sabato

"Je retombe amoureux d'elle chaque fois que je prends le volant"

La BMW 2002 Tii (1974), achetée il y a vingt ans. ©Tomas Vanhaute

Dans le garage de Sam Windey: des dizaines de milliers de magazines auto et des oldtimers Alfa Romeo et BMW.

"Je dois avoir dans les 10.000 magazines auto", m'avait déclaré Sam Windey (44 ans), mais, lors de ma visite, sa collection avait diminué de moitié. Mais elle restait impressionnante. "L'été dernier, j'ai rempli un conteneur de papier. J'ai surtout jeté les 'AutoGids' et les 'Auto Motor und Sport': le papier est de mauvaise qualité et les couvertures se détachent."

Sam Windey
Copropriétaire et gérant de l'agence de développement Web celcius.be.

Voiture de tous les jours: BMW 335i (2014).

La première: Volkswagen Golf II 1.6 Diesel (1983).

La meilleure: BMW Alpina B3 3.3 Touring (2001, Porsche 911 Carrera 4S (2005).

La pire: Jeep Cherokee 4.0 V8 (1990). Vendue avec regret: BMW M635 CSI (1986).

Le rêve: Alfaholics GTA-R.

Les autres titres ont été transférés dans l'immeuble où se trouve son bureau. "À la grande joie de mon épouse", précise-t-il. "À la maison, il y a encore des piles de magazines un peu partout. Prendre un bain le matin en lisant un magazine auto, est mon rituel quotidien."

"Depuis mes 12 ans, tout mon argent de poche y passe. Aller les chercher et les lire une première fois, j'adore! Un magazine auto tout neuf, ça sent tellement bon! J'ai commencé avec 'AutoGids', mais 'Autovisie' était plus inspiré. Depuis mes 20 ans, c'est devenu exponentiel. J'achète des magazines anglais, français et allemands: 'Car', 'Evo' et 'Top Gear' proposent des articles super intéressants.

Au fil de mes lectures, j'avais l'impression de connaître certains des journalistes, comme Richard Porter. Ensuite j'ai aussi acheté des magazines consacrés aux voitures classiques."

'Car', 'Octane', 'Classic & Sports Car', 'Classic Cars', 'BMW Car', 'RS Magazine': les titres sont rassemblés, mais les magazines ne sont pas classés par ordre chronologique. "Je les consulte trop souvent. Je cherchais une Mercedes E500 années 90, que je voulais utiliser comme voiture de société. Je me suis informé et j'ai vu que ce n'était pas très avantageux.

Je peux prendre une pile de magazines sur un modèle de voiture et lire pendant des heures. C'est un plaisir. J'aide aussi mes copains: comme l'un d'eux cherchait une Jaguar Type E, je lui ai donné une pile de magazines pour qu'il s'informe."

L'Alfa Romeo Julia GT 1300 Junior (1974) plaît à tout le monde. ©Tomas Vanhaute

"Mon épouse a longtemps refusé que j'achète un ancêtre. Finalement, il y a quinze ans, je l'ai convaincue et nous avons racheté la BMW M635 CSI (1986) de son oncle. Une voiture fantastique, que j'ai revendue un bon prix, il y a trois ans, mais je la regrette, même si l'Alfa Romeo Giulia GT 1300 Junior qui l'a remplacée est top. Elle est de l'année de ma naissance, 1974.

Cette voiture suscite la sympathie de tous: jeunes, vieux, hommes, femmes, riches et pauvres. Elle est assez fragile, elle tousse un peu, l'huile fuit et elle crache de la fumée bleue quand j'accélère. Elle a un moteur 2 litres, ce qui est bien pour les rallyes."

©Tomas Vanhaute

"Ma BMW Tii 2002, également de 1974, est moins belle. Par contre, elle a démarré au quart de tour après être restée immobile pendant deux ans, dès que j'avais raccordé la batterie. Ce qui m'a permis de participer au Grand Tour du Portugal. Pas de panache de fumée, pas une goutte d'huile!

On dit souvent que la qualité est dans l'ADN de BMW, et c'est effectivement le cas. Elle est aussi très agréable à conduire, à tout points de vue: même actionner la manette du clignotant est une expérience fantastique. Je retombe amoureux d'elle chaque fois que je prends le volant, et je l'ai depuis près de vingt ans!"

"Avec 130 cv pour moins d'une tonne, la Tii 2002 a été le top du top à son époque. Ce n'est plus le cas aujourd'hui et elle a donc été légèrement adaptée: nouvelle suspension, meilleurs freins, nouvelle boîte de vitesses, différentiel de blocage... Tout cela en fait une voiture complètement différente, mais qui est également très agréable à conduire, en tenant compte des normes contemporaines. Bon, d'accord, elle reste un peu dure, bruyante et donne l'impression d'être plus rapide qu'elle l'est, mais la vitesse n'est, à mes yeux, pas nécessaire dans la vie."

La BMW 325i cabriolet (1986), achetée après dix ans de lecture. ©Tomas Vanhaute

"Du printemps à l'automne, j'utilise une de mes voitures classiques, même si ce n'est que pour conduire les enfants à gauche et à droite. J'ai acheté la BMW 325i décapotable (1986) il y a deux ans, après dix ans de lecture assidue de mes magazines. Mon épouse l'adore autant que moi.

La voiture donne cette agréable sensation de conduire un ancêtre et son moteur a du caractère - c'est un vrai ours qui aime être en surrégime. La sensation au toucher du volant, des commandes et le confort de ses excellents sièges font d'elle une voiture extraordinaire. L'été dernier, je l'ai prise pour faire la route, seul, jusqu'au sud de la France - mon épouse et les enfants m'ont rejoint en avion. Ce fut un roadtrip inoubliable, encore mieux que dans un magazine!"


Lire également

Publicité
Publicité