sabato

Quand terroir et tendance font bon ménage

©rv

Patrick Fiévez s'attable au restaurant Les Plats Canailles de La Bleue Maison, qui propose une carte qui sent bon le terroir.

On a bien connu le restaurant des frères Thiry, Les Forges du Pont d'Oye, référence gastronomique en province de Luxembourg. Aujourd'hui, Richard Thiry, son frère étant décédé, poursuit avec son épouse et leurs fils Brice et Martin, une quête gourmande dans ce restaurant, voisin des "Forges" (devenu un hôtel). Son nom résume l'ambiance qui y règne.

©rv

Des "plats canailles" dans une "bleue maison" (en patois gaumais, l'adjectif précède le nom). Construite avant la Seconde Guerre mondiale, la maison a un sous-bassement de pierres bleues constitué des déchets de roches issues d'une forge du XVIIème siècle. Alors, on y entre, tout en écoutant le bruissement de la cascade qui donne sur la terrasse. L'endroit est chaleureux, cosy.

Une bière composera notre apéritif. Dotée d'une belle amertume, cette Corne des Pendus, assez forte en goût, est brassée dans la région. La carte propose quelques menus (dont un tout truffe, c'est la saison). J'opte pour celui dit tendance et terroir. Ma complice d'ébats gourmands préfère choisir à la carte.

Le dessert signature du restaurant est un trio de babas: au rhum, au kirsch et à la noix de coco.

Pour le menu trois services sagement tarifé à 37 euros (distingué d'un bib gourmand au Michelin), on choisit entre trois entrées, un poisson, deux viandes, un trio de fromages (sans supplément de prix) et deux desserts.

Je débute avec une mousse de truite fumée, quelques oeufs du même poisson, poireaux vinaigrette, un feuilletage au thym et un coulis au cresson. Voilà une entrée bienvenue, sur la fraîcheur. Ma complice apprécie un foie de canard cuit au torchon accompagné d'une brioche toastée. Classique, cuisson parfaite: j'approuve aussi.

Elle poursuit son repas avec un onglet de boeuf et huîtres (singulière association) servi avec des crozets de sarrasin (spécialité savoyarde), sauce barbecue fumée, pousses de moutarde et jus de boeuf corsé. L'huître apporte un côté iodé assez surprenant avec la viande.

Dans mon assiette, du boudin noir de monsieur Thomas, le boucher du village, servi en bouchons avec céleri rave, pailles de pommes de terre, pomme jonagold bien caramélisée aux baies de genévrier et, pour donner encore davantage de relief à ce plat, un jus au vin de Madère légèrement truffé. Une préparation associant avec bonheur produits locaux et le célèbre champignon.

Pour terminer, un trio de baba au rhum, au kirsch et cerises macérées (mon préféré) et à la noix de coco râpée et grillée. Un moka roulé à la crème est l'autre dessert du menu. Dans les verres, un verre de chardonnay du Pays d'Oc et une bouteille de rouge de la Vallée du Rhône, de l'excellent Domaine Alary (à Cairanne). Une balade digestive dans la nature, entre rivière et lacs, avant de reprendre la route est la touche finale idéale à cet excellent déjeuner.

À la recherche d'un restaurant près de chez vous? L'onglet 'Les tables de Sabato' reprend toutes nos adresses.

Adresse?
Les Plats Canailles de la Bleue Maison
Rue du Pont d'Oye, 6-7
6720 Habay-la-Neuve
Tél. 063/42.4.70
Fermé lundi et mardi.

Sommelier?
Dans la continuité des belles cartes de la province (Les Forges du Pont d'Oye), des références comme de Telmont (Champagne), Zind-Humbrecht (Alsace), Ollieu-Romanis (Corbières), Charlopin et Comte Lafon (Bourgogne). Le plus: les fonds de loge dont sept millésimes de Mouton-Rothschild, des madères et des armagnacs. Coeur de carte: 42-78 euros.

Décibels?
Fonds musical en sourdine.

Addition?
Un menu et un choix à la carte, apéritif (bière), eau, vin et café: 172,50 euros.

On y retourne?
Et comment! En été, pour profiter de la terrasse le long de la rivière et du calme de la nature.

 


Lire également

Publicité
Publicité