Publicité
Publicité

Dans le paysage de l'investissement en Belgique francophone, les clubs d'investisseurs se font rares. Très rares. À l'inverse, la Flandre en compte beaucoup. Comment expliquer ce déséquilibre?