sabato

Xavier Hufkens: "Je n’ai pas encore envie d’arrêter"

©Frederik Vercruysse

Un troisième espace et une transformation de sa galerie mère, Xavier Hufkens ne se (re)pose jamais. Un entretien depuis sa chaise favorite.

Quelle est votre chaise préférée?

Dans les années 1950, l’artiste Richard Artschwager (1923-2013) était encore menuisier. Ce n’est que dans les années 1960 que ce non-conformiste est devenu sculpteur: il s’est mis à créer des illusions minimalistes d’un lit, d’un piano ou d’une chaise. Je travaille avec lui depuis 1995. Ce siège surdimensionné de 1987, édité par Vitra, est la première et seule chaise fonctionnelle qu’il ait réalisée depuis les années 50.

Que dit cette chaise de vous?

Artschwager exige beaucoup du spectateur, alors que nous vivons dans un monde où les gens décrochent rapidement si le contenu demande trop d’effort. Tout ne doit pas nécessairement être du pop-up art, avec un grand impact visuel et une fine strate de sens.

"Je ne peux pas rester en place et je n’aime pas non plus être seul."
Xavier Hufkens

J’ai exposé cette chaise pour la première fois en 2004: un moment important dans ma carrière, car c’est alors que j’ai décidé de ne pas devenir une chaîne de luxe, avec plusieurs succursales dans le monde. Un chef doit rester dans sa cuisine! Une galerie opérationnelle 24 heures sur 24 est une absurdité: en tant que directeur, vous êtes partout et nulle part.

Vous arrive-t-il de vous poser?

J’ai commencé mon grand chantier de rénovation au mois d’août, en pleine crise sanitaire. Ça en dit long, non? Tout comme il y a trente ans, j’ai de nouveau fait appel à Robbrecht et Daem pour l’architecture et à Wirtz pour le jardin. Ce projet, c’est à mes artistes, mes collectionneurs et mon équipe que je le dois, car je crois en eux. Je tiens à ce que ça reste passionnant pour tout le monde, moi compris.

Je ne peux pas rester en place et n’aime pas non plus être seul, car j’aime trop les gens. Alors, rester à la maison pendant le confinement avec un agenda vide a été une expérience un peu particulière, un changement radical aussi, car avant, il m’arrivait de prendre l’avion trois fois par semaine et là, plus rien. La Berlin Art Week en septembre a été mon premier voyage depuis le confinement. Ça m’a fait un bien fou!

Pour qui gardez-vous votre chaise au chaud?

Je n’ai pas encore envie d’arrêter. Je continuerai à être galeriste tant que je pourrai répondre au téléphone. Bref, on n’est donc pas encore débarrassé de moi à Bruxelles! Par contre, même si ma galerie porte mon nom, j’ai pour la première fois le sentiment qu’elle peut continuer à tourner sans moi.

Qui aurait sa chaise au dîner de vos rêves?

Marcel Proust, François Mitterrand, Martin Luther King, Sidi Larbi Cherkaoui Louise Bourgeois, Vincent Van Gogh et Francis Bacon. Et Marcel Duchamp.

Suite aux mesures pour contenir la propagation du coronavirus, la Galerie Xavier Hufkens (rue Van Eyck 44 à Bruxelles) est actuellement fermé.

Lire également

Publicité
Publicité