Sous la responsabilité de 
Deutsche Bank

Deutsche Bank

La Bourse, seule issue pour les épargnants?

Plus dans
Life & finance

 © Getty Images

 © Getty Images

Comment faire pour améliorer le rendement de son argent? Dans un contexte de taux historiquement faibles, cette question est fondamentale pour de nombreux épargnants. La Bourse est-elle dès lors la seule échappatoire?

Publicité

Publicité

Publicité

Depuis plusieurs années, la Banque centrale européenne comprime les taux dans une tentative de ramener l’économie sur les rails. En conséquence, les épargnants doivent se contenter d’un maigre rendement sur leur épargne et on ne voit poindre aucune amélioration dans l’immédiat. “Cela dit, ce tableau sombre mérite qu’on le nuance, car le livret d’épargne présente malgré tout encore des avantages indéniables”, affirme Roland Gillet, professeur d’économie financière à la Sorbonne et à l’ULB (Solvay Business School).

Ainsi, bien que le rendement de l’épargne soit maigre, il reste néanmoins positif. Ce qui n’est pas le cas pour les obligations d’Etat de qualité de courte échéance. Qui plus est, le compte d’épargne demeure un produit très liquide donc disponible facilement, ce qui est pratique pour les dépenses inattendues. Par ailleurs, en cas de faillite bancaire, l’épargne sur le livret est protégée jusque 100.000 euros.

“Le livret d’épargne reste important pour se constituer une réserve en cas de besoin. Il est aussi adapté pour ceux qui sont disposés à sacrifier une partie du rendement au profit de la sécurité à tout prix”, poursuit Roland Gillet. L’épargnant qui dispose de suffisamment de liquidités et qui souhaiterait réaliser un rendement supérieur sur le reste de son patrimoine doit cependant rechercher des alternatives, sous la forme d’actions, d’obligations ou encore de fonds de placement.

5 CONSEILS DE DEUTSCHE BANK

  1. Conservez suffisamment d’argent sur votre livret pour vos projets à court terme et les dépenses imprévues.
  2. Ne perdez pas de vue votre propre profil de risque. Évitez les investissements risqués si vous perdez facilement le sommeil en cas de turbulences sur les marchés.
  3. Limitez le risque de votre portefeuille en investissant dans des fonds mixtes flexibles. Les gestionnaires de ces fonds ont la liberté et les connaissances nécessaires pour adapter leur stratégie en fonction des circonstances.
  4. Investissez à intervalles réguliers de l’argent dans un fonds de placement. En plaçant de manière périodique une somme d’argent, le rendement ne dépendra pas d’un moment d’entrée unique dans le marché.
  5. Les investisseurs ont intérêt à avoir un horizon de placement d’au moins cinq, voire dix ans. 

 

“Il n’y a pas mille manières d’obtenir un rendement supérieur, il faut forcément prendre plus de risques. Chaque épargnant doit se demander dans quelle mesure il souhaite s’exposer”, note R. Gillet. Ainsi les obligations d’entreprises de moindre qualité offrent-elles un rendement potentiellement supérieur mais pour lesquelles le risque de faillite de l’émetteur est plus grand. Les obligations en devise étrangère peuvent également être intéressantes mais dans ce cas, les investisseurs doivent tenir compte du risque de change.

De même, les actions offrent toujours une prime de risque plus élevée mais leur volatilité est à l’avenant. ”Les épargnants doivent être conscients que tout a un prix”, précise le professeur.

Diversification du risque

Tout l’art consiste à diversifier le risque. Ce qui commence par la composition d’un portefeuille d’investissement comprenant plusieurs actifs. Il ne serait pas judicieux de constituer un portefeuille exclusivement composé d’actions. Les risques sont diversifiés de manière optimale lorsque le portefeuille est réparti de manière équilibrée entre les liquidités, les actions, les obligations et l’immobilier coté en bourse.

Cela dit, la diversification n’est pas seulement importante au niveau des différentes catégories d’actifs. Qui veut investir ne limitera de préférence pas ses positions à un seul pays ou une seule région. Il est plus sage de viser une diversification plus large, de manière à éviter qu’une crise touchant une région en particulier n’affecte trop sévèrement l’ensemble de votre portefeuille. ”Les investisseurs doivent être résistants à divers types de crises. Cela n’est pas possible lorsque l’on limite son choix à des actions belges ou européennes”, affirme R. Gillet.

“Qui investit son épargne doit aussi avoir le temps de le faire”
Roland Gillet professeur à l’ULB

Car toutes les régions ne présentent pas les mêmes risques ou problèmes. Qui investit son épargne doit aussi avoir le temps de le faire. “Les investisseurs doivent être disposés à mobiliser leur épargne pour le long terme”, explique R. Gillet. L’épargnant qui peut parquer son argent pendant une longue période n’aura pas à s’inquiéter lorsque les marchés financiers traversent une crise car son portefeuille aura le temps de capter la prime de risque par la suite.

À plus forte raison dans les conditions de marché actuelles – volatilité élevée et fluctuations de la Bourse - un horizon de placement long représente un atout très intéressant. “Les marchés financiers sont actuellement confrontés à de profondes incertitudes. Pas seulement au sujet du Brexit, la confiance dans la conjoncture et la gouvernance européenne n’est pas assez grande. Les investisseurs devront tenir compte pendant encore longtemps de cette volatilité”, explique Roland Gillet.

Un rendement réaliste

Viser un rendement potentiellement supérieur implique une plus grande prise de risque. Moyennant une diversification saine, ces risques peuvent être davantage limités, sans pour autant disparaître. C’est précisément la raison pour laquelle ces investissements sont réservés à une certaine catégorie d’épargnants. Pour commencer, ceux-ci doivent disposer d’une somme suffisante pour parer aux dépenses imprévues tout en étant capables de financer des projets à court terme, tels que l’achat d’une voiture ou des travaux de rénovation.

Seul l’argent qui reste disponible peut faire l’objet d’un investissement à plus long terme. Qui plus est, les épargnants doivent pouvoir supporter les risques propres aux divers actifs. Ceux qui savent qu’ils ne pourront dormir tranquillement si leur portefeuille reste dans le rouge pendant plusieurs mois préféreront rester à l’écart des actions et se contenteront de produits moins risqués.

“Les épargnants qui investissent leurs deniers doivent être réalistes par rapport au rendement potentiel de leur épargne. Un rendement de 4 à 5% sur un portefeuille d’investissements est déjà honorable. Il ne serait absolument pas réaliste d’espérer davantage sans prendre de risques inconsidérés”, conclut le professeur. 

“On peut investir sans tout miser sur les actions”

La politique de la Banque centrale européenne a ramené les taux sur l’épargne à un niveau historiquement bas. Pour obtenir un rendement supérieur sur son épargne, l’épargnant doit donc se tourner vers des actifs plus risqués, tels que les actions et les obligations. ”Pour autant, il est possible de limiter les risques”, affirme Wim D’Haese, responsable des conseils en investissement chez Deutsche Bank.

”L’épargnant qui fait ses premiers pas dans le monde des placements ne doit pas forcément tout miser sur les actions. De préférence, il se tournera d’abord vers les fonds flexibles, qui investissent dans plusieurs actifs. Et c’est le gestionnaire de fonds qui définit une stratégie d’investissement en fonction des circonstances de marché.” Pour réduire encore le risque, l’investisseur peut adopter la même stratégie que l’épargnant: en plaçant de manière régulière une somme dans des fonds de placement. Chez Deutsche Bank, c’est déjà possible à partir de 100 euros par mois et par fonds. “Vous évitez ainsi de placer un gros capital en Bourse au mauvais moment”, note Wim D’Haese.

Les épargnants ne doivent pas se laisser aveugler par le rendement potentiellement élevé des investissements. ”On aurait tort de prendre davantage de risques au seul motif qu’il n’existe pas d’alternative”, estime Wim D’Haese. ”L’épargnant doit d’abord se demander à quel risque il peut s’exposer sans souffrir de nuits blanches. Ce profil de risque ne devrait pas varier au gré des circonstances de marché. Si vous savez que la moindre fluctuation vous fera perdre le sommeil, n’investissez pas en Bourse.”

Plus d'informations sur Deutsche Bank?

Demandez votre info pack

Publicité

Publicité