Logo
Echo Connect offre aux entreprises, organisations et organismes publics l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Bienvenue au cœur de la transition énergétique

Chris Peeters, CEO d'Elia et Peter Michiels, directeur des ressources humaines chez Elia ©Studio Dann

L’an dernier, Elia a recruté une centaine de nouveaux collaborateurs en Belgique. Cette croissance fulgurante s’explique par la mise en œuvre de la transition énergétique. “Elia se trouve au cœur de cette révolution, ce qui rend notre entreprise particulièrement intéressante pour les personnes dotées d’un profil technique et qui souhaitent contribuer au système énergétique du futur”, soulignent en chœur Chris Peeters, son CEO, et Peter Michiels, son directeur des ressources humaines.

Dans le hall d’entrée du siège d’Elia, à un jet de pierre de Bruxelles-Central, trône une étrange construction qui ressemble à un derrick. En y regardant de plus près, on comprend qu’il s’agit de la maquette d’un offshore grid, une sorte de prise électrique qui permet de connecter les parcs éoliens offshore au réseau électrique. Cette construction donne le ton de la direction prise par Elia. Alors que l’électricité était jusqu’à tout récemment produite à 100% onshore, l’entreprise est très active en mer, désormais.

“Elia est née en 2001 de la scission entre la distribution et le transport d’électricité d’une part, la production et la vente d’autre part”, rappelle Chris Peeters. “Depuis, la société a grandi et évolué de manière fulgurante. Nous avons développé de nouvelles compétences et expertises. En 2010, nous avons racheté 50Hertz, le gestionnaire du réseau électrique du nord-est de l’Allemagne. Et, depuis peu, nous sommes actifs en mer en Belgique. Nous employons aujourd’hui 2.300 personnes, principalement des profils techniques qui construisent et entretiennent les systèmes.”

Le marché énergétique a considérablement évolué ces 15 dernières années. Quelles en furent les conséquences pour Elia?

Peter Michiels: "Une partie de notre infrastructure – les câbles électriques – date de plusieurs dizaines d’années, mais la numérisation et la percée des énergies renouvelables ont accéléré le mouvement. Le marché de l’énergie devenant de plus en plus européen, nous installons des connections transfrontières. Bientôt, ce sera également le cas en mer. Parallèlement, la numérisation révolutionne nos activités traditionnelles de maintenance du réseau électrique belge, dont nous sommes responsables. Nos collaborateurs sont équipés de smartphones grâce auxquels nous les localisons immédiatement et avec beaucoup de précision en cas d’incident ou de panne, ce qui nous permet d’envoyer aussitôt une équipe sur place. Autre nouveauté, le contrôle des lignes et des équipements se fera sans doute bientôt à l’aide de drones. Vous le voyez, les technologies dernier cri ont trouvé leur place au sein de toutes les activités de l’entreprise."

L’énergie éolienne est un sujet brûlant. Quel est le rôle d’Elia dans ce secteur?

Chris Peeters: "Nous construisons en mer les "prises électriques" où converge l’énergie produite par les parcs éoliens, et nous assurons son transport vers la côte. Nous travaillons certes avec des sous-traitants, mais l’ingénierie et la préparation des projets se font en interne."

“Nous évoluons vers la neutralité carbone à l’horizon 2050. Si nous y parvenons, ce sera en partie grâce à Elia." - Chris Peeters, CEO D'Elia ©Studio Dann

"Dans une deuxième phase, nous assurons l’entretien de ces installations ultramodernes. Les techniciens de maintenance ne se contentent plus de travailler sur la terre ferme: ils vont aussi en mer. Ils utilisent les technologies de pointe et sont souvent formés à l’étranger, où l’on construit ces nouvelles plateformes. Notre présence en Allemagne est un atout de taille. Les Allemands ont une longueur d’avance en matière de technologie offshore; via des programmes d’échange, nous apprenons les uns des autres."

Le recours à ces nouvelles technologies rend-il Elia plus attrayant en tant qu’employeur? Les ingénieurs et les profils techniques sont très recherchés partout…

Peeters: "Nous tentons d’abord d’expliquer qui nous sommes et quels sont les objectifs de l’entreprise. De nombreuses personnes s’intéressent à la transition énergétique. Or, Elia se situe au cœur de ce mouvement. Nous avons des contacts avec de nombreux acteurs du secteur énergétique, des producteurs, des constructeurs de parcs éoliens, etc. Notre mission est de garantir une fourniture ininterrompue de courant. Nous l’assurons 24 heures sur 24, sept jours sur sept, à partir de notre centre de contrôle. Et puis, le jour où nous roulerons tous en voiture électrique, nous devrons disposer de bornes de rechargement partout dans le pays; notre tâche sera de faire en sorte que le système électrique belge continue de fonctionner. Elia est clairement au centre d’un nouvel écosystème énergétique en plein développement, et cela parle aux candidats. La reprise économique occupe les esprits, mais en ce qui nous concerne, Elia est en croissance depuis des années."

"Un second facteur est le contexte spécifique dans lequel nous travaillons: un monopole régulé, qui se justifie par l’importance du secteur pour notre prospérité et qui peut exercer une certaine attractivité. Ceux qui souhaitent jouer un rôle sociétal et faire plus que simplement vendre des produits ou des services, trouveront leur bonheur chez nous. Nous évoluons vers la neutralité carbone à l’horizon 2050. Si nous y parvenons, ce sera en partie grâce à Elia. Nos collaborateurs peuvent réellement contribuer au développement du système énergétique du futur."

Dans quelle mesure attend-on de vous cette contribution sociétale?

Peeters: "Nous nous situons au cœur du système énergétique. En ce sens, cette contribution sociétale fait tout simplement partie de notre travail quotidien. Ces dernières années, nous avons accumulé une expertise technique considérable. S’il existe un débat sur la sortie du nucléaire, ce n’est pas notre rôle de nous exprimer sur sa pertinence, mais nous pouvons étudier les options et les conséquences en termes d’approvisionnement énergétique, objectiver le débat et ainsi apporter un soutien appréciable aux politiques."

"Ici, il est possible de réaliser de beaux projets à long terme, pour lesquels vous ne disposez pas toujours, ailleurs, du temps et des moyens nécessaires." - Peter Michiels, directeur des ressources humaines chez Elia ©Studio Dann

Michiels: "En outre, nous constituons un acteur local avec un ancrage solide, une vaste expérience internationale et de nombreux contacts à l’étranger. Ici, il est possible de réaliser de beaux projets à long terme, pour lesquels vous ne disposez pas toujours, ailleurs, du temps et des moyens nécessaires."

Les ingénieurs et les techniciens sont donc à la bonne adresse chez Elia. Recrutez-vous aussi d’autres profils?

Michiels: "Tout à fait, et cela s’explique par le paysage social et législatif qui, à l’instar du secteur énergétique, a radicalement changé ces dernières années. C’est précisément parce que nous travaillons dans le cadre d’un monopole régulé que nous avons notamment besoin de nouveaux collaborateurs dotés d’une formation juridique ou économique. Nous devons prendre en considération de nombreuses parties prenantes, ce qui n’est pas toujours évident. Nous ne sommes pas une start-up, mais cela ne nous empêche pas d’être une entreprise très dynamique, avec un cadre de travail qui est tout sauf sclérosé."

L’équilibre entre vies privée et professionnelle est un thème récurrent. Quelle est la politique d’Elia sur ce plan?

Michiels: "Nous faisons preuve d’une grande flexibilité. Toutes nos implantations appliquent le système de travail flexible, et lorsque la fonction le permet, nous autorisons le télétravail partiel. Quand nous planifions les interventions de nos équipes mobiles, nous tenons compte autant que possible du domicile et des déplacements des collaborateurs. Nos sites bruxellois sont facilement accessibles en transport en commun – nous sommes situés juste à côté de la gare – et nous veillons à instaurer une bonne mobilité sur nos autres sites. Nous essayons de créer un environnement de travail agréable et flexible, car nous œuvrons de plus en plus souvent dans des structures par projet. Dans ce cadre, il est toujours préférable de pouvoir s’installer là où cela s’avérera le plus efficace. Si chacun reste dans son coin, cela s’avère plus difficile."

Participez à la transition énergétique et découvrez nos offres d’emploi sur elia.jobs

Logo
Echo Connect offre aux entreprises, organisations et organismes publics l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.