"J'ai acheté ma Buick Special il y a 65 ans dans une casse"

La façade porte l'enseigne 'Auto's Luc Willems'. Pourtant, cela fait 20 ans qu'aucune voiture n'a été vendue et que ce showroom est occupé par la collection de Luc Willems (78 ans). Toutes les voitures sont en bon état. "Lustrer les carrosseries et faire briller les chromes, c'est un sacré boulot!", s'exclame-t-il. "Je ne compte plus les heures passées à plat ventre!"

Publicité
La Ford Edsel Citation Coupé (1958) achetée en Georgie.
©Thomas Vanhaute

"La Ford Edsel Citation Coupé m'a coûté 306.000 francs en 1958, le prix d'une maison. Je l'ai achetée en Géorgie en 1989, avec l'Overland d'origine (1915). Mon père en avait une comme ça. Je la prends pour des rallyes, comme l'Alvis TA 14 (1950), la 'Rolls-Royce du pauvre'. Elle a été peinte vingt ou trente fois et polie à chaque fois. J'ai la Borgward Isabella (1954) depuis 1967. Elle a 41.000 kilomètres au compteur. Et la Datsun 120 A (1979) est une rareté: elles ont toutes rouillé. Celle-ci est restée à l'intérieur pendant 31 ans, mais là elle est immatriculée: elle roule parfaitement! J'ai acheté la Wartburg 311 (1962) à son premier propriétaire. Et la Panhard PL 17 (1962) a appartenu à Robert Panhard, petit-fils du constructeur."

"De temps en temps, le soir, je mets de la musique et je passe d'une voiture à l'autre. Je relâche les freins et les embrayages. Et je pousse aussi un peu les voitures, pour les faire bouger." Il fait une démonstration avec sa Honda S800, une fantastique petite voiture de 1967. "J'en ai une deuxième, mais elle a perdu sa beauté."

Publicité

Nous longeons une Sunbeam Stiletto Coupé (1972) restaurée et une Sunbeam Chamois (1966). "J'ai commencé à la restaurer en 2005 et là, c'est terminé. Je la conduis souvent, sur le circuit de Francorchamps entre autres. C'était le pendant de la Mini. Je les vendais neuves, avec Datsun et Fiat."

Publicité
La Ford Edsel Citation Coupé (1958) achetée en Georgie.
©Thomas Vanhaute

La Buick Special 46C Convertible Coupé (1938), construite à Anvers, a été la première voiture du collectionneur. "Je l'ai achetée en 1953: j'avais quatorze ans et je venais de commencer à travailler dans le garage de mon père. Tout près de là, il y avait un atelier de démolition où la voiture était arrivée sous forme de ferraille. En fait, la carrosserie était en bon état, il n'y avait qu'un problème de moteur. Je lui ai évité la casse et je l'ai réparée. En 1957, un camion lui a foncé dedans: j'étais furieux au point que, pendant une heure, le chauffeur n'a pas osé sortir de son camion. C'est aussi grâce à ma Buick que j'ai rencontré mon épouse, Bertha. Encore aujourd'hui elle fait mine de croire que j'ai abîmé la roue de son vélo à la kermesse de Waterschei, en 1962, pour pouvoir la ramener chez elle."

Publicité

Luc Willems
Concessionnaire à la retraite
Voiture de tous les jours: Daihatsu Charade Turbo Diesel (1984).
La première: Buick Special Convertible Coupé (1938).
Vendue avec regret: Porsche 356 (1949).
Le rêve: monter dans une voiture de course au Mans.

"Entre 1964 et 1979, la Buick n'a pas roulé. Je l'ai alors complètement restaurée et je l'ai repeinte en jaune; avant, elle était rouge et noire." Le bloc moteur d'origine, un huit cylindres en ligne, avait 89.000 kilomètres au compteur. Il nous montre une photo de lui à 17 ans, à côté de sa Buick. La plaque d'immatriculation 006.HZ revient plusieurs fois, sur des photos de voitures différentes. "Celle-ci date du 8 avril 1964, quand j'ai ouvert mon propre garage. Pour avoir l'autorisation de garder cette plaque historique, la Buick n'est pas immatriculée en tant qu'ancêtre. Donc, je vais tous les ans au contrôle technique."

"Oui, j'ai toujours mon premier vélo, mon premier scooter, ma première moto, ma première maison et ma première épouse. Quelle chance! Je ne m'inquiète pas de ce qui leur arrivera plus tard. Je devrais enregistrer l'historique de toutes mes voitures pour les futurus propriétaires."

Il me montre des photos de Jacky Ickx, du fondateur de Lotus Colin Chapman et du pilote de F1 Emerson Fittipaldi. "Entre 1967 et 1984, j'ai couru sur une réplique de la Fiat 600 Abarth, que je possède toujours. En cachette de Bertha; le jour où elle l'a appris ça l'a fait rire. J'ai connu la belle époque: j'ai fêté mes soixante ans dans un corbillard de 1928. L'invitation était comme un faire-part de décès: certains de mes amis y ont cru!"

La Sunbeam Chamois (1966).
©Thomas Vanhaute
Publicité
Service Sponsorisée

Lire Plus