Tout le monde se leve pour le Whoopie ! gastrogourmand

La dernière folie pâtissière n’est ni un biscuit, ni un gâteau, ni une tarte : ladies and gentleman, le whoopie pie ! reportage : AN BOGAERTS photo : frank croes

Le premier Whoopie Pie Book vient de sortir en Belgique et personne n’échappera à cette nouvelle folie pâtissière. Farine, cacao, beurre, sucre, babeurre et marshmallows : tels sont les principaux ingrédients nécessaires si vous désirez vous lancer dans la préparation d’un vrai whoopie pie au chocolat. Visuellement, un whoopie pie ressemble à un gros macaron. Son goût évoque celui d’un cupcake moins sucré, dont le glaçage se trouverait à l’intérieur, et sa texture rappelle celle d’un biscuit moelleux.

En fait, rien de très nouveau au rayon pâtisserie : les versions originales du whoopie, fourrées au marshmallow, sont vendues depuis toujours dans pratiquement toutes les stations-service du Maine, USA. Chaque année, on y organise un Whoopie Pie Festival, lors duquel on réalise une gigantesque version du gâteau. Cerise sur le whoopie, le couronnement de la reine du whoopie pie.

Publicité

Aujourd’hui que ce petit gâteau commence tout doucement à se faire un fan club de l’Amérique à l’Europe, en passant par Londres , les autorités du Maine entendent protéger leur patrimoine culinaire. Mais c’était compter sans l’Etat de Pennsylvanie, qui revendique rien moins que l’invention du whoopie pie. La légende locale est généralement considérée comme " the true whoopie pie story ". Et s’il n’existe pas de preuves authentiques, les Pennsylvaniens ont néanmoins une explication pour le nom loufoque donné à ce petit gâteau. L’histoire veut que le whoopie pie aurait été une invention des femmes Amish qui, dans les années vingt, préparaient un petit quelque chose le matin, avec ce qu’il leur tombait sous la main ou presque, à glisser dans la lunch box (tiens, ça existait déjà ?) de leur mari. Le midi, en ouvrant la boîte, ceux-ci se seraient écriés joyeusement : " Whoopie ! " à la vue de cette délicieuse surprise.

Moins mignon

Mais comment se fait-il qu’au bout de quatre-vingts ans, un tel gâteau fasse subitement l’objet d’une tendance ? En grande partie, grâce aux mérites de la boulangerie Magnolia, à Manhattan. C’est également elle qui, à la fin des années nonante, fit la gloire des cupcakes par le biais de " Sex and The City ". Il y a deux ans, des whoopie pies firent leur apparition à côté des cupcakes dans la vitrine de Magnolia. Peu à peu, d’autres pâtisseries et salons de thé se mirent aussi à proposer cette nouveauté et, l’année passée, les whoopies traversèrent l’Atlantique et débarquèrent en Grande-Bretagne.

Il y a un an, Claire Ptak, pâtissière américaine autodidacte et favorite de Jamie Oliver en matière de tartes et de gâteaux, lança les whoopie pies dans son enseigne londonienne, Violet Cakes. " J’avais découvert les whoopies à New York et je voulais les tester. Dans un premier temps, les clients qui venaient chez Violet Cakes pour les cupcakes et les tartes me regardaient, interloqués. Il faut dire qu’un whoopie pie n’est pas aussi mignon qu’un cupcake. Mais si le whoopie pie est devenu si populaire, c’est grâce à son goût un peu moins sucré que celui du cupcake, ainsi qu’à sa maniabilité : il est nettement plus facile de manger un whoopie pie sans se salir qu’un cupcake. Comme le glaçage se trouve à l’intérieur, il convient beaucoup mieux pour les fêtes d’anniversaire ou les réceptions. "

Publicité
Publicité

Mais, selon Claire, ce n’est pas l’attrait principal de cette nouvelle gourmandise. " Pour les Américains, il s’agit d’un encas empreint de nostalgie. Ils le connaissent depuis des dizaines d’années et en ont peut-être même mangé dans leur enfance. Dans le monde culinaire, la redécouverte de techniques et ingrédients anciens est depuis longtemps très tendance. Le whoopie pie, c’est justement ça : ce que les Américains appellent " a sweet memory to the good old days ".

Whoopies glacés

La folie ayant également déferlé à Londres, le premier livre de Claire Ptak consacré au whoopie pie est fin prêt. " Tout comme les cupcakes, les whoopie pies sont des petits gâteaux faciles à réaliser par les pâtissiers amateurs. Le plus important est de ne pas faire cuire trop longtemps la pâte, une dizaine de minutes suffisent. La plus grave erreur qu’on puisse commettre avec un whoopie pie, c’est de forcer sur la cuisson, ce qui donnera un biscuit. Mais alors, un whoopie pie, ce n’est pas un biscuit ? " Ce n’est ni un biscuit, ni une tarte, ni un gâteau. C’est plutôt un sandwich sucré, un gros Oreo moelleux ! "

Dans son livre, Claire Ptak décrit des dizaines de variantes du whoopie au chocolat avec garniture au marshmallow : whoopies à la noix de coco, à la meringue, ou encore des versions à l’eau de rose et au kirsch. " Mes préférés ? Les whoopies glacés qui, après avoir passé une nuit au congélateur, constituent une délicieuse collation par une chaude après-midi d’été. Les enfants en raffolent eux aussi. "

Fée pâtissière

Le whoopie cake sonne-t-il vraiment le glas des années cupcake ? " Le fait que les clients veuillent tous goûter quelque chose de nouveau laisse supposer que la tendance du cupcake commence progressivement à lasser ", explique Ptak. " Il y aura toujours des cupcakes, comme il y aura toujours des éclairs et des tartes aux fruits. Mais, aujourd’hui, on trouve une véritable surabondance de cupcakes, surtout à Londres. En d’autres termes, le moment est venu de proposer quelque chose de nouveau. Reste à savoir si la tendance du whoopie prendra les mêmes proportions que celle du cupcake. Néanmoins, ils peuvent parfaitement se côtoyer. Je n’ose pas encore renoncer à mes cupcakes. "

Si les premiers spécialistes du whoopie pie se font encore attendre dans notre pays, le premier livre belge qui leur est dédié est désormais une réalité. Ne vous étonnez pas si vous entendez un drôle de cri à midi, pendant le lunch… S

The Whoopie Pie Book, Claire Ptak, www.rbooks.co.uk, ISBN 100224086790

Sabato a fait le voyage en Eurostar, qui aligne neuf aller/retours quotidiens entre Bruxelles et Londres, l’idéal pour être au coeur de la capitale britannique en moins de deux heures. www.eurostar.com

Publicité
Service Sponsorisée

Lire Plus