sabato

Un wagon-restaurant bistronomique

Les spécialités? Les classiques de brasserie, les poissons, les fruits de mer et les crustacés. ©JP Ruell

Patrick Fiévez s’attable au Wagon Léo, véritable (et vénérable) institution gourmande de Bastogne.

Depuis 70 ans, trois générations se sont succédées dans ce restaurant au look résolument ferroviaire. Ce qui était une simple friterie, ouverte en 1946 dans un ancien wagon de l’armée après la bataille de Ardennes, est devenu un vrai restaurant bistronomique.

La déco est très “brasserie parisienne” avec son bar en zinc, ses lustres d’époque et son banc d’écailler. Cette aventure familiale est aussi une succes story.

Aujourd’hui, les deux frères Bertholet, Arnaud et Grégory, accueillent les clients (nombreux et fidèles) dans les différentes salles où ils peuvent recevoir jusqu’à 300 convives… tout en souhaitant préserver l’âme et l’esprit, du concept originel. L’an dernier s’y est ajouté un deuxième wagon esprit Orient Express, avec ses compartiments d’époque reconstitués et ses banquettes de velours.

©JP Ruell

On boit local à l’apéritif: la bière Airborne est produite dans une micro brasserie de la ville et est servie dans un verre en forme de casque américain. Original et quelque peu déroutant quand on doit porter aux lèvres ce drôle de contenant.

Comme entrée, ma complice de table choisit un ceviche. En général, le poisson, cru évidemment, marine trop longtemps avant d’être servi. Ce n’est pas le cas ici: elle a vraiment apprécié sa fraîcheur et le bon équilibre citron, herbes aromatiques et huile. Spécialité latino-américaine (péruvienne), il est ici suggéré de le déguster avec des baguettes: curieux…

Adresse?
Brasserie Wagon Léo
Place Mac Auliffe, 52
6600 Bastogne
Tél. 061/21 14 41
Fermé le lundi.
Service non stop de 11h30 à 21h30.
18 chambres à l’hôtel Leo Station voisin.

Sommelier?
Carte française classique avec quelques offres en vins d’Italie, d’Espagne, du Portugal, d’Argentine, du Chili et du Luxembourg tout proche. Service en pichet et au verre des vins rouges, blancs et rosés du Domaine Pujol (Languedoc). Cœur de carte: 28-50 euros.

Décibels?
Ambiance générale très calme sur le plan auditif.

Addition?
Entrée, plat et dessert, deux bières, une bouteille et un pichet de vin: 155,80 euros pour deux couverts.

On y retourne?
Pour le banc d’écailler et pour le menu Bib Gourmand à 37 euros (trois services).

En entrée, je n’ai pas résisté aux pattes de crabe royal des neiges servies avec de la mayo, de la sauce cocktail et un cœur de salade d’une fraîcheur exemplaire. Précisons que ce restaurant est livré quotidiennement en poissons, fruits de mer et crustacés par un fournisseur bien connu des restaurants étoilés.

Comme plat principal, ma voisine choisit à nouveau du poisson avec une bouillabaisse qui s’avéra aussi goûteuse que copieuse, même si Marseille et ses poissons de roche sont loin. La version du Wagon Léo rassemble dorade, cabillaud, bar, saumon, moules et grosses crevettes. En accompagnement, rouille et anchoïade apportent une petite touche méditerranéenne. Ce plat se suffit à lui seul… mais cela dépend, bien sûr, de son appétit.

Perso, je fus tenté par un plat traditionnel de brasserie, le jambonneau. Copieux lui aussi, très copieux même. Servi avec des frites et une sauce béarnaise (toutes deux maison), tomates grillées et salade de jeunes pousses d’épinard. Comme dessert, une salade de mangue, pépites de grenade, sorbet à la noix de coco, citron vert, menthe et tuile au grué de cacao pour madame. Et pour moi, un classique café liégeois agrémenté de Chouffe Coffee, une liqueur de café à la bière du même nom.

Dans les verres ? Un excellent blanc, le Mâcon Villages de Solutré-Pouilly, et un pichet d’un rouge du Languedoc (que nous avons mis au frais dans un seau à glace) du Domaine Pujol. Voilà une adresse à (re)découvrir.

À la recherche d'un restaurant près de chez vous? L'onglet 'Les tables de Sabato' reprend toutes nos adresses.


Lire également

Publicité
Publicité