Publicité
sabato

Qu’aurait acheté Victor Horta à la Brafa avec 500.000 euros?

Victor Horta est mis à l’honneur à la Brafa, qui est consacrée à l’Art nouveau cette année. Qu’aurait-il choisi d’acheter à la foire d’art bruxelloise avec 500.000 euros en poche?

1 | Les beaux oiseaux

Comme Horta, le designer italien Piero Fornasetti (1913-1988) raffolait des motifs décoratifs inspirés par la flore et la faune. Ce paravent “Uccelli” (1953) peint à la main, à découvrir chez Gokelaere & Robinson, est le descendant parfait de ceux que l’on trouvait dans les chambres à coucher Art nouveau.

| Prix: 65.000 euros, chez Gokelaere & Robinson
| Stand: 35
| Site web: gokelaererobinson.com

2 | À la bonne heure

Victor Horta aurait adoré cette pendule de son contemporain, Gustave Serrurier-Bovy (1858-1910), belge lui aussi. Son design géométrique est moins ondoyant que celui de l’Art nouveau à son apogée, mais les détails artisanaux en padouk et cuivre auraient pu lui plaire.

| Prix: 28.000 euros, chez Florian Kolhammer
| Stand: 129
| Site web: floriankolhammer.com

3 | Orchidée de table

L’antiquaire Bernard De Leye présente une pièce Art nouveau de l’orfèvre Philippe Wolfers avec qui Horta a collaboré. Cette cruche en bronze ornée d’une orchidée vient de la collection de Marcel Wolfers.

| Prix: 2.800 euros, chez Bernard De Leye
| Stand: 42
| Site web: orfevrerie.eu

4 | La fine fleur

Parmi les bijoux d’artistes de la Collectors Gallery figure une collection de plantes didactiques en bois et papier mâché, des modèles botaniques réalisés vers 1900 par l’entreprise allemande R. Brendel. Les fleurs et les plantes en 3D étaient du matériel pédagogique, mais elles sont désormais collectionnées en tant qu’objets d’art. “Nonante pièces étaient présentées au Palais de Tokyo à Paris l’année dernière, dans le cadre de l’exposition Réclamer la terre”, explique la galeriste Betty De Stefano. Horta aurait été fan: ces pièces réunissent sa passion pour la flore et pour l’artisanat.

| Prix: De 2.000 à 4.000 euros, chez Collectors Gallery
| Stand: 10
| Site web: collectors-gallery.com

5 | Le langage des fleurs

Ce vase signé Émile Gallé (1846-1904) a été fabriqué en 1895. Cet entrelacs de crocus aurait plu à Horta, d’autant plus que l’architecte belge et le verrier français se connaissaient personnellement. Gallé a d’ailleurs participé à la conception de l’intérieur de l’Hôtel Hannon, qui se trouvait à deux pas de la maison atelier de Victor Horta à Bruxelles.

| Prix: 8.500 euros, chez Dr. Lennart Booij
| Stand: 74
| Site web: booij-arts.com

6 | Fier comme un paon

Horta aurait sûrement admiré ce chef-d’œuvre de Philippe Wolfers (1858-1929). L’orfèvre belge a réalisé ce bijou Art nouveau en 1902-1903 pour Marie-Laure Brunard, qui avait épousé un avocat allemand en 1894. Cette pièce unique est décrite dans les archives de Wolfers sous le nom de “Diadème Paon”, mais a été transformé en broche à l’époque. Cette pièce exceptionnelle est en or, argent, diamant et opale.

| Prix: Sur demande, chez Epoque Fine Jewels
| Stand: 70
| Site web: epoquefinejewels.com

7 | Tout feu, tout flamme

Giò Ponti (1891-1979) était, comme Victor Horta, un créateur total qui avait le sens de la production tant industrielle qu’artisanale. La galerie italienne Robertaebasta présente un manteau de cheminée unique signé Ponti, conçu dans les années 20 pour une maison piémontaise.

| Prix: 95.000 euros, chez Robertaebasta
| Stand: 97
| Site web: robertaebasta.com

8 | Feu follet

Frank Scheidecker (1872-1915) a réalisé ce délicat pare-feu fait d’une feuille de cuivre dans son atelier de Mulhouse vers 1902. Une réalisation artisanale magnifique regorgeant d’iris, de carpes koïs japonaises et de plantes de rivage, le genre de références exotiques et végétales qu’affectionnait Victor Horta (1861-1947).

| Prix: 28.000 euros, chez Mathivet
| Stand: 3
| Site web: galeriemathivet.com

9 | Ménage à trois

Le marchand d’art Thomas Deprez présente une rareté de niveau muséal: un ensemble composé de deux fauteuils et un tabouret conçus par Horta pour la joaillerie des frères Wolfers. D’autres pièces de ce mobilier sont présentées au Musée d’Orsay à Paris et, à Bruxelles, au Musée Horta et au Musée d’Art et d’Histoire du Cinquantenaire.

| Prix: 25.000 euros, chez Thomas Deprez Fine Arts
| Stand: 113
| Site web: thomasdeprezfinearts.com

©SPELTDOORN STUDIO

Brafa Art Fair

| Quand? Du 29 janvier au 5 février
| Où? Brussels Expo, Heysel
| Site web? www.brafa.art

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité