sabato

Lait de vache, d'amande, de coco, de riz, de noisette: que choisir?

Si, pendant longtemps, le lait de soja a été la seule alternative au lait de vache, l’industrie des arachides et des céréales ne s’est pas faite prier pour s’immiscer dans la brèche. ©Philip Van Bastelaere

Du bar trendy à la plupart de nos réfrigérateurs, les alternatives végétales au lait de vache sont devenues la nouvelle norme. Mais sont-ils vraiment meilleurs pour la santé et, surtout, pour l’environnement que le lait de vache? Regardons ça de plus près.

Avouons-le: ce n’est plus vraiment le grand amour entre les millenials et le lait de vache. Certains préfèrent le lait végétal parce qu’il contient moins de calories, de graisses et de sucre que le lait d’origine animale -un avantage si on surveille son poids. D’autre part, il y a de plus en plus de vegans, et même ceux qui ne le sont pas sont attentifs à leur empreinte écologique et au bien-être animal. Et là, le lait de vache n’est pas irréprochable.

Vaches à lait

L’association belge pour le véganisme BE Vegan a suscité la controverse à l’automne 2019 en affichant sur 10 mètres carrés le slogan "Le lait est mortel...", complété par "...pour 150.000 veaux belges par an". Cette campagne activiste sur les trams de Gand et d’Anvers a vite été retirée de la vue du grand public, car cette dénonciation des conséquences de l’élevage intensif n’a pas été au goût de tout le monde.

Qu’en est-il exactement? Pour produire du lait, les vaches sont inséminées artificiellement chaque année, et elles donnent naissance à un petit. Ces derniers ne sont pas  considérés comme des êtres vivants, mais  plutôt comme un sous-produit de l’industrie laitière: les génisses sont séparées de leur mère dès la naissance et élevées pour renouveler le cheptel des vaches laitières, alors que les veaux sont engraissés avant d’être abattus pour se retrouver dans les assiettes des amateurs de viande tendre et juteuse.

Question écologie, ce n’est pas très réjouissant non plus: le nombre élevé de vaches laitières produit énormément de méthane, un gaz à effet de serre.

Alternatives végétales

Le lait de vache est la cause de trois fois plus de dommages écologiques que n’importe quel lait végétal. ©Getty Images

Si, pendant longtemps, le lait de soja a été la seule alternative au lait de vache, l’industrie des arachides et des céréales ne s’est pas faite prier pour s’immiscer dans la brèche. Alors, est-ce une bonne nouvelle? Pas tant que ça: ces alternatives végétales ne sont pas toutes parfaites, loin de là.

Prenons le lait de soja. Le soja est riche en isoflavones, qui sont des œstrogènes végétaux. Cependant, leurs effets ne seraient pas aussi puissants que ceux de l’hormone proprement dite: il faudrait consommer plusieurs kilos de tofu (fait à base de soja) chaque jour pour constater un effet minime.

Et le lait d’amande? Il est peu calorique, ce qui est un plus. Ce qui est un moins, c’est qu’il est l’ennemi des abeilles et de l’environnement. En effet, 80% de la production d’amandes se trouve en Californie, à Central Valley. Là, les vergers d’amandiers mettent sous pression l’équilibre naturel local, car les autres plantations sont supprimées. Autre point noir: la production d’amandes demande beaucoup d’eau.

Pour polliniser les amandiers, il faut des millions d’abeilles, qui sont transportées de plantation en plantation dans des camions. Ces vaillantes abeilles sont pour ainsi dire envoyées en zone de guerre: non seulement on les expose au stress, mais aussi à des pesticides et des parasites nuisibles pour elles. Conséquence: quelque 50 millions d’abeilles sont mortes au cours de l’hiver 2018-2019, comme l’a révélé une enquête menée aux États-Unis auprès des apiculteurs commerciaux.

Pollution

Le lait de coco, fait à partir de la chair de la noix de coco, est aussi un désastre pour l’environnement. L’augmentation de la demande mondiale a entraîné une destruction massive des forêts tropicales pour faire place à la monoculture du cocotier. Autre désastre, humain celui-là, l’exploitation des cueilleurs de noix de coco en Inde, en Indonésie et aux Philippines.

Le riz est également un grand consommateur d’eau. Et, en raison de l’utilisation massive de pesticides dans les rizières, il est également responsable de la pollution des rivières et des cours d’eau. De plus, une étude menée en 2018 par l’Université d’Oxford a démontré que la culture de riz produit plus d’émissions de gaz à effet de serre que toute autre.

Les premiers de classe

D’un point de vue écologique, les laits de noisette et d’avoine seraient les meilleures options. Les noisetiers extraient le CO2 de l’atmosphère et contribuent ainsi à réduire les émissions de gaz à effet de serre. De plus, leurs fleurs ne sont pas pollinisées par les abeilles, mais par le vent. Et comme les noisetiers poussent principalement dans des climats humides (65% des noisettes proviennent de Turquie), ils consomment peu d’eau.

L’avoine est également récoltée dans des climats plus frais, notamment en Europe, de sorte que cette culture ne contribue pas à la déforestation. À toutes fins utiles, mieux vaut opter pour la variante bio, car l’avoine ‘normale’ est presque toujours traitée avec des pesticides. Donc, le lait de noisette et le lait d’avoine sont les plus respectueux de l’environnement.

Nutriments indispensables

De plus en plus d’amateurs de lait végétal le préparent eux-mêmes. ©OFFSET / Shutterstock

On a vu que, d’un point de vue écologique, il n’est pas évident de choisir le bon substitut au lait d’origine animale, mais ce choix est également épineux sur le plan nutritionnel. En effet, un verre de lait de vache apporte des nutriments essentiels.

Le bio-ingénieur Éric De Maerteleire a effectué une vaste étude sur les denrées alimentaires et, l’année dernière, il a publié ‘Gezond eten, gezond ouder worden’ (Manger sainement, vivre plus longtemps en bonne santé), ouvrage dans lequel il se déclare partisan du lait de vache et des produits laitiers en général.

"Les adultes -et en particulier les jeunes femmes- doivent avoir un apport journalier en calcium d’au moins 950mg, pour éviter l’ostéoporose. Cet apport en calcium peut également être obtenu par le biais d’aliments d’origine végétale, sans produits laitiers, mais c’est nettement plus difficile."Le lait entier contient du lactose, des protéines et de la vitamine D, la Sainte Trinité qui améliore l’absorption de calcium dans l’organisme. De plus, le lait entier contient une vingtaine de vitamines, minéraux et oligo-éléments."

Le bio-ingénieur n’a pas d’avis négatif sur le lait végétal, dans lequel il voit même certains avantages. "C’est une excellente alternative, en particulier en cas d’allergie au lait de vache ou d’intolérance au lactose. De plus, le lait végétal contient souvent beaucoup de petites fibres, qui sont bonnes pour la flore intestinale. Les protéines des fèves de soja aussi sont de bonne qualité."

"Par contre, pour que les alternatives végétales apportent une réelle contribution à la santé, on y ajoute de nombreux additifs: du calcium, de la vitamine B12 et de la vitamine D. C’est très bien, mais, en fin de compte, le lait de vache reste le produit le plus complet et le plus polyvalent."

Conclusion prudente

Alors, quel lait est à la fois sain, savoureux et écologique? Pour ceux qui ne souffrent ni d’intolérance au lactose ni d’allergie au lait de vache, le lait entier est l’option la plus saine d’un point de vue nutritionnel, tout en étant, hélas, une atteinte au bien-être animal doublé d’un désastre écologique: il cause jusqu’à trois fois plus de dommages écologiques que n’importe quel lait végétal. Ça fait beaucoup.

De toutes les alternatives végétales, le lait de noisette et le lait d’avoine bio sont les meilleurs choix. Ce dernier est particulièrement sain en raison de sa forte teneur en fibres, tout en étant polyvalent en cuisine grâce à son goût délicieusement onctueux. Voilà, nous avons fait le tour de la question, à vous de trouver votre réponse... 

Carte des laits

Lait d’amande

Les amandes lui confèrent un goût subtil et une texture soyeuse. Délicieux avec les céréales, dans le café et les pâtisseries, il contient souvent moins de calories que les autres alternatives végétales.

Lait de cajou
 Le lait de noix de cajou est onctueux, avec un goût délicieusement rond qui fait merveille dans les préparations chaudes et froides.

Lait d’avoine 
Un lait onctueux avec un arrière-goût légèrement poudreux et beaucoup de fibres excellentes pour la santé. Idéal dans les boissons chaudes. Ce lait présente le grand avantage de se séparer moins facilement pendant la cuisson, et convient donc très bien pour les sauces liées. Apprécié des baristas. L’avoine est une céréale, mais on trouve également du lait d’avoine sans gluten sur le marché.
 
Lait de noisettes
Ce lait au riche goût de noisette est souvent de couleur brun clair. On le compare généralement au lait d’amande, mais il est légèrement plus gras et plus calorique. Idéal pour les desserts ou les boissons chaudes légèrement sucrées.

Lait de coco
Crème de coco diluée, avec un léger goût de noix de coco convenant moins bien au café ou aux plats salés (sauf pour les recettes asiatiques). Le goût de noix de coco est moins dérangeant dans les gâteaux et les crêpes. Ce lait est cependant le champion des graisses saturées. 

Lait de riz
Consistance assez fine et saveur neutre légèrement sucrée. Délicieux dans le thé et le café, mais moins approprié pour réaliser une sauce liée, car il faut beaucoup plus de farine ou de fécule de maïs qu’avec d’autres types de lait végétal. Sans lactose, sans soja, sans gluten et sans fruits à coques, il est le lait par excellence pour tous ceux qui souffrent d’allergies.

Lait de soja
Ce lait est le plus proche du lait de vache en termes de teneur en protéines et de goût. La version non sucrée peut donc être utilisée dans n’importe quelle recette pour laquelle on utilise normalement du lait de vache. 

Lait d’épeautre
Comme l’épeautre est une céréale, ce lait contient malheureusement du gluten. C’est également un lait polyvalent au goût neutre, qui peut être utilisé dans presque toutes les préparations lactées, comme le lait de soja.

Lire également

Publicité
Publicité