sabato

Déguster des choux de Bruxelles

Consacrer tout un magazine à l'horlogerie, cela peut être risqué. Les lecteurs qui ne seraient pas passionnés par les belles montres pourraient fort bien ne rien trouver à leur goût. Et pourtant. Cette semaine, nous vous proposons, sans blague!, une édition spéciale consacrée à l'horlogerie. Ceux qui n'en raffolent pas feraient mieux de le voir comme un projet pédagogique. Un peu comme apprendre à apprécier les volutes des havanes ou à déguster des choux de Bruxelles. Cela demande beaucoup de patience et encore plus de bonne volonté de devenir un authentique amateur de montres. Un point commun à tous les fans, c'est l'admiration qu'ils vouent à l'élégance avec laquelle les 272 éléments cachés dans un boîtier concourent à la mesure du temps alors que les modèles à quartz donnent exactement le même résultat avec 260 éléments de moins. Ou encore, comme Carole Forestier-Kasapi le raconte dans ce numéro, c'est l'ambition de contrer la pesanteur. Le micro élément qui a réussi à neutraliser cette force primitive, baptisé tourbillon, a été une invention géniale. Une fois que nous le savons, nous avons envie de passer au problème suivant, un problème monumental dont la solution se concrétisera avec des pièces microscopiques. Alors, sentez-vous déjà venir les premiers effets de la fascination?