Coup d’œil dans un pavillon tout en verre et béton conçu par l’architecte Bruno Erpicum

L’architecte Bruno Erpicum a été chargé de concevoir un pavillon dans un jardin de la banlieue bruxelloise. Une des exigences de son client: avoir assez de murs pour présenter sa collection d’art.

Pour un entrepreneur textile et une artiste, AABE, l’Atelier d’Architecture Bruno Erpicum, basé à Bruxelles, a construit un pavillon de jardin offrant la surface habitable et les équipements d’une maison. D’un point de vue architectural, le pavillon contemporain crée un contraste marqué avec la maison, beaucoup plus classique, du couple, située dans la banlieue verte de Bruxelles. “C’était aussi l’intention. Je voulais un pavillon en béton qui se fonde dans le jardin”, explique le collectionneur, qui préfère rester anonyme.

“Nous sommes entrés en contact avec Bruno Erpicum, car je suis un ami de sa sœur et, bien sûr, son architecture nous plaisait. Nous lui avons donné carte blanche, mais le pavillon devait répondre à trois conditions: suffisamment d’espace pour notre collection d’art, une pièce de travail pour moi et un atelier de peinture pour mon épouse. Cela ne pouvait absolument pas être un cube de verre, car nous avions besoin de murs pour présenter notre collection.”

Publicité
©Jan Verlinde

“À une époque où tout le monde devrait habiter de manière plus compacte, il peut paraître un peu décadent de faire construire un tel volume supplémentaire, uniquement pour y loger sa collection et son bureau. Mais le pavillon est conçu comme une maison autonome, ce qui compense déjà un peu.”

Bruno Erpicum a conçu un pavillon en béton coffré sur place, où l’intérieur et l’extérieur sont parfaitement assortis.
©Jan Verlinde

Le pavillon n’est pas rectiligne, ce qui crée une dynamique intérieur-extérieur captivante, notamment du côté de la façade vitrée. Pour l’ensemble du pavillon, l’architecte a opté pour un coffrage de béton coulé sur place. Le sol est composé de planches extra larges de sapin de Douglas clair. “La Saatchi Gallery à Londres a le même parquet – nous nous en sommes inspirés. Dans l’atelier de mon épouse, il est déjà couvert d’éclaboussures de peinture”, sourit le propriétaire. Le reste des ouvrages sur mesure – les portes intérieures pivotantes et la bibliothèque – ont été réalisés en wengé. “Cette essence se marie bien avec le bureau en wengé signé Jules Wabbes que je possédais déjà.”

Le pavillon d’art s’est glissé de manière presque invisible dans le jardin en pente conçu par l’architecte paysagiste Michel Delvosalle.
©Jan Verlinde

La collection

Les propriétaires qualifient leur collection de très éclectique. “Nous ne considérons pas nos œuvres comme un investissement, car elles sont toutes des coups de cœur”, commente-t-il. “Parfois, on fait une bonne affaire, mais la plupart du temps, ce n’est pas le cas. Le principal est que nous puissions vivre dans un espace où nous sommes entourés de beauté. Nous achetons moins qu’avant, mais restons attentifs. C’est aussi pour cela que j’aime tellement changer l’accrochage des œuvres. Ici, l’architecture s’y prête parfaitement.” En circulant dans le pavillon, nous reconnaissons des œuvres du photographe sud-africain Pieter Hugo, du surréaliste roumain Victor Brauner, de la peintre Dominique Ijak, du photographe canin William Wegman, du symboliste autrichien Alfred Kubin et du peintre camerounais Barthélemy Toguo.

L’architecture en béton lisse contraste magnifiquement avec les marches rugueuses et les menuiseries en wengé.
©Jan Verlinde

Le design mid-century fait partie des nombreux centres d’intérêt des propriétaires, qui ont aménagé l’annexe en béton avec du mobilier signé Poul Kjaerholm, William Katavolos, Arne Jacobsen, Jules Wabbes et Eero Saarinen.

Le collectionneur a des goûts très éclectiques, allant du design moderne à l’art africain.
©Jan Verlinde

Le jardin n’est pas en reste: il accueille de nombreuses sculptures, dont une œuvre récente en bois brûlé de l’architecte paysagiste Michel Delvosalle. “Comme vous pouvez le voir, nous avons aussi pas mal d’art ethnique”, ajoute le propriétaire. “Cela va des sculptures africaines aux sculptures océaniennes. Il n’y a pas vraiment de ligne directrice dans ce que nous achetons: dans ma bibliothèque, il y a une série d’objets en ivoire provenant de Chine qui servent à jouer d’un instrument à cordes. Je les trouve magnifiques.”

©Jan Verlinde

L’expérience du pavillon

Le pavillon est comme enfoui dans le parc, conçu par l’architecte paysagiste Michel Delvosalle, qui s’étend sur quatre hectares. Depuis la maison proprement dite, on ne voit pas vraiment le volume, qui se fond parfaitement dans son environnement. “Nous avons l’autorisation d’ajouter un étage supplémentaire, mais le pavillon ne serait plus aussi discret dans son cadre: si nous le faisions, nous pourrions nous installer ici.”

Le design mid-century est l’un des favoris des propriétaires: ils ont choisi des meubles de William Katavolos (photo), Poul Kjaerholm, Jules Wabbes et Eero Saarinen.
©Jan Verlinde
©Jan Verlinde

Le couple utilise déjà le pavillon quotidiennement. Pour une baignade le matin, pour profiter de l’art pendant la journée ou pour organiser des réunions d’affaires. “Je fais mes trajets domicile-travail en trottinette”, explique le propriétaire. “De la maison jusqu’ici, j’ai environ 80 mètres à parcourir.”

C’est devenu un rituel: chaque matin, le collectionneur commence sa journée par quelques longueurs dans la piscine.
©Jan Verlinde
©Jan Verlinde

Site web: www.erpicum.org

Publicité