Publicité
sabato

Six rendez-vous à ne pas manquer pour bien débuter l’automne

Cercle Gaulois – A. de Ville de Goyet ©SPRB

L’automne a officiellement commencé. Sabato vous conseille de noter quelques événements dans votre agenda à la semaine du 26 septembre.

TO VISIT | Brussels Biennale – Neoclassic

Chacun sait que Bruxelles excelle dans l’Art nouveau, mais l’architecture néoclassique de notre capitale est également très particulière. Regardez autour de vous et vous verrez partout ces influences typiques de l’antiquité gréco-romaine: lignes géométriques, symétrie et beaucoup de blanc. Ainsi que, bien sûr, des colonnes. Beaucoup de colonnes.

Brussels Biennale – Neoclassic, ou BBN, a été fondée il y a deux ans afin de mettre à l’honneur ce patrimoine néoclassique des XVIIIe et XIXe siècles quelque peu oublié. Au cours des deux prochains week-ends, des portes habituellement fermées s’ouvriront. Comme l’atelier du peintre Alexandre Markelbach à Laeken. Une visite guidée de l’ancien Observatoire royal est également au programme, comme celle du pavillon Maria Malibran, autrefois nid d’amour et aujourd’hui maison communale d’Ixelles.

Les visites peuvent être réservées à la carte, avec des tarifs dégressifs en fonction du nombre de visites réservées. Mais il est également possible de commander un package, soit un programme préétabli regroupant plusieurs visites à horaires prédéterminés (quatre visites réparties sur deux journées).

Brussels Biennale – Neoclassic aura lieu les 1er, 2, 8 et 9 octobre. Comptez entre 4,5 et 11 euros par visite d’intérieur et vous avez un package à partir de 30 euros.

L'église-Saint-Jacques-sur-Coundenberg. ©EB - Endre Sebok

TO SIT | "Liv"

Le designer suédois Jonas Bohlin a ramé pendant trois mois pour aller de Stockholm à Paris à bord d’un bateau de sa fabrication. C’est cet extraordinaire voyage qui lui a inspiré cette chaise "Liv" dont une réédition est sortie en décembre dernier.

Vous pouvez acheter une chaise "Liv" pour 1.300 euros. Consultez le site web de Christine Ingridsdotter pour plus d’informations.

©Fotograf Patric Johansson

TO EAT | Madonna au KMSKA

C’est l’événement de l’automne. Le 24 septembre, le KMSKA rouvre ses portes. Nouvelles salles, mais aussi nouveau restaurant: le Madonna, qui doit son nom au chef-d’œuvre de Jean Fouquet et aux septante madones de la collection. Grand café le jour, l’établissement devient restaurant raffiné et bar à cocktails le soir. Une terrasse suivra en avril 2023. Et tout le monde est le bienvenu.

Le Madonna est ouvert tous les jours de 10h00 à minuit. Koninklijk Museum voor Schone Kunsten Antwerpen, Leopold de Waelplaats 2, 2000 Anvers.

TO VISIT | Une expo de céramique

Le céramiste anversois Koen Ghesquière est sur le point de prendre un virage décisif. Connu depuis des années pour son service "Ghesq", voilà qu’il change de cap et vend sa maison-atelier au cœur d’Anvers pour s’installer en France. C’est là qu’il veut travailler plus librement, plus tranquillement, de manière plus concentrée et plus naturelle, avec des fours à bois plutôt que des fours électriques. "Au lieu d’appuyer sur un bouton, il faut rester sur place pendant douze heures", résume l’Anversois.

Ses nouvelles créations, principalement des vases, seront exposées pour la première fois lors d’une exposition qui ouvrira ses portes le 29 septembre dans une maison de maître de la Kasteelpleinstraat, à Anvers. Celle-ci est organisée par la marchande de mobilier vintage, décoratrice et architecte d’intérieur Céline Hellin.

La céramique a été une vocation tardive pour Ghesquière, qui ne s’y est consacré qu’à l’âge de 52 ans, après avoir été actif dans le secteur de l’événementiel. "Comme je voulais travailler à la maison, j’y ai installé un atelier. Ensuite, je me suis lancé dans la céramique. Un pari réussi."

Les céramiques de Koen Ghesquière seront exposées du 29 septembre au 16 octobre dans une maison de maître située Kasteelpleinstraat 34 à Anvers.

©Thibault De Schepper

TO CELEBRATE | Les 20 ans de HAY

"Quand nous nous sommes rencontrés, nous partagions la même frustration: nous étions passionnés par le design, mais ne pouvions pas nous offrir ce que nous aimions. Nous avons donc voulu y remédier en faisant fabriquer de beaux objets pratiques, de qualité et destinés au grand public."

La mission du couple danois Mette et Rolf Hay semble réussie: ils ont fondé le label de design HAY il y a vingt ans exactement et il a trouvé sa place entre Vitra et Ikea. Un anniversaire qu’ils célèbrent en publiant un ouvrage rétrospectif qui paraîtra chez Phaidon le 5 octobre.

Cet automne, de nombreux lancements de produits sont également à l’ordre du jour. Vous avez probablement déjà vu passer les "Colour Cabinets" de Muller Van Severen. Et, la semaine dernière, c’est le service "Sobremesa" (photo) de la cheffe, artiste et phénomène Instagram Laila Gohar, basée à New York, qui était dévoilé au grand public.

Retrouvez l’ouvrage rétrospectif de HAY à partir du 5 octobre au prix de 49,95 euros chez Phaidon.

TO VISIT | "Utopia" à Lille

Avec plus de 50 expositions, "Utopia" est un flash artistique sur un thème confrontant: nature paradisiaque versus catastrophes écologiques. Ce festival d’art commence dès la gare de Lille Flandres, où se trouve une installation de Joana Vasconcelos. L’artiste portugaise expose également à la maison Folie Wazemmes une œuvre textile XL dédiée à une défenseuse des droits des femmes dans l’industrie textile.

Sur la Rambla (rue Faidherbe) parade un cortège de dix lutins en mousse de Kim Simonsson. L’expo de la Gare Saint-Sauveur est basée sur "Novacène" de James Lovelock, qui traite de l’ère géologique qui prendra la suite de l’Anthropocène. À l’église Sainte Marie-Madeleine, les commissaires belges Sofie Lachaert et Siegrid Demyttenaere ont choisi notamment une installation olfactive de Peter De Cupere. Au Tripostal, "Les Vivants", en collaboration avec la Fondation Cartier, l’artiste Cai Guo-Qiang a créé une "fresque bestiale" avec de la poudre à canon. À Lille, tant qu’il y a de l’art, il y a de l’espoir.

Le festival artistique "Utopia" se déroule jusqu’au 2 octobre dans divers lieux de Lille et des environs.

©Courtesy Tony Oursler / Aurélien Mélan

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité