sabato

Testé: le nouveau restaurant Teddington, à Uccle

©rv

Patrick Fiévez s’attable au nouveau restaurant Teddington, à Uccle, ouvert par Olivier et Catherine Lust.

C’était une ancienne imprimerie, transformée en restaurant-micro-brasserie où se brassait une bière suivant la recette d’une brasserie historique de Molenbeek, Vandenheuvel. Le cadre de ce nouveau restaurant a conservé l’esprit de l’époque, tout en pierres apparentes et cuves de fermentation.

©rv

Aux murs, des photos en noir et blanc de joueurs de l’équipe nationale de hockey -le nom de l’établissement fait référence à une ville anglaise où serait né ce sport qu’Olivier Lust a pratiqué pendant plus de 40 ans. Un grand bar central, une rôtissoire où tournent de belles volailles. Comme au hockey, ce restaurant a un coach, Benjamin Laborie, chef de La Ligne Rouge (Plancenoit).

Ayant œuvré de très nombreuses années dans de belles maisons du sud-ouest français (notamment chez Michel Guérard et Michel Bras), il propose quelques recettes et bons produits de cette région (charcuteries basques, chipirones). Au quotidien, c’est Giovanni Coniglio qui veille à la destinée de cette adresse.

Joues de porc confites et chipirons à la basquaise: voilà deux entrées dans l’esprit plat canaille voulu par le chef.

Nous prenons deux blondes La Quintine à l’apéritif. Mon fidèle complice de table ne choisit pas son premier plat parmi les entrées (où l’on retrouve le fameux œuf-mayo cher aux brasseries parisiennes), mais parmi les grignotages: des joues de porc (vraiment) confites accompagnées d’une sauce au teryaki. Diablement goûteux! Connaissant la compétence du chef-coach pour les spécialités basques, j’opte pour des chipirons à la basquaise discrètement relevés de piment d’Espelette: quelle tendresse ces petits calamars!

©rv

Pour suivre, nous optons tous deux pour une volaille rôtie. Mon complice choisit un demi-canard colvert, qui sera proposé avec des frites à la graisse de bœuf. La purée maison dans l’esprit Robuchon, annoncée à la carte, n’était pas prévue ce midi-là. Pour moi, une demi-volaille du Périgord servie avec des pommes sarladaises bien relevées d’ail. Copieuse mais légèrement trop cuite. Au dessert, une classique dame blanche et un tout aussi classique Paris-Brest dont la pâte à choux s’avéra molle, sans le moindre croustillant. Dommage.

Côté cave, pour commencer un verre de Bourgogne blanc du Domaine Morin (à Chitry, village proche de Chablis) suivi d’une bouteille de Saint-Chinian cuvée Antonyme, demandée légèrement fraîche: un vrai rouge “glouglou”. Service sympathique pour un restaurant qui doit encore assumer sa prime jeunesse, ce qui est tout à fait normal.

 

Adresse?
Teddington
Chaussée de Saint-Job, 666
1180 Uccle
Tél. 02/372 28 04
Fermé dimanche et lundi.
Sommelier?
Les vins sont répertoriés par couleur. Outre les références champenoises (BillecartSalmon, Françoise Bedel), les blancs annoncent Pellé (Loire, Menetou-Salon), Mellot (Loire, Sancerre), Saumaize (Mâconnais). Les rouges: Chèze, Cuilleron et Villard (Rhône septentrional), Lapierre et Brun (Beaujolais), Gauby (Roussillon), Richeaume (Provence), Raspail (Gigondas), Canet-Valette (Saint-Chinian). Cœur de carte: 28-49 euros.
Décibels?
Musique en sourdine.
Addition?
Deux bières, deux entrées, deux plats, deux desserts, deux verres de vin blanc et une bouteille de vin rouge. Total: 153 euros.
On y retourne?
Avec un groupe d’amis après avoir passé commande d’une (ou deux...) belle(s) volaille(s) à la rôtissoire.

Lire également

Publicité
Publicité