sabato

Testé: le Piano de Manon à Binche

Le couple de chefs Michel et Bouchra Giraud mettent à l’honneur des produits locaux et wallons et allient spécialités régionales et savoir-faire.

Dans le centre historique de Binche, entre la Collégiale et le Musée du carnaval et du masque, dans une maison entièrement restaurée, Christophe Wanty a réalisé un de ses rêves, créer un restaurant. Ce projet, il l'a concrétisé avec Etienne Joie et Raymond Leroy (propriétaire du Domaine des Agaises qui produit la célèbre méthode traditionnelle Ruffus). Son souhait était d'ouvrir une table de qualité dans la cité des Gilles. Détail amusant: c'est dans cette maison de maître qui hébergea un marchand de pianos que sa fille, Manon, fit ses premières gammes. D'où le nom du restaurant.

Pour la supervision en cuisine, on fit appel à Yves Mattagne qui a choisi le chef, ou plutôt le couple de chefs: Michel Giraud et son épouse Bouchra qui oeuvre aussi en salle.
La déco se veut résolument contemporaine. En entrant, sur la droite, après le bar, se trouve une première salle assez classique avec son nappage blanc. En traversant un couloir, on découvre sur la gauche une table d'hôte faisant face à la cuisine ouverte et une cave à vin vitrée. Et puis, dans une véranda, se trouve une seconde salle, dans les tons de rouge, qui donne sur une petite terrasse pour les beaux jours.

©Patrick Fiévez

Nous nous asseyons à la table d'hôte, sur de hauts tabourets. Le chef est devant nous, dans sa cuisine. En compagnie d'une flûte de champagne maison (Gobillard), nous choisissons à la carte. C'est l'heure du déjeuner et, à l'exception d'un lunch (28 euros, deux services ou 35 euros, trois services), les deux menus proposés ne sont servis qu'en soirée. Je débute par des originaux crabes mous meunière, accompagnés d'une mayonnaise safranée. Ce fruit de mer est un crabe en pleine mue dont la carapace n'est pas encore reformée. On le mange donc entier. C'est croquant et iodé. Mon compagnon de table a opté pour des Saint-Jacques snackées, sauce soubise crémeuse au jambon ibérique de bellota. Dès les deux entrées, nous sommes conquis par la qualité des produits. La suite du repas ne nous contredira pas.

RÉSERVATION
Adresse?

Rue Haute 1, 7130 Binche. Tél. 064/55.81.73. Fermé mardi et mercredi. www piano-de-manon.be
Sommelier?
Une carte française. Quelques bons producteurs sont à mettre en évidence comme JP Brun dans le Beaujolais (le blanc à 28 euros et le Côte de Brouilly à 32), Les Crozes-Hermitage blanc et rouge du Domaine des Entrefaux (37 euros), le Bandol de La Bastide Blanche (41), le Saumur-Champigny (excellent millésime 2009) du Château Villeneuve (28), ainsi que la Cuvée Ruffus du Domaine des Agaises tout proche.
Décibels?
Ambiance très calme.
Addition?
Addition de 203 euros pour 4 flûtes de champagne, 2 entrées, 2 plats, 2 desserts, une bouteille de vin.
On y retourne?
Pour l'os à moelle et les spécialités saucières du chef comme le coulis de foie gras ou le beurre blanc à la bière des ours.

 

 

Un onglet de black angus Aberdeen maturé et cuit saignant (c'est mentionné sur la carte: on n'a pas le choix!) nous est servi avec de bonnes frites préparées à la graisse de boeuf et une béarnaise tiède déposée en saucière sur la table, encore une volonté du chef. Dans ce cas, on peut négocier: je l'aurais préféré plus chaude. Excellente viande, goûteuse et très bien cuite. Dans l'assiette de mon voisin, du pigeon d'Anjou fumé au foin et cuit dans un four à charbon. La cuisson, légèrement rosée, s'avère également parfaite. Pour terminer, nous dégustons un café glacé revisité très liquide avec une mousse au chocolat blanc.

Voilà un repas qui est de bon augure pour l'avenir de ce nouveau restaurant. Seul bémol: la température de service du champagne et des vins blancs.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité