sabato

Adrien Della Faille d'Huysse a un crush: il possède 6 taxis londoniens

©Thomas Vanhaute

Visite au fil des garages belges. Cette semaine: de Londres à Zottegem avec Adrien Della Faille d'Huysse.

Le château de Leeuwergem (1764), à Zottegem, en Flandre orientale, est la propriété du Baron Baudouin della Faille d'Huysse et de la Baronne Pauline de Villenfagne de Vogelsanck. Son parc comporte d'anciens jardins à la française et à l'anglaise, un théâtre en plein air ainsi qu'un bel étang. Pour financer les frais d'entretien du domaine, la famille exploite plusieurs salles de réception et de séminaires.

En matière de voitures, Adrien Della Faille d'Huysse (38 ans), le fils de la maison, a un crush, les taxis londoniens: il en possède six! "Le premier était un caprice, inspiré par mon amour pour l'Angleterre", se souvient-il. "Tous les jours, en me rendant au travail, j'en voyais: ils sont magnifiques, avec leur design racé si british. J'ai craqué: j'ai acheté le noir et blanc il y a cinq ans. Il date de 1997, mais semble sorti tout droit des années 60. Je l'ai acheté au chauffeur de taxi en personne, quand il a été retiré de la circulation après 16 ans de bons et loyaux services. Malgré ses 290.000 miles au compteur, il était en excellent état."

La Citroën Traction Avant (1953). ©Thomas Vanhaute

"Je le trouvais très confortable pour partir en excursion avec mon épouse et ma fille. Un ami m'a demandé de pouvoir l'utiliser pour son mariage; du coup, nous l'avons pris plus souvent. Une bonne raison de les collectionner!" Il a en aussi acheté un noir et rouge ainsi qu'un noir, tous deux de 1989. "Ils sont parfaits pour le quotidien. Et le cercle de braquage extrêmement court est très pratique."

Le FX4 a été utilisé à Londres de 1958 à 1997. "Il n'y a pas si longtemps, c'étaient juste des vieux trucs pas très intéressants", explique Della Faille d'Huysse. "L'année dernière, l'Angleterre les a déclarés "patrimoine national". Du coup, ils ne peuvent plus sortir du pays et se font rares. Il y a dix ans, on en trouvait pour 2.000 euros, mais aujourd'hui, pour un exemplaire en bon état, il faut compter le triple. Et ils sont donc difficiles à trouver!"

Ses taxis sont tous équipés d'un moteur diesel 2.7 Nissan. Sauf celui-ci, un modèle très particulier des années 70. "Il a toujours l'ancien moteur à essence Austin 2.3. C'est une pièce de collection en très bon état que j'utilise uniquement pour le plaisir. Il est unique en Belgique et, même en Angleterre, il est très difficile à trouver -le prince Philip en a un qu'il conduit parfois."

L'année dernière, l'Angleterre a déclaré qu'ils étaient "patrimoine national": du coup, ils ne peuvent plus sortir du pays et se font rares.

"Regardez, il n'y a pas de 'spoutnik' sur le toit", pointe-t-il. "C'est une édition très limitée qu'Austin a construite pour des entreprises privées et des sociétés de limousines. Cet exemplaire de 1976 a été spécialement conçu pour British Airways, d'où sa couleur bleu métallisé. Cette voiture était réservée à la clientèle du Concorde. Les sièges en cuir offrent le confort d'une Rolls-Royce et il y a même un vieux téléphone mobile. Au lieu de l'habituel espace à bagages, un siège pour le steward, chargé d'aller chercher le client, a été aménagé à côté du conducteur. Les bagages étaient transportés dans une autre voiture."

Adrien Della Faille d'Huysse
Exploitant du château de Leeuwergem

Voiture de tous les jours: Jeep Grand Cherokee (2005).

La première: Saab 900 Turbo (1989). La meilleure: Jeep Grand Cherokee (2005).

La pire: "Aucune, mais passer de la Saab à une Mondeo n'a pas été facile."

Vendue avec regret: Saab 900 Turbo (1989).

Le rêve: Citroën DS.

 

 

"Je l'ai trouvée il y a quelques années, quand je suis allé voir le taxi noir, dans les Ardennes. J'ai fait comme si cette voiture ne m'intéressait pas vraiment et j'ai négocié un prix pour le taxi. Le vendeur a répliqué "Si vous le voulez vraiment pour ce prix, vous devez acheter le bleu". Je lui ai répondu, "D'accord, mais pour le même prix", et il a accepté! Après le deal, il était triste, mais juste parce que ces voitures avaient une grande valeur sentimentale pour lui. Il ne savait pas que ce modèle valait cinq fois plus."

"Un coup de chance, ça fait toujours du bien!", s'exclame-t-il en nous montrant sa Citroën Traction Avant (1953). "J'aime rouler seul dans cette voiture. Je l'ai achetée pour le plaisir, pour son style français rétro. Regardez, ce marchepied sert à enlever la boue des chaussures. Elle est en bon état et très confortable, mais pas totalement fiable. Elle n'a jamais vraiment été restaurée; on l'a juste réparée de temps en temps, mais elle n'a jamais cessé de rouler: pas mal pour une voiture de 65 ans! Elle me vaut beaucoup de compliments, des gens me disent que leur père ou leur oncle en avait une ... Récemment, quelqu'un m'a aussi raconté qu'enfant, il avait été renversé par une voiture comme celle-là."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content