Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Le podcast Yaka! répond aux questions qui se posent aux entreprises en croissance. Dans le cinquième épisode, nous voyons comment partir à la conquête du monde, avec Quentin Colmant (Qover) et Eric Krzeslo (MintT).

Comment s’internationaliser et partir à la conquête de plusieurs marchés différents? Par la petite taille du marché belge, cette question se pose à de nombreuses entreprises en croissance à un stade précoce de leur développement. MintT en sait quelque chose.

L’entreprise a développé une solution qui permet de détecter et prévenir les chutes chez les personnes âgées. Rapidement devenu leader sur le marché belge, au sein des hôpitaux, maisons de repos et résidences service, MintT est justement en train de viser au-delà des frontières belges.

Publicité

Du temps et des moyens

On voit une vraie accélération au niveau de notre développement, tant en Belgique qu’en France – et nous sommes dans cette phase d’internationalisation qui commence", explique Eric Krzeslo, CEO de MintT. "Depuis le début, notre ambition est d’être complètement internationaux. Nous savons que notre solution répond à un problème qui est mondial, et que notre façon de faire peut être déployée partout dans le monde, que ce soit en Europe, en Asie ou aux États-Unis. Clairement, notre ambition, c'est le monde entier."

Pour y arriver, que manque-t-il encore à MintT ? "Il nous faut du temps et des moyens, parce que cela coûte cher de grandir. Recruter aussi est un vrai challenge et ce n’est pas simple, surtout en ce moment. Et avoir des acteurs internationaux avec nous, on y travaille. J’espère sincèrement que 2023 sera pour nous un point de bascule".

Abonnez-vous au podcast Yaka!

Une structure lourde

Dans cet épisode du podcast Yaka!, Quentin Colmant, cofondateur et CEO de Qover nous raconte comment son entreprise s’est établie en quelques années dans 32 pays européens. Qover est une solution tech qui permet de distribuer des services digitaux d’assurance à grande échelle, et l’un des rares jeunes champions belges à l’envergure internationale.

Mais partir à la conquête de marchés étrangers n’a pas été une promenade de santé pour l’entreprise, malgré une ambition bien ancrée dans la tête de Quentin Colmant dès les débuts de la boîte, en 2016.

"Dès la création de la société, tout a été pensé pour l’international", explique-t-il. "Mais cela implique une structure de coûts très importante, dans vos processus, la règlementation, vos opérations, votre IT – avec un système technologique multi-langues, multi-monnaies et multi-fuseaux horaires."

Quentin Colmant 1.jpg
Quentin Colmant, cofondateur et CEO de Qover. ©Tim Dirven

"Notre erreur de parcours, cependant, c'est que nous étions quand même belges, basés en Belgique avec une équipe 100% belge. Et après deux ans, que se passe-t-il? Vous avez l’investissement d’une structure européenne, mais vous avez réalisé un chiffre d’affaires en Belgique", explique Quentin Colmant. Et le CEO d'ajouter: "j’aime beaucoup la Belgique, mais si des investisseurs nous comparent avec une entreprise comparable à la nôtre en Angleterre, un pays 6 à 7 fois plus grand que le nôtre et qu'ils doivent parier sur un futur gagnant, ils vont miser sur l’acteur anglais plutôt que nous".

Un refinancement et des partenariats

En 2018, Qover se retrouve donc en tension, et doit se refinancer avant de repenser sa stratégie à l’international. Plutôt que s’attaquer à chaque marché étranger séparément, Qover va miser sur des partenariats. Deux acteurs pointent alors le bout de leur nez: Cowboy, qui souhaite déployer une solution d’assurance en Belgique, aux Pays-Bas, en France et en Allemagne, et Deliveroo, qui cherche un programme d’assurance pour couvrir ses coursiers en Europe.

Qover remporte les deux marchés. S’ouvre alors la deuxième phase de la vie de l’entreprise: son décollage européen.

Que retient Quentin Colmant de ce démarrage délicat? Que "si vous avez une idée qui fonctionne et que vous ne la développez qu’en Belgique, il est très probable qu’elle soit très rapidement copiée ailleurs par des gens qui seront financés par du capital à risque et qui vont grandir beaucoup plus rapidement que vous."

Lancer son entreprise directement à l’étranger est-elle une meilleure option que démarrer son activité en Belgique? Découvrez une réponse nuancée à cette question, la suite de l’internationalisation de Qover et les réactions d’Eric Krzeslo dans le cinquième épisode de la série des podcasts Yaka!

Rejoignez la dynamique Yaka!

Yaka!, c'est une invitation lancée par L'Echo à toute la communauté business francophone pour stimuler l'esprit d'entreprendre en Wallonie et à Bruxelles. 

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.