sabato

Un photographe belge capture l'essence architecturale des villes chinoises

Guotai Arts Center, Chongqing ©Kris Provoost

De grisâtre à iconique. De maussade à ‘state of the art’. Ces dernières années, Beijing, Hong Kong et Guangzhou n’ont pas regardé à un joyau architectural près. Aujourd’hui, c’est au tour des ‘plus petites’ villes de Chine (dont la plupart comptent plus d’habitants que toute la Belgique) de se doter d’un nouveau visage, ainsi que le montre l’architecte et photographe d’architecture Kris Provoost. Pour son projet ‘Beautified China', il a visité onze ‘China Towns’ en plein essor.

Vous n’avez certainement pas oublié la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Beijing: un spectacle  orchestré par Zhang Yimou (réalisateur du film ‘Le secret des poignards volants’) qui avait donné le coup d’envoi de ce qui allait devenir une édition légendaire des Jeux grâce à des performances sportives du plus haut niveau, mais aussi à l’allure de la capitale de l’Empire du Milieu. À cette occasion, elle s’est présentée sous un nouveau jour, reléguant définitivement dans le passé la grisaille qui lui était associée: elle était enfin prête à remonter sur la scène internationale. 

Le 08/08/08 à 8h08 PM (le huit est le chiffre porte-bonheur dans ce pays), la flamme olympique a été allumée, l’image a fait un zoom arrière, révélant l’icône de cette Chine contemporaine, le ‘Nid d’oiseau’, le stade national conçu par le bureau d’architectes suisse Herzog & de Meuron et l’artiste Ai Weiwei -depuis tombé en disgrâce. Depuis, elle n’a cessé d’utiliser l’architecture pour révolutionner ses villes, son image et son économie.

'Nid d'oiseau', stade national Beijing, Herzog & de Meuron et Ai Weiwei ©Kris Provoost

Et le catalyseur a toujours été un événement international. En effet, Shanghai, deuxième ville de Chine, se devait d’être à la hauteur de ce qu’avait fait Beijing pour les J.O. C’est ainsi qu’en 2010, elle a organisé l’exposition universelle la plus visitée de tous les temps. Ces deux événements ont présenté une Chine dotée d’une architecture de haut niveau, d’une infrastructure de pointe et d’un ciel toujours bleu (moyennant un peu de chimie pour modifier la météo). 

Ancrage dans le passé

La Chine est devenue le terrain de jeu des “starchitectes” qui souhaitent concrétiser leurs fantasmes les plus fous au point que Beijing et Shanghai, respectivement 21 et 24 millions d’habitants, regorgent de joyaux architecturaux. 

Sky SOHO, Shanghai, kantoorgebouw, Zaha Hadid Architects ©Kris Provoost

Rem Koolhaas et son agence Office for Metropolitan Architecture (OMA) y ont érigé le ‘three-dimensional cranked loop’, bâtiment principal du siège de la Télévision Centrale de Chine. La regrettée Zaha Hadid a conçu le Galaxy SOHO. Sir Norman Foster a construit le plus grand terminal du monde au Beijing Capital Airport et Zaha Hadid Architects travaille déjà sur le nouveau Beijing Daxing Airport, appelé à décrocher le titre du ‘plus grand aéroport du monde’. Le cabinet américain Gensler a conçu la silhouette dansante de la Shanghai Tower, deuxième tour la plus haute du monde (record à battre). 

Shanghai Towers, Shanghai, kantoren en hotel, Gensler ©Kris Provoost

La liste semble longue, mais, plus importante encore est la manière dont cette architecture emblématique est utilisée pour (re)développer très rapidement des quartiers urbains. L’architecture donne un visage à la ville et constitue le package marketing idéal. Qui n’a pas encore flashé sur la skyline de tous les superlatifs, celle de Shanghai?

Entre-temps, une nouvelle série de villes a succombé à ce boom architectural. Difficile de faire autrement dans un pays qui compte 102 villes de plus d’un million d’habitants. Longtemps restées inconnues en Occident, Tianjin, Harbin et Chengdu veulent, elles aussi, jouer leurs atouts et se doter d’une image pour leurs habitants et leurs visiteurs grâce à une architecture emblématique affichée par leurs aéroports, gares, musées, salles de concert et immeubles.

Cependant, il y a une grande différence entre cette architecture et celles des mégapoles comme Beijing, Shanghai et Shenzhen. Alors que ces dernières utilisent l’architecture pour densifier les villes et améliorer la qualité de vie, tant pour l’espace extérieur que pour créer de nouveaux centres culturels, les nouvelles métropoles y ont recours pour développer de nouveaux quartiers.

Résultat: cette nouvelle architecture devient une destination de visites, au-delà des centres-ville: plus grandiose, plus pompeuse, mais aussi plus tendre et plus humaine. Les habitants s’y rendent pour passer une belle journée, loin de leur petit appartement du centre-ville. Autre caractéristique de cette architecture provinciale la plus récente, c’est son ancrage dans le passé. En effet, en 2016, le président Xi Jinping a annoncé qu’il n’y aurait plus un seul bâtiment bizarre qui serait autorisé à être construit sans lien avec le patrimoine culturel national. 

Outre les nouvelles constructions, la conservation gagne également du terrain: après de nombreuses critiques sur la destruction du patrimoine culturel chinois, les ‘vieux’ bâtiments font l’objet d’une métamorphose: d’anciens silos sont transformés en centre culturel, des voies ferrées obsolètes sont intégrées dans un nouveau musée... Un phénomène encore impensable il y a cinq ans. En d’autres termes, le style de l’architecture en Chine est en train de changer, mais avec des conséquences qui ne peuvent être que positives.  

Et en dehors de Beijing et Shanghai

1. Guotai Arts Center, Chonqing

Guotai Arts Center, Chongqing ©Kris Provoost

Guotai Arts Center, centre culturel.
Architecte: China Architecture Design Group.
Localité: Chongqing 
Habitants: 30.000.000

2. Sliced Porosity Block, Chengdu

Sliced Porosity Block, Chengdu ©Kris Provoost

Sliced Porosity Block, immeuble de bureaux et hôtel.
Architecte: Steven Holl Architects.
Localité: Chengdu
Habitants: 14.400.000

3. Grand Theater, Nanning

Nanning Grand Theater ©Kris Provoost

Nanning Grand Theater, salle de concert.
Architecte: GMP Architekten.
Localité: Nanning 
Habitants: 6.914.000

4. The Gate to the East, Suzhou

The Gate to the East ©Kris Provoost

The Gate to the East, immeuble de bureaux.
Architecte: RMJM.
Localité: Suzhou
Habitants: 10.600.000

5. Grand Theater, Chongqing

Chongqing Grand Theater ©Kris Provoost

Chongqing Grand Theater, salle de concert.
Architecte: GMP Architekten.
Localité: Chongqing 
Habitants: 30.000.000

6. Gateway, Ningbo

Ningbo Gateway ©Kris Provoost

Ningbo Gateway, immeuble résidentiel.
Architecte: RSH+P.
Localité: Ningbo 
Habitants: 7.600.000

7. Grand Theater, Harbin

Harbin Grand Theater ©Kris Provoost

Harbin Grand Theater, salle de concert.
Architecte: MAD Architects.
Localité: Harbin
Habitants: 10.600.000

8. Exploratorium, Tianjin

Tianjin Exploratorium ©Kris Provoost

Tianjin Exploratorium, musée.
Architecte: Bernard Tschumi.
Localité: Tianjin
Habitants: 15.500.000

9. Guangdong Museum, Guangzhou

Guangdong Museum, Guangzhou ©Kris Provoost

Guangdong Museum, musée.
Architecte: Rocco Design.
Localité: Guangzhou
Habitants: 14.500.000

10. Fake Hills, Beihai

Fake Hills, Beihai ©Kris Provoost

Fake Hills, immeuble résidentiel.
Architecte: MAD Architects.
Localité: Beihai
Habitants: 1.500.000

11. Canton Tower, Guangzhou

Canton Tower, Guangzhou ©Kris Provoost

Canton Tower, tours d’observation.
Architecte: Information Based Architecture.
Localité: Guangzhou
Habitants: 14.500.000

Lire également

Publicité
Publicité