sabato

Sir Kwinten: la parfaite complicité entre un chef talentueux et sommelier brillant

©rv

Patrick Fiévez s'attable au Sir Kwinten où opère un sacré duo de choc.

C'est une belle maison de maître sur la place du village. Nous sommes dans le Pajottenland (Brabant Flamand), une région connue pour ses brasseries qui produisent une des meilleures bières au monde, issue d'une fermentation spontanée, la gueuze.

©rv

Glenn Verhasselt est en cuisine. Ce jeune chef de 27 ans a débuté dans des restaurants étoilés tant en Belgique (Comme Chez Soi) qu'à l'étranger (Il Sole di Ranco en Italie, sur les rives du lac Majeur, et Mo en Espagne, à Barcelone). Il a été sacré voici deux ans "premier cuisinier de Belgique" au concours belge de référence qu'est le Prosper Montagné.

Yannick Dehandschutter est le propriétaire du restaurant. Ayant remporté plusieurs concours de meilleur sommelier dans notre pays, il gère une cave de 300 références et conseille également le vignoble familial situé dans la même région, en Belgique. Le restaurant est installé à l'étage de la maison. On pénètre dans une première salle avec vue sur la cuisine ouverte. La seconde présente des tables rondes dans un esprit de déco évoquant les années 80, la décennie disco.

Anisi, le sommelier nous présente les différentes gueuzes de la carte. Comme apéritif, on choisit la Tilquin qui sera servie dans un élégant verre à pied très fin. Elle est accompagnée de quelques mises en bouche comme une mousse aux champignons et du foie de poulet aux oignons caramélisés.

Adresse?
Markt, 9
1750 Lennik
Tél. 02/582.89.92
Fermé samedi midi, lundi et mardi.
www.sirkwinten.be

Sommelier?
Producteurs de référence: Fallet-Prévostat (Champagne), Ostertag (Alsace), Huet et Daguenau (Loire), Droin (Chablis), Tissot (Jura), Chave (Rhône), Pingus... Choix de vins à prix intéressants, bières et gueuzes (Boon, Drie Fonteinen, Oud Beersel, Tilquin). Bonne idée: les vins de la sélection servis dans un esprit 'Bob'. Coeur de carte: 45-80 euros.

Décibels?
Fond musical en sourdine.

Addition?
Deux bières à l'apéritif, deux menus quatre services avec la sélection des vins, 190 euros.

On y retourne?
Oui, pour suivre l'évolution de ce chef prometteur et goûter son plat signature.


 

On débute ce déjeuner avec une préparation de seiche, yaourt grec, citron vert et algues séchées. Dans un bol, une salade de radis noirs marinés est relevée par du kaffir, cet agrume d'origine indonésienne proche du lime: un plat tout en fraîcheur. Ensuite, dans ce menu quatre services, voici du sandre farci au homard et topinambours. Une sauce de type beurre blanc très délicate, montée au verjus du Domaine viticole de la famille de Yannick, met idéalement en relief la chair de ce poisson.

Comme plat principal, voilà un poussin des Landes cuit sur sa carcasse accompagné d'une polenta au parmesan, de jeunes épinards, d'estragon et de carottes (de la variété chantenay -petites, très goûteuses et qui ne s'épluchent pas). La cuisse du poussin est servie laquée. Une préparation complexe en saveurs. La volaille est une spécialité du chef qui annonce, sur la carte, son plat signature: un poulet 'Les Crêtes d'Ardennes' avec des ris de veau.

Comme dessert, un flan au caramel et fleur de sel accompagné d'un Madère de cépage verdelho 1994: un accord d'une rare précision. Comme d'ailleurs les autres vins suggérés par le sommelier: blanc grec du Péloponnèse de cépage mavrophilero, blanc italien (du Piémont) et rouge autrichien (du Burgenland) de cépage blaufränkisch. Une balade pointue dans les vignobles européens.

Voilà un restaurant où l'on sent la parfaite complicité entre un chef (talentueux) et un sommelier (brillant), entre l'assiette et le verre.

À la recherche d'un restaurant près de chez vous? L'onglet 'Les tables de Sabato' reprend toutes nos adresses.

Lire également

Publicité
Publicité