sabato

Bureau sur roues: le coworking dans un autocar

Xavier Vermeiren a converti un bus en espace de travail et de couchage mobile. ©Karel Duerinckx

Travailler et voyager en même temps? C'est possible. Bienvenue dans ce bus de co-working appelé à traverser toute l'Europe.

©Karel Duerinckx

Xavier Vermeiren et Dries Van Gils convertissent un Leyland Atlantean (1979) en bus de co-working, co-travelling et co-living à bord duquel ils voyageront des montagnes autrichiennes aux zones de surf du Portugal. Nom du projet: Ride Offsite.

"Pendant l’été 2016, j’étais en Norvège avec Let’s be nomads, des amis qui avaient transformé un bus scolaire américain en auberge de jeunesse", raconte Xavier Vermeiren (31 ans). "Comme j’avais du travail à faire, j’avais emporté mon laptop. Je suis développeur de logiciels free-lance et je peux travailler n’importe où."

"À la fin du voyage, j’ai vendu ma voiture, mis mon appartement en location et acheté un camping-car, un Fiat Adria. J’y ai installé des panneaux solaires et une antenne 4G, un routeur et deux cartes SIM. C’est alors qu’est venu le moment de vérité: la connexion Internet était-elle suffisante pour me permettre de travailler?"

Le bus deviendra un espace de travail et de couchage mobile à bord duquel nous pourrons voyager et faire toutes sortes d’activités.

"En 2017, j’ai voyagé pendant sept mois. D’abord en Autriche, parce que cela faisait longtemps que je n’avais plus fait de snowboard. Puis j’ai voyagé en Norvège pendant trois mois. J’avais l’Internet rapide partout. C’était encore plus fun que je ne le pensais!"

C’est ainsi que ce passionné a eu l’idée de proposer le concept à d’autres. En septembre 2018, il a trouvé, à Amsterdam, un bus à impériale Leyland Atlantean de dix tonnes et dix mètres de long. "Il avait servi pour des événements pour Heineken."

©Karel Duerinckx

Bus touristique

"Entretemps, j’avais rencontré Dries, qui reconvertissait des bus et était doué pour travailler le bois. Il voulait en faire son métier. J’ai loué un hangar et lui ai fait un contrat afin qu’il puisse travailler deux jours par semaine sur mon bus. Il a fondé Hobus Camperbouw et a donc pu accepter d’autres projets."

Les travaux ont bien avancé: l’étage inférieur a été isolé et a un nouveau sol, de nouvelles boiseries, des wc, une douche et un lit double. Il y a aussi une nouvelle installation LPG, et les conduites d’eau, comme l’électricité, sont prêtes, ainsi qu’une grande partie de la cuisine. Tous les meubles ont été faits sur mesure. Il y a aussi un coin salon et une chambre.

"C’était un bus touristique ouvert. Le contrôle technique n’autorise pas une hauteur totale supérieure à quatre mètres: le toit doit donc être abaissé. LMJ Construct à Turnhout est la seule à pouvoir le faire, pour 50.000 euros." Maintenant, il ne reste plus que la partie supérieure à aménager.

"Ce sera une zone de travail et de repos, avec six lits. Il y aura aussi un espace fermé pour les personnes qui sont tout le temps au téléphone. Ainsi que des panneaux solaires, un banc de batteries, un réservoir d’eau... "

"De cette façon, le bus deviendra un espace de travail et de couchage mobile à bord duquel nous pourrons voyager et faire toutes sortes d’activités. Nous pourrons prendre des personnes à bord, où elles auront leur place. Je prévoirai de la nourriture et j’emporterai des VTT, des planches de kitesurf et des skis nautiques."

©Karel Duerinckx

Roadtrip en Europe

©Karel Duerinckx

Il voudrait prendre la route durant l’été 2021. Il a déjà investi 140.000 euros, mais l’amortissement est secondaire. "Le sentiment de liberté est au cœur du projet. Pour l’instant, je vis toujours dans le petit camping-car Fiat, à bord duquel j’ai sillonné l’Écosse l’été dernier."

"Récemment, je suis retourné en Autriche, et je suis rentré par la Suisse, l’Italie et la France. J’avais emmené deux potes avec moi pendant deux semaines, et je suis revenu avec deux autres – il y a deux lits doubles. Il y a toujours un chouette endroit pour faire quelque chose de sympa après le boulot. Ça me rend aussi plus productif: j’ai envie d’avoir terminé plus tôt!"

Lire également

Publicité
Publicité