défensive. Nous interviendrons dès que nous détecterons le point d’inflexion. Autrement dit, nous mettrons en sécurité une partie des bénéfices accumulés et accroîtrons la position de liquidités ou intégrerons dans le portefeuille des produits plus défensifs, comme de l’or et des obligations publiques."

Publicité

Publicité