sabato

"J'étais la 'fille de'. À moi de me faire un prénom"

Eline Ostyn ©rv

Nés à Knokke et doués d'un talent fou, Sabato a rencontré quatre jeunes talents qui font déjà parler d'eux. L'architecte knokkoise Eline Ostyn a fait ses armes chez John Pawson et Marcio Kogan mais, en Belgique, la fille de Geert Ostyn (Obumex) doit encore se faire un prénom.

Qui? Eline Ostyn (29 ans) est une architecte knokkoise qui affiche une impressionnante expérience professionnelle internationale. Elle a travaillé pour Bataille & Ibens à Anvers, Marcio Kogan (Studio MK27) à São Paolo et John Pawson à Londres. Elle a fondé son studio d'architecture en octobre 2017, mais accepte des commandes en free-lance pour Pawson et Kogan. Elle conçoit actuellement des appartements pour des clients privés à Knokke et à Cadzand, ainsi qu'une villa près du golf du Zoute avec le bureau gantois Caan Architecten.

Eline Ostyn a participé à la 'Casa na Mata', Guarujá, Brésil. ©Fernando Guerra FG+SG

Signe particulier? Eline est la fille de Geert Ostyn, CEO de Obumex, et de Beatrice de Lafontaine, directrice de When Objects Work, un label de beaux objets conçus par de grands noms de l'architecture et du design -John Pawson, Nicolas Schuybroek, Richard Meier, Vincent Van Duysen ou Marcio Kogan. "J'aide ma mère depuis que j'ai 16 ans. J'ai participé à la communication, au packaging, aux salons, à la construction de stands et au développement des produits. Le contact avec les architectes est passionnant. Lrd créations pour When Objects Work, c'est de l'architecture en format de poche. Pour eux, les détails d'une fourchette sont aussi importants que ceux d'une villa de 2.000 mètres carrés. Comme John Pawson a collaboré avec Obumex et When Objects Work, je le connais depuis toujours. Il a fallu que j'assume mon nom de famille. Pendant mes études, je suis devenue 'fille de' et c'est pour cela que j'ai décidé de commencer par l'international. Je voulais me faire un prénom avant de revenir en Belgique, un pays où nous sommes gâtés en termes de talents d'architecture, d'aménagement d'intérieur et de savoir-faire."

Casa C + C, São Paulo, Brésil. ©Fernando Guerra FG+SG

Ambition? "Sur le plan académique, mon année à l'AA School of Architecture de Londres a été plus intense que mes études d'architecture à Anvers. Comme j'étais passionnée par le travail de l'architecte brésilien Marcio Kogan, je lui ai écrit et il m'a invitée à venir travailler dans son bureau de São Paolo pendant trois mois! J'y suis restée pendant quatre ans. J'ai appris le portugais, une des cinq langues que je parle. Chez Marcio, je suivais des projets résidentiels dans le monde entier, du Canada à l'Inde. Ils étaient toujours précédés d'une étude approfondie de l'emplacement et de l'atmosphère. Marcio n'est pas un grand bavard: il s'exprime en dessinant les ébauches des lignes architecturales. Ensuite, avec l'équipe, nous élaborons le projet dans les moindres détails, jusqu'au mobilier sur mesure: ses réalisations sont des oeuvres d'art total, où tout est conçu par le bureau pour le client."

"Lorsque la crise financière a commencé à se faire sentir au Brésil, je suis passée chez John Pawson. Faire le pas du Brésil à la Belgique me paraissait trop grand: j'avais besoin d'un pit stop à Londres. Le bureau de Pawson m'a également offert de belles opportunités: j'ai travaillé sur une maison privée épurée dans une atmosphère zen aux Philippines et sur un hôtel de luxe à Jaffa, le quartier balnéaire de Tel Aviv."

John Pawson pour When Objects Work. ©rv

"J'ai eu la chance de travailler chez mes deux architectes favoris, Pawson et Kogan. C'est chez eux que j'ai acquis mes bases. L'heure d'exprimer ma vision est venue: concilier intérieur, extérieur et art. Et je rêve secrètement de missions à leur niveau."

Perfect day à Knokke? "Trouver l'inspiration dans les galeries d'art le matin, faire une promenade rafraîchissante au Zwin l'après-midi."



Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content