sabato

"Nous avons monté cette œuvre en une petite heure"

©Alexander d'Hiet

Bart Biermans, managing partner du bureau d’architectes HUB, nous parle de ‘Vierkante Buizen Reeks DW’, une œuvre de Charlotte Posenenske.

"Je voulais d’abord la déposer sur le sol, mais, verticalement, la sculpture est beaucoup plus en harmonie avec l’architecture et les conduits de ventilation existants. Cette confusion est intéressante. Une œuvre de Charlotte Posenenske se compose toujours d’au moins quatre éléments.

C’est elle qui avait déclaré: “Trois forment un objet et, à partir de quatre, ça devient une sculpture”. Ce matin, j’ai découvert que c’était exact: à partir de quatre éléments, les possibilités deviennent infinies et on est confronté à des choix de composition. L’artiste tient à ce que l’on passe par ce processus de réflexion."

"J’ai découvert le travail de Charlotte par l’intermédiaire de la galerie Sofie Van de Velde. J’ai trouvé ses tableaux très intéressants, mais ce sont ses sculptures qui m’ont vraiment plu. Jusque-là, j’associais la sculpture à quelque chose de très physique, de définitif, mais, avec cette artiste, tout est placé sous le signe du “lâcher prise”. Les éléments galvanisés sont standard et c’est à vous de décider comment les assembler."

L’artiste avait décidé que ses œuvres ne devaient pas coûter plus que le prix de leur fabrication.

"Il y a beaucoup de similitudes avec mon métier d’architecte: nous créons des bâtiments uniques avec des matériaux standard. Bien que nous essayions de concevoir une architecture flexible à usages multiples, l’apparence est définitive. De plus, l’architecture est un métier lent: cinq ans peuvent s’écouler entre l’esquisse et la livraison.

"Nous avons monté cette œuvre en une petite heure. Cette rapidité avait quelque chose de libérateur. Pendant le montage, nous nous sommes posé des questions sur la paternité de l’œuvre, la composition, la relation avec l’architecture et l’emplacement dans l’espace. Toutes ces questions architecturales se sont résumées à une heure de réflexion."

"L’artiste avait décidé que ses œuvres ne devaient pas coûter plus que le prix de leur fabrication. Ce principe est toujours d’actualité, même si l’Estate of Charlotte Posenenske fait un bon travail de vérification de la destination des différentes œuvres."

"En tant qu’architecte, je cherche un moyen d’intégrer ce travail dans un de nos projets publics; en tant que collectionneur, posséder une œuvre est une façon de gérer l’art. Il est parfois plus intéressant de placer une œuvre dans un lieu où beaucoup plus de personnes peuvent interagir avec elle."

Charlotte Posenenske (1930-1985) est une artiste allemande qui conçoit des sculptures et des peintures. Son travail est entre le minimalisme et l’art conceptuel. Actuellement a lieu au MACBA à Barcelone, une grande expo solo qui sera ensuite visible au K22 de Dusseldorf. Le 11 janvier, chez Sofie Van de Velde, se déroulera le vernissage de l’expo de groupe ‘Implicit Movement’, dont le commissaire est l’époux de l’artiste aujourd’hui disparue et aux manettes de sa fondation.

Lire également

Publicité
Publicité