sabato

5 fondations d'art à Venise à ne pas rater

Fondazione Cini. ©Matteo De Fina

La Biennale d'art de Venise ouvre ses portes ce samedi 11 mai. Pour ceux qui resteraient cependant sur leur faim (sait-on jamais), voici 5 palais d'art à voir absolument.

1. Fondazione Cini:  Palladio, Sottsass et Borges (et Mussolini)

Fondazione Cini. ©Enrico De Santis

Mussolini. La Fondation Cini préfère ne pas en parler, mais son fondateur, le comte Vittorio Cini, était membre du parti fasciste italien et travaillait pour le gouvernement de Mussolini. Le riche industriel s'en est cependant distancé en 1943. Plus tard, il a été envoyé au camp de concentration de Dachau d'où son fils, Giorgio, aurait réussi à le libérer après avoir soudoyé des fonctionnaires avec des bijoux.

Tragique. Quelques années à peine après la libération de Vittorio Cini, son fils perd la vie dans un accident d'avion. En 1951, le comte rend hommage à Giorgio en créant une fondation sur l'île de San Giorgio Maggiore qui, après plus d'un siècle d'occupation militaire, était en ruine. Cini restaure toute l'île, y compris le monastère bénédictin de San Giorgio Maggiore, un chef-d'oeuvre de l'architecte Andrea Palladio. Le complexe est aussi un lieu de rencontre politique: les sommets du G7 s'y sont déroulés en 1980 et 1987.

Labyrinthe. On peut facilement passer une journée dans le complexe Cini, qui abrite le plus grand jardin privé de Venise, un amphithéâtre, les archives 'Ettore Sottsass' ainsi qu'un labyrinthe dédié à l'écrivain Jorge Luis Borges. On visite aussi Le Stanze del Vetro, un centre d'étude et espace d'exposition dédiés à l'art verrier des XXème et XXIème siècles. Une nouvelle exposition des oeuvres de Maurice Marinot, l'artiste verrier français du début du XXème siècle, est aussi à découvrir.

Le 10 mai, la rétrospective 'Burri la pittura, irriducibile presenza' d'Alberto Burri, ouvre ses portes à la Fondation Giorgio Cini, Isola di San Giorgio Maggiore à Venise (il faut emprunter le Vaporetto ligne 2, arrêt 'San Giorgio'). Visites guidées quotidiennes. Jusqu'au 20 décembre, la fondation est ouverte de 10 à 16h tous les jours. Le Stanze del Vetro ouvre le 24 mai. Ouvert tous les jours sauf le mercredi. 

2. Peggy Guggenheim Collection: Collection d'une art addict 

Peggy Guggenheim Collection. ©Matteo de Fina

Moyen d'évasion. Descendante de la dynastie Guggenheim, Peggy (1898-1979) est née avec une 'louche en argent' dans la bouche. Elle choisit de s'en distancer en se consacrant à l'art, ce qui la mène à Paris, où elle fréquente les dadaïstes, à Londres, où elle ouvre la galerie Guggenheim Jeune, et à New York, où elle lance Jackson Pollock, Robert Motherwell et Mark Rothko dans sa galerie Art of This Century.

Passionnée. Sa devise devient 'buy a picture a day', comme elle l'explique dans sa biographie 'Confessions of an Art Addict'. En 1948, elle s'installe à Venise où, la même année, elle expose sa collection à la Biennale. Un an plus tard, elle s'installe au Palazzo Venier dei Leoni (XVIIIème siècle), avec sa collection qui comporte des oeuvres de Picasso, Duchamp, Miró et Alechinsky. Et son lit est signé Alexander Calder.

L'exposition 'The Nature of Arp', une rétrospective consacrée au sculpteur Hans Arp, jusqu'au 2 septembre 2019. Collection Peggy Guggenheim, Palazzo Venier dei Leoni, Dorsoduro 701 à Venise. Ouvert tous les jours de 10h à 18h, sauf le mardi. 

3. V-A-C Foundation: Russe fortuné (et art de haut niveau)

V-A-C Foundation. ©Andrea Avezzù

Oligarque. En Russie, art et oligarchie vont de pair. Leonid Mikhelson ne fait pas exception: il est devenu milliardaire grâce à la société gazière russe Novatek, dont il est CEO, président et actionnaire majoritaire (le businessman Gennady Timchenko, un ami de Poutine, et la société publique Gazprom y ont aussi des intérêts). En 2007, il fonde Victoria - the Art of being Contemporary, une fondation d'art qui porte le nom de sa fille.

Renzo Piano. Mikhelson prend sa fondation au sérieux. Il parraine des expositions internationales et a présenté des oeuvres de Francis Bacon, Marcel Broodthaers, Mircea Cantor et Trevor Paglen. En 2015, il confie à l'architecte italien Renzo Piano la construction du siège de sa fondation à Moscou, qui devrait ouvrir (partiellement) ses portes à la fin de l'année. En attendant, on peut se rendre à Venise, où l'oligarque a fait rénover le Palazzo delle Zattere pour y organiser des expositions d'art contemporain de haut niveau.

Lagune vivante. V-A-C ne parraine pas uniquement les 'usual suspects'. L'an dernier, la fondation a lancé deux nouveaux projets, dont l'installation 'Laguna Viva', une lagune vivante réalisée en collaboration avec le collectif londonien d'art et de design Assemble et le groupe vénitien d'activistes et organisation sans but lucratif We Are Here Venice. En collaboration avec Hamed Ahmadi, un documentariste afghan (réfugié politique), V-A-C a ouvert Sudest 1401, un restaurant doublé d'un bar où l'on sert une cuisine mêlant influences des Balkans, du Moyen-Orient et de Sicile.

Ouvert tous les jours de 12 à 20h, fermé le mercredi. Palazzo delle Zattere, Dorsoduro 1401 à Venise. www.v-a-c.ru

4. Fondazione Prada: expérimentale et intellectuelle

Fondazione Prada. ©Agostino Osio

Pied-à-terre. Prada et Milan sont devenus presque synonymes. L'influent couple italien à l'origine du succès du label de mode, les collectionneurs d'art Miuccia Prada et Patrizio Bertelli, y a ouvert, au cours de ces dernières années, deux instituts d'art, dont un impressionnant complexe de 19.000 mètres carrés dans le sud de la ville, conçu par le starchitecte néerlandais Rem Koolhaas. Avant même que ce projet soit achevé, en 2011, le power couple avait aussi acheté un pied-à-terre artistique à Venise.

Reine. Le choix des Milanais s'est porté sur le palais du XVIIIème siècle, Ca' Corner della Regina, sur le Grand Canal, construit sur les ruines d'un édifice gothique dans lequel Catharina Cornaro, dernière reine de Chypre, naquit au XVème siècle. D'où 'Regina', reine en italien. On peut toujours admirer des scènes de sa vie sur les fresques restaurées du piano mobile (premier étage) du palais.

Philosophes. Non que Prada et Bertelli aient peur des choix aventureux et du discours intellectuel, mais l'avant-poste vénitien de la Fondation Prada pourrait être un peu plus expérimental. Les expositions ne sont pas appelées 'expos', mais 'research exhibitions', et ouvrent toujours leurs portes au rythme des biennales d'architecture ou d'art de la ville. Le musée rouvre dès demain avec l'exposition "Jannis Kounellis", en hommage à l'artiste greco-italien décédé il y a deux ans.

Ca' Corner della Regina, calle de Ca' Corner, Santa Croce 2215 à Venise. www.fondazioneprada.org

5. Fondazione Querini Stampalia: noctambules bienvenus

Fondazione Querni Stampalia. ©alessandra chemollo

Sans enfants. Il faut bien reconnaître qu'une fondation est souvent pratique à des "fins fiscales". Mais c'est aussi un bon moyen de perpétuer son nom, s'est dit le comte Giovanni Querini, lorsqu'il créa sa fondation en 1868. Le comte, dernier descendant de la famille Querini Stampalia, décéda la même année.

Tard dans la nuit. Le palais Querini Stampalia est à deux pas de la place Saint-Marc. L'imposant palais du XVIème siècle abrite un intérieur exceptionnellement bien conservé, mettant en scène une demeure nobiliaire avec meubles anciens, porcelaines, globes, lampes et miroirs en verre de Murano et une collection de peintures de Giovanni Bellini et Giambattista Tiepolo, entre autres. Le musée invite souvent des artistes contemporains dans le cadre d'expositions temporaires, dont Mona Hatoum et Jimmie Durham. L'impressionnante bibliothèque, qui aligne plus de 350.000 ouvrages anciens, atlas, cartes et manuscrits, reste ouverte jusque tard dans la nuit et même les jours fériés, comme le souhaitait le comte (insomniaque?).

Scarpa. Bien qu'une grande partie du palais Querini Stampalia ramène les visiteurs à la Venise d'antan, l'édifice est également devenu un lieu de pèlerinage pour les amateurs d'architecture moderne. C'est en effet l'architecte vénitien Carlo Scarpa (1906-1978) qui a restauré le rez-de-chaussée et le jardin 'secret'. Selon les experts, c'est un de ses chefs-d'oeuvre.

Il y a quelques jours, plusieurs expositions ont ouvert leurs portes au sein de la fondation, dont une consacrée à l'oeuvre du peintre allemand Jörg Immendorff. Ouvert du mardi au dimanche de 10 à 18 h. Campo Santa Maria Formosa, 5252 à Venise. www.querinistampalia.org

Biennale d'art de Venise, du 11 mai 2019 jusqu'au 24 novembre 2019.


Lire également

Publicité
Publicité