Publicité
Publicité
sabato

Kort

Christine et Marc Schumacker n'avaient guère la vocation de travailler dans la restauration et encore moins dans l'élevage porcin. Tous deux biologistes dans le monde hospitalier, ils étaient loin de s'imaginer qu'un jour leur destinée professionnelle allait les conduire à Neufchâteau pour y élever des sanglochons après avoir revendu leurs maisons du Borinage. «Tout est parti d'un constat. Il existait jadis un croisement naturel entre les cochons lâchés dans le bois et les sangliers. Les fermiers favorisaient cette pratique donnant une plus-value à une viande davantage goûteuse. Avec les cochons gardés en enclos, cette reproduction «sauvage» n'était plus possible. En 1993, M. Moureau, un retraité, décida de relancer ce croisement en enclos avec des sangliers et des marcassins d'élevage. La ferme des sanglochons était née», raconte M. Schumacker. Aujourd'hui, depuis sept ans, le couple Schumacker gère cette entreprise très originale: un élevage, un petit musée du jambon, un restaurant, une taverne et une boutique. Et derrière la ferme, les clients et visiteurs admirent les petits sanglochons qui se retrouveront dans l'assiette dès qu'ils auront atteint le poids de 70 kilos. «Au-delà, la viande devient trop grasse», précise Marc Schumacker.