Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Comment combler l'écart de pension?

“L’écart entre la pension des hommes et celle des femmes est une certitude.” - Yves Stevens, professeur de droit social à la KU Leuven ©Dieter Telemans

Si vous planifiez votre retraite, tenez compte du fait que votre pension légale sera sans doute très inférieure à votre dernier salaire.

Certains seront peut-être désagréablement surpris au moment où ils recevront leur première pension sur leur compte bancaire. En règle générale, la différence est grande entre la pension légale et les revenus professionnels que les employés perçoivent en fin de carrière. C’est ce que l’on appelle “l’écart de pension”. L’importance de cette différence dépend de l’ancien statut du pensionné. Pour les fonctionnaires, cet écart est généralement moins large que pour les employés. Et les indépendants sont encore moins bien lotis en la matière.

Plusieurs études internationales révèlent que le taux de remplacement idéal – c’est-à-dire le montant cumulé des deux pensions, légale et complémentaire – est de 70% du dernier revenu. “En Belgique, nous sommes en dessous de ce ratio, en particulier chez les indépendants et les employés”, pointe Yves Stevens, professeur de droit social à la KU Leuven.

Comment combler ce fossé

Dans notre pays, le problème est lié au plafonnement de la pension légale. Pour le calcul de la pension, il est fait abstraction de la partie du revenu supérieure à 60.026 euros. Les employés règlent des cotisations sociales sur la partie qui dépasse ce montant mais ne reçoivent en échange aucun droit à la pension. “Pour ceux dont les revenus dépassent ce plafond, il convient donc de se constituer une pension complémentaire afin de réduire l’écart”, prévient Yves Stevens. Pour les employés, il s’agit par exemple de la pension complémentaire dont ils bénéficient via leur employeur. Les indépendants ont la possibilité de se constituer une pension complémentaire via la pension libre complémentaire pour indépendants (PLCI) ou l’engagement individuel de pension (EIP) pour les chefs d’entreprise.

“En Belgique, la pauvreté parmi les pensionnés est relativement limitée. Sur ce plan, notre système de pension fonctionne encore relativement bien!”
Yves Stevens
professeur de droit social à la KU Leuven

La pension contre la pauvreté 

Dans de nombreux cas, la pension légale ne suffit pas pour garantir le même niveau de vie. Mais elle poursuit d’autres objectifs encore. “La pension légale est aussi un moyen de lutter contre la pauvreté”, indique Yves Stevens. “Elle doit éviter que les citoyens s’enfoncent dans la pauvreté après leur carrière. Et cet objectif est atteint dans notre pays, grâce entre autres au droit minimum par année de carrière, à la pension minimum légale et à la garantie de revenus aux personnes âgées. Grâce à ces mesures, la pauvreté parmi les pensionnés est relativement limitée en Belgique, en comparaison avec d’autres pays. Sur ce plan, notre système de pension fonctionne encore relativement bien!”

Aussi en fonction du genre

L’écart de pension ne se limite toutefois pas à la différence entre la pension légale et les revenus professionnels. Il existe aussi un écart de pension entre les hommes et les femmes. Si l’on en croit les chiffres du Service fédéral des pensions, la pension mensuelle brute moyenne de ceux qui ont travaillé comme salariés pendant toute leur carrière se monte à 1.311 euros chez les hommes et à 1.024 euros chez les femmes. En d’autres termes, la pension des travailleuses est en moyenne inférieure de 287 euros par mois à celle des travailleurs. Chez les fonctionnaires et les indépendants affichant une carrière complète sous ce statut, le fossé entre hommes et femmes se monte respectivement à 253 et 413 euros, au désavantage des femmes. “Ces moyennes ne disent pas tout, car le calcul de la pension varie d’une personne à l’autre”, nuance Yves Stevens. “Mais l’existence d’un écart entre hommes et femmes est une certitude.”

Travail à temps partiel

L’écart de pension entre hommes et femmes a deux causes principales. Tout d’abord, les femmes travaillent plus souvent à temps partiel que les hommes, par exemple pour s’occuper de leur famille. En 2020, selon les chiffres de Statbel, près de 27% des salariés travaillaient à temps partiel. Chez les femmes, ce pourcentage était de 43%, contre seulement 12% chez les hommes. “Or, ceux qui travaillent à temps partiel paient moins de cotisations sociales et accumulent moins de droits à la pension”, ajoute Yves Stevens. “Le mode de calcul de la pension légale défavorise les femmes.”

Ce n’est pas tout, car “l’écart de pension entre hommes et femmes résulte aussi de l’écart salarial”. Dans notre pays, les femmes gagnent en moyenne 9% de moins que les hommes, selon les chiffres les plus récents. À nouveau, le travail à temps partiel joue un rôle déterminant. À régime de travail égal, en effet, les femmes gagnent en moyenne 23% de moins que les hommes. Et ce, alors que le salaire est un paramètre majeur dans le calcul de la pension légale.

“Il reste du pain sur la planche si l’on veut éliminer l’écart entre les pensions des hommes et des femmes”, conclut Yves Stevens. “Des pistes possibles? Une meilleure rémunération et un calcul de la pension moins dépendant du salaire. Par ailleurs, il peut être utile de se constituer soi-même une poire pour la soif.”

En savoir plus?

Pour d’autres informations sur les pensions en Belgique: rendez-vous sur pensionstat.be

Pour d’autres informations sur votre pension: rendez-vous sur mypension.be

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.