sabato

Que faire ce weekend? Marcolini ou Le Corbusier?

©Museum Van Buuren

Nos bons plans pour le weekend.

Iran danse

©Klaartje Lambrechts

En Iran, danser est considéré par les mollahs comme un crime. Pourtant, la photographe anversoise Klaartje Lambrechts a réussi à convaincre plusieurs téméraires de poser devant son objectif. À Téhéran, elle a fait le portrait de personnes dansant en secret dans des lieux obscurs.

L’année dernière, elle a fait deux voyages dans le sud de l’Iran. Dans la région désertique de Dasht-e Lout et la plaine de sel de la province de Bouchehr, elle a réalisé des images abstraites de danseurs, cachés derrière un tissu.

"Cette série est une métaphore de la société iranienne contemporaine, des règles de la dictature islamique et des zones d’ombre qui l’entourent. Le tissu limite les gestes des danseurs, tout en leur offrant une protection: cachés, ils font ce qu’ils veulent."

Toutes les photos sont présentées dans une nouvelle exposition, ‘Shafagh’ (crépuscule en farsi), jusqu’au 9 février à la Pedrami Gallery (Anvers), dirigée par l’artiste iranienne Katayoun Pedrami, établie à Anvers depuis 25 ans.

Carine Gilson séduit

©PierreMarcolini

Le chocolat et la lingerie sont les atouts du jeu de la séduction. Pour la Saint-Valentin, le chocolatier Pierre Marcolini et la créatrice de lingerie de luxe Carine Gilson ont imaginé une collection gourmande présentée dans quatre écrins de dentelle à se damner.

Macarons, gâteaux, chocolats grand cru et, évidemment, nouvelles versions de la célèbre praline en forme de cœur de Marcolini. Carine Gilson, qui couvre de dentelle les plus belles, dont Naomi Campbell, fêtera cette année le trentième anniversaire de sa Maison. L’occasion d’une exposition au Musée Mode & Dentelle de Bruxelles et d’un beau livre.

La collection spéciale est en vente jusqu’au 22 février chez Pierre Marcolini à Bruxelles et Uccle. L’expo ‘Beautiful Lace & Carine Gilson’ se déroule jusqu’au 19 avril. Le livre ‘Garden of Lace’, éditions Lannoo, 45 euros.

Le Corbusier peint

©cf

“Comme un chien qui marque son territoire”, avait lancé un critique d’architecture à propos des huit peintures murales réalisées par Le Corbusier dans l’iconique villa côtière E-1027 d’Eileen Gray. On ne sait pas vraiment si l’architecte ne pouvait pas supporter sa collègue, mais ses illustrations à connotation sexuelle - il l’avait représentée dans son plus simple appareil - étaient certainement une muflerie. Par rapport à son style architectural fonctionnel, son style pictural est expressif et coloré.

Pour Le Corbusier, la peinture, plus libre, était le média parfait pour explorer de nouvelles idées architecturales. Si vous êtes curieux de découvrir ce travail, sachez que la galerie bruxelloise Maruani Mercier expose depuis mercredi dernier ses collages et dessins, dont des natures mortes, des portraits de femme et des taureaux, olé!

L’Afrique inspire

©Museum Van Buuren

Pour la première fois, le Musée Van Buuren expose de l’art africain et le commissaire n’est autre que l’antiquaire Didier Claes, grand spécialiste des arts premiers. Il a choisi des dizaines de masques et de sculptures provenant de deux collections privées belges.

Ils y seront exposés comme s’ils avaient toujours été là: sur une cheminée, à côté d’un tableau de Gustave Van de Woestyne ou dans une des vitrines.Le couple de collectionneurs qui a fait bâtir cette superbe villa Art déco n’avait pas d’art africain, mais cela aurait bien pu être le cas. En effet, c’est à la même époque que l’on a commencé à s’y intéresser: les artistes s’en sont inspirés et les collectionneurs ont suivi.

Lors de la conception de l’exposition, Didier Claes nous a fait part de sa découverte d’un autre lien entre les deux: "La patine brillante des masques africains ressemble parfois à celle des meubles Art déco."

Bar à vin Ona recommande

©Ona

Ceux qui se sont déjà rendus au bar à vin Ona, à Gand, connaissent la qualité de sa sélection. On y sert des vins européens (bio), audacieux et classiques, créés par de petits vignerons. Même le New York Times en a fait l’éloge dans son supplément consacré à la ville, ‘36 Hours in Ghent’!

Comme on ne peut pas y passer toutes ses soirées, Ona a eu l’idée de proposer un abonnement vin, ‘œnani’, qui donne droit à trois bouteilles par mois, assorties d’informations précises et de conseils pointus en matière de pairing. Un vin vous plaît? Vous pouvez le commander d’un clic via le webshop.

L’ambition de l’Ona est simple, mais élevée: devenir le plus grand club de vin d’Europe occidentale. Pour ce faire, il a fait appel à De Jongens, le duo d’œnologues qui a également lancé Wasbar et Chez Claire.

42,50 euros par mois, livraison comprise, peut également être commandé en cadeau unique

Lire également

Publicité
Publicité