Publicité
sabato

Nouveau chapitre pour The Avenue à Bruxelles

©rv

Patrick Fiévez s'attable à The Avenue, où l'on sert une cuisine fusion d'inspiration asiatique.

Nouveau chapitre pour le restaurant de cet hôtel de l'avenue Louise. Après Jean-Philippe Bruneau, ce fut au tour de Benjamin Masson, un ancien de la Villa Lorraine (version brasserie) qui exécutait les recettes de Gaëtan Colin, un chef jadis étoilé en son Jaloa. Désormais, c'est Chamleau Sivixay qui officie au The Avenue. Ce chef d'origine vietnamienne réside en Belgique depuis 36 ans. Il a travaillé dans de nombreux restaurants bruxellois et a aussi ouvert son propre établissement à Waterloo. Ici, il propose une carte où l'on découvre de grands classiques des cuisines thaï, japonaise et vietnamienne, ainsi que des créations dans un esprit fusion.

©rv

On entre dans l'hôtel et, une fois passé le lobby et le bar, on découvre la salle de restaurant décorée par un architecte d'intérieur parisien, Didier Benderli de l'agence Kerylos. Il succède ainsi à un autre architecte français, le célèbre Jacques Garcia, dont on se souvient du célèbre aphorisme "Le mauvais goût, c'est peut-être le bon goût de demain". Quoi qu'il en soit, la nouvelle déco est plus lumineuse que la précédente et un feu ouvert réchauffe cette journée du début de l'automne plutôt frisquette. Le jardin intérieur devra attendre les beaux jours.

Une carte associant des inspirations thaï, japonaises et vietnamiennes mais aussi fusion avec des produits européens comme l'entrecôte de boeuf et le cabillaud.

Après une flûte de champagne (Heidsieck pour madame, Pommery pour monsieur), nous débutons avec trois entrées que nous allons nous partager. Des rouleaux de printemps d'une belle fraîcheur, garnis d'herbes aromatiques, de carottes, de soja et de tofu. Quatre dim-sum farcis, notamment d'une mousse de poisson, et puis deux croquettes aux crevettes, moyennement garnies mais vu le prix de ces crustacés... Dans cette dernière assiette, quelques feuilles d'une plante aromatique principalement cultivée au Japon, le shiso, apporte une touche originale.

©rv

Adresse?
The Avenue - Hôtel Barsey by Warwick
Avenue Louise, 3811050 BruxellesTél. 02/641.51.36
Fermé samedi midi et dimanche.
www.theavenue.be

Sommelier?
Carte tristounette de 13 vins seulement, références peu précises (merlot du Chili, malbec d'Argentine). Quelques vins au verre: 8 euros le Chablis (42 la bouteille). 8 euros le rosé camarguais (20 euros la bouteille, euh... !). Et une appellation qui n'existe pas: Muscadet Sauvignon... Vous l'aurez compris: une carte totalement à revoir.

Décibels?
Ambiance feutrée, calme.

Addition?
Deux flûtes de champagne, trois entrées, deux plats, deux desserts, 4 verres de vin: 150,50 euros.

On y retourne?
Pour découvrir la bento box, trois plats en portions réduites et un accompagnement au choix (servis midi et soir) à 18 euros.

Pour le plat, ma voisine a choisi du boeuf sauté au basilic. Épicé? Sur la carte, des pictos de petits piments rouges (1,2 ou 3) indiquent le degré de piquant d'un plat. Son boeuf 'trois piments' s'avère jouable... En accompagnement: oignons frits, pousses de bambou, poivron, citronnelle... Sur la carte fusion, j'ai opté pour une entrecôte irlandaise s'annonçant marinée façon asiatique avec une sauce archiduc. La cuisson demandée (saignante) est parfaite, tout comme la qualité de la viande. Pour l'accompagnement par contre, on se doute que les petites pommes de terre viennent d'une boîte ou sous/vide. Idem pour la sauce, préparée certainement avec une poudre réhydratée...

Pour terminer, au dessert, nous prenons des mochis glacés; d'origine chinoise mais très populaires au Japon, ils sont constitués d'une pâte de riz gluant et farcis. Ceux-ci le sont avec trois fruits exotiques: mangue, litchi et fruit de la passion. Fruité expressif, mais pâte un peu trop sucrée. Dans nos verres, un bon Chablis avec les entrées. Pour suivre, du rouge chilien et argentin, tous deux servis à une température un peu trop élevée, comme souvent hélas...

 

À la recherche d'un restaurant près de chez vous? L'onglet 'Les tables de Sabato' reprend toutes nos adresses.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité