sabato

Testé: le restaurant Pré de Chez Vous sur les hauteurs de Namur

Le décor du restaurant Pré de Chez Vous à Namur est simple et accueillant.

Dans une petite ruelle tranquille à Namur, le restaurant Pré de Chez Vous propose un fantastique triple rapport prix/qualité/plaisir.

Une dizaine de tables en bois, des murs en trompe-l’œil "brique" et un tableau noir avec les suggestions du jour: le décor est simple et accueillant. Dans sa petite cuisine, Julien Malaisse observe ses fourneaux et les clients. Après l’école hôtelière de Namur, le chef a travaillé dans deux restaurants étoilés - L’Essentiel (Temploux) et L’Air du Temps (Liernu) -avant de se diriger vers le métier de traiteur. Et, une dizaine d’années plus tard, il ouvre son restaurant, en décembre 2018.

On prend une flûte de rosé méthode traditionnelle belge Chant d’Eole, pour accompagner les mises en bouche: petite verrine au guacamole et cracker au paprika; cœur de saumon fumé, riz soufflé et sorbet à la pomme; maki d’anguille légèrement fumée et champignon lacto-fermenté (belle idée !). Ensuite, le menu quatre services: il débute avec un filet de canard fumé maison, la cuisse façon rillettes et vinaigre de mangue chaud.

Mon compagnon de table a choisi du haddock, servi avec une crème de bintje, chou rave et une petite cuillère de Belgium caviar. Dans mon verre, un excellent gamay languedocien (Mes amis, mes amours, sans emmerdes) et, dans le sien, une Gueuze Cantillon.

On poursuit avec une queue de langouste rôtie, chorizo, tortilla et purée de pois, proposée avec un blanc italien bio du Piémont, cépage local arneis. Suit l’entremets: un œuf de caille crémeux, thé noir et mouillette garnie d’une lamelle de truffe. Très belle association. Ensuite, pour mon compagnon, de la lotte poêlée, jus de type waterzooi, lasagne tandoori et légumes croquants. Un plat servi avec un rouge espagnol bio appellation Manchuela.

Pré de chez Vous, Namur

Et pour moi, du filet de veau avec un aligot de chou-fleur, rattes fumées (un peu al dente à mon goût), un plat accompagné d’un rouge portugais de l’appellation Bairrada. Au dessert, un roulé au chocolat dulcey Valrhona, nems d’ananas, sorbet fruit de la passion et sésame noir, accompagné d’un verre de Muscat de Rivesaltes, Mus’cachou, au sucré peu envahissant se terminant même sur la fraîcheur. Très bel accord. Comme tous ceux de ce menu.

Le sommelier, Maxime Sanzot, maîtrise parfaitement les recettes de son chef et les vins qu’il choisit pour les sublimer. On dit bravo. Et on récidive pour l’addition: un fantastique triple rapport prix/qualité/plaisir.

Lire également

Publicité
Publicité